Noctambule, une collection entre roman et bande dessinée

23 février 2007 3 commentaires

Les Éditions Soleil lancent Noctambule, une nouvelle collection de romans graphiques en bande dessinée. Choix de la mise en couleurs (noir et blanc, bichromie ou couleurs), pagination variable, l’éditeur toulonnais semble vouloir offrir une aire de liberté à ses auteurs.
D’après le communiqué de presse, ceux-ci pourront "soit revisiter avec originalité et sensibilité des œuvres littéraires, libres de droit ou non, qui les ont marqués ou influencés au cours de leur vie, soit proposer des récits personnels au graphisme empreint d’une identité forte et expressive."

Sont déjà annoncées pour le second semestre 2008 les adaptations de Moby Dick (Melville), À bord de l’Étoile Matutine (Mac Orlan), Le Dernier des Mohicans (Cooper), Le Joueur (Dostoïevski) et L’ïle aux trente cercueils (Leblanc).

LB

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • La bande dessinée commence à s’épuiser, tourner en rond. Après l’adaptation des séries télé, des humoristes, des chanteurs, voici celle des romans tombés dans le domaine public...

    Répondre à ce message

    • Répondu par marc lizano le 24 février 2007 à  18:39 :

      pour l’essentiel, il s’agit d’adaptations d’œuvres libres de droits, c’est à la fois moins cher et aussi plus facile à mettre en place. pour ma part, L’île aux trente cercueils "appartient" encore à la petite fille de Maurice Leblanc, et si elle m’autorise à adapter le roman de son grand père, elle en touchera une part sur les droits des ventes à venir.
      Je voulais faire cette adaptation depuis plus de dix ans et c’est rien de dire que je suis heureux de pouvoir le faire aujourd’hui…

      Répondre à ce message

      • Répondu par LO le 26 février 2007 à  10:21 :

        Un rappel, l’adaptation d’oeuvres littéraires a toujours été une pratique courante en BD. Tarzan, les Misérables, Gargantua, etc... Malgré des réussites flagrantes comme Ibicus, pourquoi l’a-t-on snobé ces dernières décennies ? Mystère.
        Il n’y a que les éternels grincheux pour râler quand la barrière s’ouvre à nouveau.

        Répondre à ce message