Prix d’Angoulême : Le FIBD réactive la catégorie "séries"

8 mai 2019 1 commentaire

Ces dernières années, et cette année encore, les romans graphiques et la bande dessinée alternative avaient polarisé le palmarès du Festival International de la BD à Angoulême. Au risque de tourner le dos à une certaine bande dessinée commerciale qui est pourtant celle plébiscitée par le public sous les tentes angoumoisines. Ceci, d’autantplus, que pour diverses raisons, le "Prix du public" était lui aussi cette année passé à la trappe...

C’est pourquoi Stéphane Beaujean, le directeur artistique du FIBD, a décidé de réintroduire un "Prix de la série" tout à fait bienvenu. Or, quelle n’est pas notre surprise de découvrir dans le jury de présélection de cette catégorie, un certain... Didier Pasamonik, notre brillant et très vénéré directeur de la rédaction d’ActuaBD (c’est bon comme ça, chef ?) , lui qui, naguère, avait été blacklisté de l’événement charentais ! Tonnerre et étincelles !

Prix d'Angoulême : Le FIBD réactive la catégorie "séries"

Est-ce une façon de donner le change à certains éditeurs qui y voient le retour d’un connaisseur de la BD classique prêt à faire la promotion d’une BD commerciale qui, de Glénat à Bamboo, est trop souvent oubliée dans le palmarès ces dernières années ?

Rien n’est moins sûr car, à part Stéphane Beaujean déjà cité, figurent également dans le jury la scénariste Valérie Mangin (Alix Senator), Florent Bunel (libraire : Pulp’s toy store), Pauline Croquet (journaliste au Monde), Thi Nguyen (libraire : Au repaire des héros), et de Rémi Inghilterra (journaliste pour BoDoï).

Entre les comics, les mangas et la BD franco-belge, la "Loi des séries" s’annonce impitoyable !

Le Premier Ministre Edouard Philipe à la Cité de la BD à Angoulême, entre Xavier Bonnefont, le maire d’Angoulême (à g.) et Pierre Lungheretti, le directeur de la Cité (à dr.). Dans ses mains, des devoirs de lecture dont le "Ulysse - Le chant du retour" de Jean Harambat (Actes Sud), Prix Goscinny 2018. Saine lecture !
Photo : Cité de la BD. DR.

Par ailleurs, l’année 2020 s’annonce riche en événements : il y a quelques jours, le Centre International de la BD et de l’Image a reçu la visite du Premier Ministre, Édouard Philippe lui-même tandis qu’Angoulême posait sa candidature au réseau des villes créatives de l’UNESCO. La 47e édition du festival promet !

TF

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Prix d’Angoulême : Le FIBD réactive la catégorie "séries"
    19 septembre 10:15, par jean-pierre Dionnet

    Oui et non, car la bd classique ce n’est pas que des series mais paffois des albums isolés ou dans une serie un album qui se detache nettement, comme le CONAN de Robin Recht, "la fille du geant de gel" chez Glenat.
    Boucq a été recompensé, mais si divers,...Pas pour une serie , pour son esprit et son dessin qui part dans tous les sens :
    academique et experimental.
    _Il faut comprendre ce que Cannes à compris pour le cinema et que les cesars n’ont toujours pas compris.....

    Répondre à ce message