Riad Sattouf a terminé le tome 6 des Cahiers d’Esther

Classification : tout public

SORTIE. Le dessinateur Riad Sattouf vient de terminer le tome 6 des cahiers d’Esther, la série comportera en tout neuf volumes. L’album est annoncé pour le 10 juin prochain, sous réserve de fin de confinement entraînant des reports et autres complications.

Voilà cinq ans que nous suivons les aventures de la jeune Esther. De ses 10 ans, nous la suivrons jusqu’à ses dix-huit ans à raison de un recueil par an. Prépubliés dans l’Obs, Les Cahiers d’Esther mettent en scène des anecdotes réelles racontées à Riad Sattouf par la vraie Esther (celle-là même dont le nom a été modifié afin de préserver l’anonymat de la jeune fille).

Les Cahiers d’Esther font partie de ces séries où le lecteur voit son personnage grandir et mûrir. Il apprend ses doutes, ses aspirations et peut aisément s’identifier à lui. Le lecteur évolue avec Esther, comme c’est le cas de plus en plus avec d’autres séries jeunesse incontournables. Ce faisant, Riad Sattouf parle aussi et avant tout du présent et sait capter les mentalités et l’air du temps.

FRsl

Riad Sattouf a terminé le tome 6 des Cahiers d'Esther

À lire sur Actuabd.com :
- Une chronique des Cahiers d’Esther
- Une tribune expliquant "Pourquoi on aime Esther ?"

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • Et sinon il dort bien ? Le transit, tout ça, c’est ok ?

    Répondre à ce message

  • punaise plus que trois....

    Répondre à ce message

    • Répondu par Crobard le 20 mars à  10:04 :

      Je n’ai jamais compris le succès de ce type de dessin de cours d’école. Merci les médias et Dargaud, ou Dargaud-Média !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Anne Teuf le 20 mars à  12:23 :

        Une belle série qui a trouvé son public. Bravo !

        Répondre à ce message

        • Répondu le 20 mars à  19:17 :

          Ce n’est pas son dessin qui fait son succès. C’est son regard plein de candeur sur l’enfance et l’adolescence. Beaucoup de gens s’y reconnaissent. Cela dit, son dessin est au point et très lisible, même s’il n’a pas la virtuosité d’un Schulz, d’un Quino ou d’un Bill Watterson.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 22 mars à  08:21 :

            De nombreux albums proposent un regard candide et plein de vérité. Son travail est très scolaire et manque vraiment d’élan. Le battage médiatique accompagne souvent la réussite.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 22 mars à  13:47 :

              Ça a commencé à marcher avant que les médias s’en mêlent. Il a trouvé son public. Il y a un truc chez lui qui touche visiblement les gens. C’est pas contestable même si on n’aime pas.

              Répondre à ce message

              • Répondu le 24 mars à  17:50 :

                La contestation n’est pas un dénigrement, tout est contestable, puisque rien n’est éternel, même le succès. L’emballement médiatique (bien orchestré) autour de son travail explique aussi son succès.

                Répondre à ce message

                • Répondu le 25 mars à  07:13 :

                  Orchestré par qui ? Les médias sont grégaires, c’est connu. Il ne faut pas y voir un complot.

                  Répondre à ce message