Pilote, mâtin quel pavé !

Pilote, mâtin quel pavé !On vous l’avait bien dit : La déferlante éditoriale qui accompagne le quarantième anniversaire de mai 68 atteint aussi la BD ! Dans le sillage des news magazines (Télérama, le Monde2,..), c’est au tour des supports de BD d’accompagner le mouvement.

Après un bon numéro de Casemate en Mars centré sur la vision Tardiesque de Mai, Pilote, la revue au rythme de parution aussi inattendu que provisoire resurgit dans les kiosques.

Deux couvertures pour le prix de...deux !Dans ce numéro spécial, le journal qui s’amuse à lancer un pavé (sic) paraît pour l’occasion sous deux couvertures différentes (avis aux collectionneurs !) : une signée Cabu et l’autre Jean Giraud.
Pour ce numéro forcément exceptionnel la fine fleur des auteurs a été conviée. Entre les témoignages de Pierre Christin ou de Marie-Ange Guillaume, on appréciera les contributions de Pétillon, Baru ou encore Martin Veyron. Loin de se cantonner à la nostalgie, la revue s’efforce d’établir un pont entre deux générations : celle qui était déjà là (Mandryka, Lauzier, Druillet et bien d’autres) et ceux trop jeunes (ou pas nés à l’époque) qui n’hésitent pas à s’approprier le mythe et ajouter leur point de vue en textes et en images, parmi eux on reconnaît J.C. Menu, Larcenet, Barral ou Charb… !

Un contenu suffisamment riche et varié pour aller au delà du simple opportunisme éditorial !

PG

Pilote, 60 auteurs réinventent Mai 68, en vente dès le 9 avril au prix de 7,90€

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Pilote, mâtin quel pavé !
    9 avril 2008 19:12, par marcelinswitch

    68 chez Pilote, ce n’est pas resté un bon souvenir pour Goscinny, c’est marrant de voir ce numéro "anniversaire".

    Répondre à ce message

    • Répondu par simple soldat le 10 avril 2008 à  17:28 :

      c’est pour ça qu’on peut dire que l’initiative va "au delà du simple opportunisme éditorial" : c’est un opportunisme éditorial extraordinaire. Le spécial 68 d’un journal qui ne paraît plus... en deux couvertures, et avec des vrais morceaux de Menu dedans... c’en est presque beau.

      Répondre à ce message

  • Pilote, mâtin quel pavé !
    9 avril 2008 19:48, par moi

    "on vous l’AVAIT bien dit"... :]
    mâtin, relisez-vous !

    cordialement et tout et tout...

    Répondre à ce message

    • Répondu par ActuaBD le 10 avril 2008 à  08:46 :

      Mâtin, quelle faute ! L’élève Chaprot est encore passé par là !
      Nous avons corrigé. Merci.

      Répondre à ce message

  • Pilote, mâtin quel pavé !
    10 avril 2008 00:28

    On vous l’avez bien dit —> On vous l’avait bien dit

    Répondre à ce message

  • Pilote, mâtin quel pavé !
    13 avril 2008 11:48, par Jean-Paul Jennequin

    Ce qui est amusant aussi, c’est que ni Mandryka, ni Druillet ni Lauzier n’étaient publiés dans Pilote en mai 1968. Le premier était dans Vaillant/Pif et les deux autres sont arrivés plus tard. Le Pilote qui paraissait en mai 1968 publiait par contre déjà Cabu ou Fred.

    Un souvenir personnel : outre les étudiants matraqués par les CRS, il y a eu d’autres victimes des événements de mai, les lecteurs de BD. Pendant près d’un mois, aucun hebdo n’était disponible en kiosque (à Paris du moins) : ni Spirou, ni Tintin, ni les autres. Pilote a été le premier à réapparaître chez le marchand de journaux et je me rappelle avoir acheté un numéro où Iznogoud et le calife Haroun El Poussah se retrouvaient sur une île déserte en rentrant dans une affiche publicitaire. Quand on pense à l’importance des affiches en mai 68 pour ouvrir les esprits vers un autre monde, on ne peut qu’apprécier la coïncidence.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Patrick Gaumer le 14 avril 2008 à  10:19 :

      Petites précisions :

      Philippe Druillet est apparu dans l’hebdomadaire Pilote, en février 1970 (avec un de ses "6 voyages de Lone Sloane").

      Si on excepte une pub pour la collection "Humœurs", parue dans l’hebdo dès 1973, Gérard Lauzier publie dans le mensuel Pilote à partir de 1974 ("Lili Fatale").

      Nikita Mandryka est quant à lui bien présent dans l’hebdomadaire, à partir de novembre 1965, sous le pseudonyme Kalkus (en tant que scénariste, tout d’abord, avec "Jonhatan Jonh", dessiné par Ramon Monzon, au n° 316, puis, comme illustrateur, en juillet 1966, avec "Les essayeurs de pétards" - ceux du 14 juillet ! -, une histoire courte écrite par Jacques Lob, publiée dans le n° 351).

      À part ça, certaines histoires du dernier Pilote en date m’ont fait sourire, mais aussi ressentir que le temps passe décidément trop vite.

      PG

      Répondre à ce message