Rebondissement pour Lefranc

21 novembre 2007 7 commentaires

Après 3 albums consacrés aux Voyages de Lefranc (L’Aviation), Régric va signer les aventures de Lefranc dans les années 50, appuyé par les scenarii de Michel Jacquemart. C’est déjà à ce dernier qu’on devait le solide suspense du Maître de l’atome. André Taymans arrêterait donc sa collaboration après la sortie du prochain Réseau Swatiska. Dans le souci de sortir un Lefranc par an, Carin continuerait la série contemporaine, avec Patrick Weber.

CLD

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Rebondissement pour Lefranc
    21 novembre 2007 18:13

    Ah c’est marrant, jusqu’ici Jacquemart (pseudo ou nom prédestiné ?) semblait écarté pour de bon et ce depuis la sortie du Maitre de l’Atome. C’est un vrai revirement en effet

    Répondre à ce message

    • Répondu par Grospatapouf le 21 novembre 2007 à  23:55 :

      Pour moderniser encore plus Guy Lefranc, le Comix Pouf ! proposait il y a peu de le rebaptiser Guy Leuro. Une bonne idée, non ?

      Voir en ligne : L’article du Comix Pouf

      Répondre à ce message

    • Répondu le 22 novembre 2007 à  06:32 :

      Je ne sais pas où tu as vu que Jacquemart avait été écarté. Je trouve que ce qu’il a fait avec le maître de l’atome était vraiment excellent.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Antonio le 22 novembre 2007 à  08:53 :

      Rebondissement, dites-vous ? C’est à dire, d’après le petit Robert, un "Développement nouveau survenant après un temps d’arrêt". Faudra nous l’expliquer en détail, car cela fait belle lurette qu’il n’y aucun développement nouveau dans la triste déchéance graphique et commerciale des productions "Martin". Hélas.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Bernard le 24 novembre 2007 à  13:23 :

        Je ne suis pas d’accord avec les termes déchéance graphique, sans aucune argumentation. Simon, Taymans, Pâques sont au contraire d’excellents dessinateurs. Le problème tient plutôt au scénariste actuel Weber, qui ne fait vraiment pas décoller les séries, alors qu’il s’occupe de toutes celles-ci. C’est une erreur de mettre tous ses oeufs dans le même panier de la part de Casterman.
        Jaquemart, justement, a fait un excellent scénario de Lefranc.
        Mais des critiques à l’emporte-pièce n’apportent vraiment rien au débat

        Répondre à ce message

        • Répondu le 25 novembre 2007 à  10:30 :

          Les critiques négatives ou les louanges à l’emporte-pièce ne valent rien les unes comme les autres.

          Martin avait habtiué ses lecteurs à une qualité qui n’est plus là, il faut bien le reconnaître. Après une transition longue et difficile (Moralès et Hervan), Alix retrouve des couleurs d’un point de vue graphique avec Simon, mais où sont les reconstitutions architecturales et les mises en page savantes qui faisaient l’intérêt des oeuvres personnelles de Martin ?

          Pour la dernière série en date, Loïs, elle est respectable mais le jeune dessinateur choisi par Martin, Pâques, est très loin d’avoir les qualités graphiques qu’avaient en son temps le jeune Pleyers, par exemple. Martin nous avait habitué à mieux choisir ses jeunes collaborateurs pour des nouvelles séries (pour ne pas parler de Juillard).

          Pour Lefranc, c’est encore un autre problème : Carin dessine à sa manière, et on peut apprécier ou non. Pour ma part, je n’accroche pas à ce graphisme qui me semble très éloigné de l’univers de Jacques Martin. Quant à Taymans, son entreprise est digne d’intérêt, mais les maladresses s’accumulent et ne sont pas dignes d’un album de Jacques Martin. Je m’interroge sur sa succession par Regric, qui semble un fidèle héritier de Bob de Moor. Mais il y a un pas à franchir entre l’illustration de livres et la bande dessinée.

          On nous parle également d’une reprise en alternance d’Alix par Ferry. Son cas pourrait être identique à celui de Carin. Ces dessinateurs ont leur style, leur univers. Peut-il se fondre dans celui de Martin ? C’est là toute la question. Car l’oeuvre de Martin est très personnelle, contrairement à d’autres séries plus conventionnelles.

          Je comprends la déception de l’intervenant qui parle de "déchéance". on ne peut pas dire que ces collections se soient brillament renouvelées. Jacques Martin était un novateur, il a sans cesse innové dans ses mises en pages, sa façon de raconter, les thèmes qu’il choisissait. Casterman choisit de sages repreneurs, des intrigues peu convaincantes (en regard de l’intensité des récits de Martin), convenues... C’est un choix éditorial, que l’on doit respecter, mais rien n’oblige à l’approuver aveuglément.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Antonio le 26 novembre 2007 à  08:53 :

            Cher ami, je souscris entièrement vos propos, et c’est bien dans le sens que vous indiquez que j’avais parlé de "déchéance graphique". Je ne retrouve l’esprit ni la rigueur graphique de Martin dans les dessinateurs qui ont hérité de ses séries. Le dernier Alix représente certes un grand progrès après le très décevant "Roma", mais les autres séries continuent de tituber, graphiquement et narrativement.

            Répondre à ce message