Renaud, le dessinateur de Jessica Blandy rejoint Sandawe

9 novembre 2012 8 commentaires

Un nouveau projet à financer est venu enrichir le catalogue de Sandawe. En effet, l’éditeur 2.0 vient d’accueillir sur son site D’Encre et de Sang, une histoire de serial killer sur fond de Seconde Guerre mondiale.

À la barre de ce diptyque, on retrouve un vieux routier de la bande dessinée en la personne de Renaud, le dessinateur de Jessica Blandy, Venus H ou encore Santiag.

Le scénario est quant à lui signé Gihef, à qui l’on doit des séries telles que Haute Sécurité, Mister Hollywood et le tout récent Skipper, toutes parues chez Dupuis.

Comptant déjà dans son catalogue des auteurs tels que Nicolas Vadot et Zidrou, l’arrivée de ces deux auteurs à succès est une bonne nouvelle pour le jeune éditeur belge qui renforce un peu plus son label.

Sandawe est une maison d’édition fondée par l’ancien éditeur de Dupuis et rédacteur en chef de Spirou Patrick Pinchart [1] et qui fonctionne sur le modèle du financement participatif.

Renaud, le dessinateur de Jessica Blandy rejoint Sandawe
D’Encre et de Sang - Renaud, Gihef - Sandawe
D’Encre et de Sang - Renaud, Gihef - Sandawe
D’Encre et de Sang - Renaud, Gihef - Sandawe

Voir en ligne : Sandawe.com - D’Encre et de Sang

[1Par ailleurs le créateur d’ActuaBD.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • Tiens, un album avec des croix gammées. Y’avait longtemps...

    Répondre à ce message

    • Répondu le 10 novembre 2012 à  11:41 :

      Bah, c’est pour équilibrer les albums avec des faucilles et des marteaux...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Manu le 10 novembre 2012 à  13:14 :

        C’est moi ou toutes les mains de ces pages sont ratées ?

        Répondre à ce message

        • Répondu le 11 novembre 2012 à  15:19 :

          C’est vous.

          Répondre à ce message

        • Répondu par Oncle Francois le 11 novembre 2012 à  17:37 :

          C’est vrai que de nombreuses mains semblent avoir été mutilées, sans doute par l’explosion proche d’une grenade. A l’époque, la chirurgie reconstructive n’avait pas la qualité de celle d’aujourd’hui.

          Répondre à ce message

    • Répondu le 10 novembre 2012 à  16:15 :

      Tiens, un commentaire constructif. Y avait longtemps.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 11 novembre 2012 à  18:46 :

        Alors parlons de la perspective bancale de la 1ère case si vous ne souhaitez pas aborder le choix du sujet : serial-killer et III Reich.

        Répondre à ce message

    • Répondu le 17 novembre 2012 à  16:23 :

      En principe je ne réponds jamais sur des forums "modérés" autrement dit " censurés", mais nous allons bien voir :
      En pratique, au dos de l’officier, accroché au mur, ce n’était pas une croix gammée mais le portrait à peu près 2/3 debout d’Alolfe Hitler qui apparaissait.
      Quoi qu’il en soit la censure réduit l’Art à néant.

      Répondre à ce message