Présentation de l’adaptation animée de "couleur de peau : miel" en avant première au centre Pompidou

18 avril 2012 2 commentaires

Dans le cadre de Planète Manga, vendredi 20 avril à 20h, le "work in progress" du long métrage sera présenté par Laurent Boileau, réalisateur, et de Thomas Schmitt, producteur français du film.

Adapté du roman graphique de Jung, « Couleur de peau : Miel » évoque l’histoire méconnue des deux cent mille enfants coréens adoptés de par le monde à travers la trajectoire de l’un d’entre eux. Basé sur un mélange d’animation et de prises de vues réelles, ce film autobiographique de Jung réalisé avec la complicité de Laurent Boileau [1], raconte le destin de ce déraciné et sa quête pour se réconcilier avec ses origines.

DT

Centre Pompidou
75191 Paris cedex 04
Standard : +33 (0)1 44 78 12 33
Public handicapé : +33 (0)1 44 78 16 73

Entrée principale par la piazza, place Georges Pompidou.
Entrée à la Bpi par la rue du Renard à l’opposé de l’entrée principale.
Entrée pour les handicapés moteurs et public non voyant rue du Renard angle Saint-Merri.

métros : Rambuteau, Hôtel de Ville, Châtelet ; RER Châtelet - Les Halles
bus : 21, 29, 38, 47, 58, 69, 70, 72, 74, 75, 76, 81, 85, 96
entrée : 2, 4 ou 6 euros

Voir en ligne : la page consacrée à Planète Manga sur le site du centre Pompidou

[1bien connu de nos lecteurs pour avoir écrit plusieurs années sur actuabd

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • J’ai un collègue d’origine coréenne qui tout petit a été passé en fraude par son père de la Corée du Nord à la Corée du sud, via dse militaires, puis ... adopté en France. Adulte, il a adopté à son tour des enfants coréens en grande difficulté physique et morale, et retourne parfois en corée revoir les parents naturels de ses enfants (etc). Il n’a pas du tout, mais alors ... PAS DU TOUT apprécié "couleur miel" qui étale le mal être, le pessimisme et l’anti adoption. Jung n’est pas la voix des Coréens, loin de là. Qu’on se le dise !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Goupil94 le 8 mai 2012 à  13:52 :

      Votre ami d’origine coréenne a sa propre histoire. Jung a la sienne. Votre ami n’a pas apprécié "Couleur de peau :miel). Je pense qu’il s’agit de la BD puisque le film sera en sortie nationale le 6 juin 2012.

      Vous ne précisez pas si vous-même avez lu le livre ou le film et si vous avez votre propre opinion.

      Jung parle du mal être, du pessimisme que chaque être éprouve à l’adolescence (accentué quand on est adopté). Enfin, Jung est adopté par des Belges et les autres enfants lui font bien sentir que ses parents sont blancs et lui "jaune".
      Votre collègue coréen a adopté des enfants coréen (ce qui déjà n’est pas le même contexte).Eux aussi étaient en grande souffrance physique et morale, donc le mal-être semble bien exister chez eux aussi.

      Jung n’a pas d’autre ambition que de faire partager son expérience personnelle. Le livre n’est pas un manifeste misérabiliste. Il traite d’un sujet universel : d’où venons-nous ? et comment vit-on avec ça quand on a été abandonné ?

      L’auteur s’y présente lui même comme un enfant difficile, rebelle et plein de défauts. Sous un sujet grave, l’humour et l’émotion sont présents à chaque page.

      J’ai assisté à une projection-presse du film (je suis animateur cinéma). J’ai vu, après la projection, une jeune femme coréenne très, très émue. Visiblement, ce film avait une résonance particulière pour-elle. Mais je ne suis pas coréen et j’étais ému également.

      A titre personnel, je vous encourage donc à lire une BD que j’ai beaucoup apprécié (tant au niveau du dessin que de la narration). Je vous encourage également à voir le film qui est un objet cinématographique tout à fait original : le récit est tantôt en dessin animé, tantôt en images d’archives (films en super 8, photos, dessins d’enfant)avec des inclusions de certains dessins du livre et d’images de Jung filmé adulte en Corée à la recherche de ses racines.
      Ayez la curiosité de connaître l’histoire de Jung...qui n’est pas celle de votre collègue.

      Répondre à ce message