Plantu rend hommage à Yves-Marie Labé dans « Le Monde »

7 janvier 2011 0 commentaire
Plantu rend hommage à Yves-Marie Labé dans « Le Monde »
Plantu dans « Le Monde » du vendredi 7 janvier 2011.
© Plantu / Le Monde

Tout à l’heure ont eu lieu au Père Lachaise à Paris les obsèques d’Yves-Marie Labé, le critique BD du Monde, décédé le 31 décembre à l’âge de 56 ans (voir notre chronique). Grande foule. C’était très émouvant. Toute la BD était là : Les croque-morts de Morris (en moins sinistre, mais aussi moins drôles), le professeur Tournesol cité dans le discours d’hommage d’Éric Fottorino, le directeur du Monde, les maires de Champignac du journalisme qui y allaient tous de leurs discours (dont Jean-Christophe Ogier, président de l’Association des critiques BD), plus une flopée d’Astérix et d’Obélix de tous âges, parmi lesquels on reconnaissait Jean-Claude Mézières, Pierre Christin, Florence Cestac, Annie Goetzinger, André Juillard, Loustal, Jean-Marc Thévenet...

Beaucoup de larmes, de sincères marques d’amitié. Yves-Marie était quelqu’un d’aimé. On apprend par son neveu cette anecdote : en partant pour la Russie, il s’est aperçu qu’il avait parcouru le monde pendant des années avec un passeport où face à la mention « Sexe : », il était écrit : « Féminin ». Facétie de l’administration qui n’avait pas compris son prénom. Le plus drôle, c’est qu’il ne s’en était jamais aperçu… et les douaniers non plus !

Ce vendredi, Plantu, l’éditorialiste graphique du Monde, faisait écho à cet hommage de la BD à Yves-Marie. Curiosité : Le célèbre caricaturiste n’a en général aucun problème pour transposer les grands de ce monde dans ses dessins, mais là non : il reprend une photo. Pourquoi donc ? Par pudeur ? Par tristesse ? Sans doute. « La limite de l’humour, c’est la sensibilité » disait Raymond Devos à Bernard Pivot. C’est le mot juste.

DP

Avec l’aimable autorisation de Plantu.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?