Olympus Mons T. 6 : Enstein

6 octobre 2020 0 commentaire

BIENVENUE SUR LA PLANÈTE MARS. Le sixième volume d’Olympus Mons des éditions Soleil est finalement disponible. Situé en 2026, la saga raconte les événements liés à la rencontre d’un vaisseau spatial au fond de la mer de Barents (appelé Anomalie 1) et sur la montagne Olympus en Mars, à travers les péripéties de cinq protagonistes.

Dans cette nouvelle addition, le dénouement final d’une intrigue interplanétaire et millénaire va toucher à sa fin... Du moins, c’est ce que l’on pensait, puisqu’un 7ème volume est déjà à l’horizon. Sur Mars, la cosmonaute Elena Chevtchenko parvient à pénétrer dans le vaisseau abandonné grâce à l’androïde Enstein et arrive à stopper l’anomalie, qui menace de détruire notre planète. Alors que sur Terre, les nations s’unissent dans un ultime effort pour contrer la menace extraterrestre et entamer un futur plus prospère.

Avec cette addition à une saga de grande envergure Christophe Bec (scénario) et Stefano Raffaele (dessin) offrent une fin presque accomplie, a un récit complexe composé de nombreux tropes de la SF (extraterrestres anciens, guerre biologique, médiums télépathiques, etc.) et un style narratif connu comme la « boîte des mystères », que J. J. Abram a grandement popularisé au sein d’Hollywood.

Quelle note pour cet album ? Bien, mais pas extraordinaire.

La fin est quelque peu abrupte, surtout face à la tension accumulée au long de cinq publications, mais laisse comprendre qu’une véritable conclusion est en perspective. Le graphisme de Raffaele est réaliste avec une grande dose de détails, mais pas spécialement doué dans la transmission de subtilités.

Sur un autre plan, la confrontation entre les deux civilisations extraterrestres guidées par des philosophies de vie complètement opposées, une prônant la science et la technologie comme valeur absolue et l’autre qui valorise l’exacerbation des instincts belliqueux, donne suffisamment de conflits internes et de parallélismes, pour en faire de la lecture une expérience attractive.

Recommandation : à lire dans un week-end de détente pour oublier les difficultés du vrai monde.

JS.

Olympus Mons T. 6 : Enstein
P. 7
©Soleil

Voir en ligne : Bande annonce d´Olympus Mons

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?