Prudence Petitpas perd son papa

21 mars 2008 4 commentaires

Nous apprenons le décès de Maurice Maréchal survenu ce 21 mars 2008.

Prudence Petitpas perd son papa
Hasard du calendrier : la première intégrale est ressortie cette semaine.

Né le 6 Juin 1922 à Waremme (Belgique), ce jeune prodige est vite fasciné par le dessin, la peinture et la caricature. En cotoyant Raymond Macherot, il s’essaie à la bande dessinée et c’est en 1957 qu’il se présente au Lombard avec les aventures de Prudence Petitpas. S’ensuit une quinzaine d’histoires courtes scénarisées par René Goscinny, puis une première enquête de 30 pages qu’il réalise seul. Greg lui écrira deux récits, puis ce sera au tour de Mitteï d’étoffer les aventures de la vieille dame. La série avait fait l’objet d’un dessin animé.

Après une longue pause, il a repris ses crayons pour 5 nouveaux courts récits, publiés dans Spirou. On a alors accueilli en 1995 le recueil de ces oeuvres en intégrale dans les Classiques du Rire, dont une réédition vient de sortir.

Il aurait eu 86 ans en juin prochain.

CLD

Commander l’intégrale sur Internet

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Prudence Petitpas perd son papa
    21 mars 2008 20:42, par francois d

    Un jour noir pour la bd belge avec également le décès de Raymond Leblanc !

    Répondre à ce message

  • Encore une triste nouvelle
    21 mars 2008 21:51, par Michel Dartay

    la carrière de Maurice Maréchal s’est effectuée avec modestie, à l’écart du strass et des paillettes de la môde. N’oublions pas que c’est avec des auteurs de ce genre que la BD s’est développée dans les années soixante et soixante-dix.

    Répondre à ce message

  • Prudence Petitpas perd son papa
    22 mars 2008 23:01, par chris lamquet

    Durant les lointaines années 60, ça ne rigolait pas rayon discipline à l’Athénée de Verviers ; coupe de cheveux réglementaire, tenue réglementaire, tronche réglementaire, idées réglementaires...la plupart des profs et des pions étaient à l’avenant. Patisans du marche-au-pas et du silence-dans-les-rangs, ils contribuaient joyeusement à nous plomber le quotidien. Je dis "la plupart" car il y avait une exception ; un prof grande bringue, mains dans les poches, toujours un peu dans la lune. Une heure dans sa classe, c’était une heure loin des cerbères et de leur carnet de "retenues" qui rôdaient dehors (bon d’accord, je dramatise un peu, mais ça me soulage) ; J’ai donc été un des élèves de celui que j’appelais à l’époque m’sieur Maréchal. Alors salut m’sieur Maurice !

    Répondre à ce message

  • Prudence Petitpas perd son papa
    26 mars 2008 16:23, par marcelinswitch

    Un auteur qui est parti comme il a vécu ; en toute discrétion.
    Au revoir et merci.

    Répondre à ce message