On parle de Gotlib au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme

27 mars 2014 0 commentaire

Belle affiche assemblée par le journaliste François Angelier (Mauvais Genre, sur France Culture) au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme : l’historien Pascal Ory, le réalisateur Patrice Leconte, le dessinateur de BD Zep, le chanteur et musicien Richard Gotainer et le conservateur honoraire du Cabinet des Estampes Maxime Preaud se sont joints à Anne-Hélène Hoog, la commissaire de l’exposition Gotlib pour parler des frasques du créateur de Gai Luron et de Raah Lovely.

On parle de Gotlib au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
Face à François Angelier (de g. à dr.) : Pascal Ory, Patrice Leconte, Anne-Hélène Hoog, Zep, Richard Gotainer, Maxime Preaud.

Patrice Leconte -que Gotlib fit rentrer à Pilote où il dessina des BD pendant cinq ans- parle de la volonté de se libérer qu’avait Gotlib au moment où il l’a rencontré : "Moi, il faut que je dessine des bites, lui avait-il dit, et à Pilote, on ne peut pas !".

Pascal Ory et Patrice Leconte

Zep qui a rencontré Gotlib plusieurs fois s’étonne de ce que cet artiste ne fait aucun croquis avant d’aborder la planche, il ne dessine que quand il doit faire sa page, remarque-t-il, une page parfaite, sans retouche ni repentir...

Anne-Hélène Hoog et Zep

Gotainer parla de cet album mythique qu’il avait fait avec Gotlib et Uderzo en 1987 chez Hachette, Vive la Gaule !, un ouvrage devenu culte qui mériterait une réédition.

Richard Gotainer et Maxime Preaud

"Je suis frappé par la qualité pédagogique des bandes dessinées de Gotlib" remarque de son côté Maxime Preaud, tandis qu’au cours du débat, Anne-Hélène Hoog précise qu’elle a voulu faire une exposition sur Gotlib et non sur l’œuvre de Gotlib.

"C’est la preuve qu’une exposition montre autre chose que l’œuvre", remarque Pascal Ory, qui ajoute :"Je crois que cette exposition est une date dans la vie de Gotlib, qui va l’amener à aller plus loin." Il souligne le rapport peu remarqué du dessin de Gotlib à Walt Disney, celui du cinéma, qui découvre émerveillé le Pinocchio dont le Jiminy Cricket inspire directement la célèbre Coccinelle. Il fait remarquer que le journal où Gotlib fait ses débuts, Vaillant (le futur Pif Gadget), était "quelque chose de grand" : "En 1951, on y trouve le premier texte du jeune Roland Topor, un récit de feu de camp, et dans les remerciements pour ceux qui vendent Vaillant on trouve le petit André Glucksman et le petit Alain Krivine ..."

Un débat de bout en bout passionnant.

DP

Les Mondes de Gotlib, du 12 mars - 27 juillet 2014 au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, Hôtel de Saint-Agnan - 71 rue du Temple - 75003 Paris.

Le site de l’exposition

Lire aussi : Comment ca, Marcel... vous êtes juif ?!?

Photos : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Richard Gotainer, Patrice Leconte et Zep

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?