« Persepolis » continue à exciter les fondamentalistes religieux en Tunisie

15 octobre 2011 0 commentaire

On vous avait raconté le scandale suscité par la diffusion en Tunisie du film de Marjane Satrapi & Vincent Paronnaud, Persepolis, tiré de la BD de la dessinatrice iranienne publiée à L’Association, sur la chaîne privée Nessma.

Le patron de la chaîne s’était excusé de cette «  atteinte aux valeurs du sacré » et le Premier Ministre tunisien en personne, de même que le parti au pouvoir, avaient tancé cette programmation, tandis qu’une association d’avocats portait plainte, ouvrant la voie à une instruction judiciaire.

Cette fois, c’est la propre maison du directeur de la chaîne qui a été attaquée par des manifestants, Nebil Karoui n’échappant à l’agression que parce qu’il a pu évacuer sa famille par une porte à l’arrière du bâtiment.

Des milliers de manifestants ont par ailleurs occupé quelques grandes villes du pays pour protester contre ce dessin animé primé à Cannes qui a attiré plus d’un million de spectateurs en France sans qu’il y ait eu le moindre incident, y compris de la part de spectateurs musulmans.

Pour les observateurs, il est clair qu’il y a là une instrumentalisation de ce film par les partis salafistes, fondamentalistes ultrareligieux, en vue des élections du 23 octobre 2011. S’ils ont un quelconque poids dans les urnes, c’en est fait de la démocratie et de la liberté d’opinion dans ce pays.

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?