Nick Rodwell dans un débat sur France 2 le 6 décembre 2013.

4 décembre 2013 14 commentaires

L’événement est assez exceptionnel pour être signalé : Nick Rodwell, le patron de Moulinsart, sera sur France 2 dans l’émission "Ce soir ou jamais" ce vendredi 6 Décembre à 22h20. Aux côtés d’Émile Bravo et d’Alexandre Astier notamment, il débattra autour de la question : "Tintin, faut-il attendre 2053 pour une nouvelle aventure ?"

Rodwell interviewé en direct sans aucun contrôle a priori, ni a posteriori de Moulinsart ? Je ne sais pas pour vous, mais nous, on sera devant notre petit écran. Merci, Saint-Nicolas !

DP

Photo DR

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
14 Messages :
  • Nick Rodwell dans un débat sur France 2 le 6 décembre 2013.
    4 décembre 2013 23:44, par Jacques Langlois

    En fait pas vraiment en direct, car, Téléthon oblige, l’émission de Taddeï a été enregistrée hier soir (mardi) mais dans les conditions du direct, comme on dit en télé. A noter parmi les tintinophiles présents sur le plateau Gabriel Matzneff (mais je me demande s’il n’est pas un chroniqueur habituel de cette émission dont je ne suis pas familier).

    Répondre à ce message

    • Répondu par Yaneck Chareyre le 5 décembre 2013 à  07:51 :

      Il n’y a pas de chroniqueurs dans Ce soir ou Jamais. Que des invités, qui éventuellement peuvent revenir, mais dans l’ensemble ça tourne bien.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 5 décembre 2013 à  10:47 :

      Monsieur Matzneff était surtout un grand admirateur de Hergé, et un de ses amis également... Bon, je regarderai l’émission, en espérant que l’animateur pose au (pas encore, mais ça vient) Vieux Nick des questions intéressantes sur la "politique" (entre guillemets, parce que c’est un vilain mot qui sent de plus en plus mauvais) de Moulinsart (livres sur Hergé interdits, auteurs interpellés et perquisitionnés, etc).

      Répondre à ce message

  • Pas très intéressant ce débat. Émile Bravo, pétrifié de trac, a affirmé (entre les 1500 "en fait" qu’il glissait tous les deux mots) que l’âme d’une BD est son scénariste, ce qui est stupide, ne serait-ce que parce que c’est le dessinateur qui fait vivre les personnages.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 7 décembre 2013 à  10:43 :

      Chapeau monsieur Rodwell faire passer une vulgaire affaire de gros sous pour
      De la conservation de l’oeuvre !! Avec l’approbation des invités sauf deux juristes...

      michel

      Répondre à ce message

      • Répondu le 7 décembre 2013 à  21:33 :

        Il avait surtout sa propre avocate à ses côtés.

        Astier reprochait aux repreneurs de se nourrir sur la bête plutôt que créer leur propre truc, alors que lui-même use et abuse de la geste Arthurienne passée au mixeur des Monty Pythons, il est gonflé.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 8 décembre 2013 à  00:12 :

          Et quand Émile Bravo a signalé être le seul auteur de BD présent (ce qui est vrai), Astier l’a ramené parce qu’il fait des scénarios de Kaamelott pour ses produits dérivés en bd, il a vraiment la grosse tête.

          Répondre à ce message

    • Répondu le 8 décembre 2013 à  17:11 :

      Ce n’était pas un debat sur rodwell, astier ou bravo, mais sur le domaine public. Qu’une œuvre de l’esprit tombe dans le domaine public au bout d’un certain temps pour que son accès soit plus facile à chacun, soit. Mais qu’offre le domaine public à l’auteur en échange ?

      Répondre à ce message

      • Répondu par Ronny le 8 décembre 2013 à  20:28 :

        Mais qu’offre le domaine public à l’auteur en échange ?

        Quand l’œuvre entre dans le domaine public, l’auteur est mort depuis longtemps.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 9 décembre 2013 à  01:59 :

          Ça je le sais, merci. Mais que lui offre la société de son vivant ? Une meilleure couverture maladie ? Une retraite décente ?

          Répondre à ce message

          • Répondu le 9 décembre 2013 à  14:44 :

            Mais de son vivant il n’est pas dans le domaine public, c’est le fruit de son travail qui subvient à ses besoins, c’est un travailleur comme un autre.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 9 décembre 2013 à  19:20 :

              Sauf qu’un travailleur ordinaire (tiens, un industriel ou un inventeur par exemple) n’offre pas le fruit de son travail 70 ans après sa mort (je sais, il est mort et ne peut rien donner, mais vous m’avez compris : ses ayant-droits ne se voient pas retirer une partie de leur héritage...) au domaine public.

              Répondre à ce message

  • Ce n’était pas du tout un débat, mais une publicité pour Angoulême 2014 http://tintin.bdangouleme.com/ , d’ailleurs tout le monde allait dans le sens de Mr Rodwell. Si Taddéi avait voulu un débat il aurait invité des contradicteurs (comme il fait d’habitude), le point de vue de Hugues Dayez aurait été le bienvenu, ou Albert Algoud le tintinophile bien connu, ou comme auteur bd Laurent Colonnier plus en rapport avec Tintin qu’Émile Bravo (très mal à l’aise à la télé "euh en fait")ou Bob Garcia et Gordon Zola.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 9 décembre 2013 à  23:54 :

      Quel est l’intérêt du festival d’Angoulême de mettre en place ce binz ?

      Répondre à ce message