Siné cité à comparaître par la LICRA

La Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA) a assigné le dessinateur Maurice Sinet alias Siné à comparaître le 9 septembre 2008 devant le Tribunal de Lyon apprend-t-on aujourd’hui par une dépêche de l’AFP. «  C’est une citation pour incitation à la haine raciale  », aurait déclaré l’avocat de la LICRA, Me Jakubowicz, à l’AFP.

Il est assigné non seulement pour l’article à l’origine de l’affaire, celle concernant le fils du président de la République, Jean Sarkozy et qui lui avait valu l’éviction du journal, mais également pour un article précédent de Charlie Hebdo daté du 11 juin où cette fois les Mulsumans étaient mis en cause. Dans sa citation, la LICRA estime que le dessinateur aurait incité sciemment ses lecteurs à la haine à l’encontre des Musulmans et des Juifs.

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
32 Messages :
  • Siné cité à comparaître par la LICRA
    14 août 2008 00:33, par Patrick

    L’affaire n’est peut-être pas gagnée pour Siné vu ses propos sur... non pas les juifs, mais les musulmans ! C’est pourquoi la LICRA le fait habilement comparaître aussi pour cela (avec seulement le paragraphe sur Sarkozy Junior elle aurait probablement perdu). Il faut soutenir Siné dans cette affaire qui dépasse largement sa personne et ses propos (en signant la pétition en sa faveur notamment). Car il s’agit clairement de dénoncer ceux, très médiatisés, qui ont instrumentalisé la dénonciation de l’antisémitisme pour faire taire toute critique de la politique israélienne. Et qui nous assènent maintenant en prime leurs idées proches de la mouvance néo-conservatrice. Nous, les internautes, avons largement gagné la première manche, mais le combat n’est pas fini...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Alain le 14 août 2008 à  16:30 :

      non Patrick, on ne parle pas d’Israel dans cette affaire, seulement d’un antisémitisme bien de chez nous. Je devrais dire "d’un éventuel antisémitisme attribué à M. Siné qui fait l’objet de nombreuses controverses". Mais d’Israel, point.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Patrick le 14 août 2008 à  21:53 :

        Si Alain, la politique d’Israël ne peut pas être ignorée dans cette affaire Siné, qu’on peut même voir, pour une part, comme un effet collatéral du conflit israélo-palestinien : dans la mesure où ce conflit a au fil des ans (et des intifadas) considérablement raidi les comportements dans un sens communautaire, et pas seulement dans les banlieues, mais aussi, hélas, chez les intellectuels d’origine juive. D’où la réaction anti-Siné actuelle de leur part, qui aurait été impensable il y a seulement dix ans.

        Par ailleurs, Siné n’a pas de rapport avec le "vieil antisémitisme bien de chez nous", lequel était pour l’essentiel (quoi qu’en disent certains intellectuels ex-maoïstes devenus aujourd’hui plus ou moins proches des néo-conservateurs) propre au milieu catholique traditionnel, c.a.d. aux milieux dirigeants de la société française d’alors.

        Répondre à ce message

        • Répondu par alain le 15 août 2008 à  09:56 :

          Patrick, l’affaire Dreyfus : la ligne de fracture n’est pas catholiques d’un côté, anticathos de l’autre : elle traverse tous les camps. il n’y a pas des bons d’un côté et des méchants de l’autre. de tout partout. et je suis intrigué par votre thèse : "...propre au milieu catholique traditionnel, c.a.d. aux milieux dirigeants de la société française d’alors." quels milieux dirigeants ? à quelle période ? ceci demandé, l’antisémitisme est la chose la mieux partagée au monde. il traverse les ages et les différents milieux. ces deux derniers siècles tous les milieux se sont construits une bonne raison de haïr. les individus ont choisi. l’affaire Siné renvoie également, il faut le rappeller, aux attaques insistantes essuyées encore il y a peu par M. Sarkosy père sur son ascendance (son grand père maternel de Salonique), émanant de milieux de gauche extrême, de gauche ambigue comme de droite extrême, dans nos villes, nos campagnes comme dans nos banlieues. vidéos, sujets et témoignages sur le net. je vous laisse deviner les mots clés. c’est bien une affaire très de chez nous.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 15 août 2008 à  18:15 :

            Alain, la société française a au cours des siècles baignait dans le christianisme et c’est compte tenu de ce contexte qu’elle s’est montrée, à l’occasion, antisémite (comme lors de l’affaire Dreyfus). Mais on peut être athée et antisémite, bien sûr. Et de gauche et de même. Mais c’est plus rare. Ainsi en 68, les manifestants criaient « Nous sommes tous des juifs allemands », à quoi les manifestants de la grande contre-manifestation (de droite) fin mai ont répondu : « Les juifs à Dachau »… Aujourd’hui, on met l’accent sur l’antisémitisme de gauche, alors qu’historiquement il est anecdotique par rapport au bon vieux antisémitisme traditionnel et de droite. Ce qui s’est passé c’est que l’éternisation du conflit israélo-palestinien, d’une part, le 11-septembre, de l’autre, ont exacerbé les passions. A quoi s’est ajoutée une improbable mais néanmoins réelle alliance entre juifs américains et l’entourage évangélique de Bush.

            Cela dit, l’antisémitisme est la chose du monde la mieux partagée, c’est vrai. Raison de plus pour ne pas en rajouter. Qu’on ait pu faire allusion ici ou là à l’éventuel ascendance juive de Sarkozy dans des milieux extrêmes n’a vraiment rien d’extraordinaire (c’est le contraire qui l’aurait été ! Et qu’en aurait-il été s’il avait eu des ascendances musulmanes… il n’aurait même pas osé se présenter à l’élection !). D’autant plus facilement qu’il a été présenté par les Israéliens et par ses propres supporters eux-mêmes comme étant, je cite, « le candidat naturel des électeurs juifs ».

            Répondre à ce message

            • Répondu par Patrick le 16 août 2008 à  19:48 :

              Juste une rectification d’ordre historique : les manifestants criaient "Cohn-Bendit à Dachau" (et non "Les Juifs..."). Cela n’enlève rien au caractère clairement antisémite du slogan.

              Répondre à ce message

  • Mais n’était-ce pas le président de la LICRA lui-même, ami de Sarkozy, qui lança dans Le Monde la rumeur sur la conversion du fils Sarkozy ? Il faut le cité à comparaître lui aussi.

    Répondre à ce message

  • LICRA ou la nouvelle inquisition
    14 août 2008 09:00

    encore cette confusion entre race et religion. Bientôt, tout humoriste qui s’opposera à une religion sera considéré comme raciste et devra comparaître devant les tribunaux ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 14 août 2008 à  10:13 :

      Juifs et musulmans, ce sont des races, selon vous ?

      Répondre à ce message

      • Répondu par LP le 14 août 2008 à  10:48 :

        LICRA = "Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme" : la défense des communautés que propose cette association concerne à la fois les "races" et les religions, on dirait.

        D’ailleurs, le terme de "race" étant caduque au sein de l’espèce humaine, le "racisme" est aujourd’hui considéré par une majorité comme une "xénophobie orientée" : origines ethniques et religions, voire traditions ou simple appartenance à une communauté (gens du voyage) sont mis dans le même sac.

        En l’occurrence, le procès dont il est question ici s’oriente plutôt vers la "xénophobie religieuse" juive ou musulmane. Si l’incitation à la haine est condamnable (dans ce cas, celle anti-famille-Sarkozy aussi), comment doit se situer un athée militant ? La question n’est pas insoluble mais devrait être posée.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 14 août 2008 à  10:58 :

          Je crois que la différence se situe

          1/ Entre le fait d’attaquer des idées et pas une catégorie de gens sur la base de leur appartenance ethnique ou religieuse

          2/ A ce que cette critique ne soit pas une "incitation à la haine"

          Si l’on fait attention à ces deux paramètres, la liberté est totale, non ?

          Répondre à ce message

          • Répondu le 14 août 2008 à  15:14 :

            Je crois malheureusement que l’attaque d’une idée est DÉJÀ confondue avec l’attaque des gens qui croient en cette idée.

            Ainsi on ne peut plus dire :
            "l’islam et le judaïsme sont des constructions mentales hautement délétères" sans être accusé ipso facto d’attaquer les musulmans et les juifs.

            On ne se sert plus assez de la liberté de critiquer les idées, du coup cette liberté n’est plus que peau de chagrin.

            Répondre à ce message

  • Siné cité à comparaître par la LICRA
    14 août 2008 09:18, par LP

    Trop de protection tue la protection : quels impacts sur la population va faire tout ce ramdam médiatique avec un sujet aussi sensible que le racisme et la liberté d’expression ?

    Le risque est de voir une animosité croissante envers les "anti-racistes moralisateurs" et donc un réveil de ce que l’intelligence de notre culture a réussi à contenir depuis si longtemps.

    Même risque lorsque certains insistent trop lourdement sur la préhéminence d’une culture donnée dans la vie culturelle globale de notre société : ça risque d’agacer et de provoquer l’effet inverse à celui souhaité.

    Même la Laïcité Militante commence à devenir suspecte !

    Répondre à ce message

  • Gros paquet
    14 août 2008 16:04

    c’est curieux ce mélange, on dirait qu’on met 2 affaires dans le même panier, 2 affaires distinctes. est ce vraiment habile ? comme s’il en fallait une pour faire passer l’autre au risque de l’amalgame, ou de l’indifférenciation, pas trouvé trace du problème avec les musulmans, auriez vous une copie ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 14 août 2008 à  16:48 :

      Leurs accusations d’antisémitisme ne tiennent pas une seconde alors ils changent leur fusil d’épaule, pour ne pas perdre la face.

      Répondre à ce message

  • Siné cité à comparaître par la LICRA
    15 août 2008 10:04, par ActuaBD - Le modérateur

    Pour celui qui a posté l’extrait de l’article de Siné publié sur Charlie Hebdo, nous avons été contraints de supprimer son message car il excédait le droit de citation (c’était un texte qui nous aurait valu de demander l’autorisation préalable et de devoir payer des droits d’auteurs à Siné) et parce que nous en publierons de larges extraits dans un prochain article, dans le cadre du droit de citation cette fois-ci.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 15 août 2008 à  20:37 :

      bref - vous ne pouvez publier ce que tout le monde a déjà publié ! Argument ridicule !

      Répondre à ce message

      • Répondu par ActuaBD - Le modérateur le 15 août 2008 à  20:47 :

        C’est votre comportement qui est ridicule. Vous êtes incapable de faire usage correct du droit de citation et, sous couvert d’anonymat, vous voulez nous pousser à la faute. La manœuvre est un peu grossière.

        Rien ne vous empêche de mettre un lien vers les endroits "où tout le monde a déjà publié". Pour le reste, d’ici à quelques jours, nous détaillerons ce que la Licra reproche à Siné.

        Répondre à ce message

  • Siné cité à comparaître par la LICRA
    15 août 2008 12:05, par blabli

    l’accusation du 2 poids 2 mesures qui émaille le web depuis 1 mois les oblige à mettre une touche de musulmane dans leur réquisitoire : critiquer la burqa, c’est raciste. vive le communautarisme ! ils nous prennent vraiment pour des c... et j’espère qu’ils vont se ramasser au procès. dans le cas contraire ce sera signe que notre démocratie et la laïcité sont vraiment mal en point

    Répondre à ce message

    • Répondu par Sergio Salma le 15 août 2008 à  13:10 :

      Deux personnes dans un bureau se chamaillent. Deux personnes au caractère fort, méchants de profession se tirent la gueule, se tirent dans les pattes et finissent sur un clash comme il y en a dans toutes les assemblées et tous les milieux. Deux personnes se pourrissent la vie et des milliers d’autres y vont de leurs commentaires sur la démocratie, le racisme, le droit, les libertés. Combien de temps encore ? Il se passe des
      centaines d’événements, il sort de fantastiques bouquins,des auteurs émergent et on a envie de connaître un peu de cette effervescence pas de voir un site bd envahi par toutes les haines , les rancoeurs et les énervements. Marre de cette glose, passons à autre chose.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 15 août 2008 à  13:53 :

        Cher Sergio,

        Je comprends ta réaction car cette affaire a quelque chose de nauséeux, mais je suis désolé, on ne peut pas la réduire à une simple querelle entre deux personnes.

        Elle est même assez centrale pour les créateurs et les éditeurs -et il y en a beaucoup qui nous lisent : Peut-on tout dire ? On voit bien que non, mais dès lors, jusqu’où peut-on aller (pas) trop loin ?

        Que dit la loi ? Quels sont les critères ? Y a-t-il des combats à mener ?

        Cette pédagogie-là, nous avons envie de la pratiquer. Donc non, on ne tournera pas la page.

        Je ne crois pas non plus que notre site ne s’intéresse qu’à ça. Nous ne manquons pas de vous faire partager nos découvertes et ce, en dépit de la trève estivale.

        L’Affaire Siné est un feuilleton irritant mais nécessaire à la compréhension de notre métier.

        Amicalement,

        Didier

        Répondre à ce message

        • Répondu par Sergio Salma le 15 août 2008 à  14:28 :

          On aura compris que ni Val ni Siné ne sont racistes ; qu’ils luttent tous deux à leur manière, qu’ils sont étonnamment semblables dans leurs colères. Ils pouvaient pas se piffer , une inimitié comme des millions d’autres ; on relate le fait en l’englobant dans un magma d’idées et de concepts ; on a perdu pied dans cette histoire depuis le début. on a compris aussi que Siné a un peu gaffé, que Val s’est gouré, que l’erreur est humaine. Jusque là que de la maladresse, de l’idiotie et un peu de distraction. En revanche quand le monde entier décide de rallier un camp ou l’autre, là c’est la vraie guerre. Et c’est là que ça dérape.

          Loin de moi l’idée de dire que ce débat était inintéressant ; il m’en a appris beaucoup d’ailleurs sur certains et leur coup de gueule me renseigne pas mal sur la vision qu’ils ont du droit à la parole ; des gens que je n’ai plus entendu depuis trop longtemps sur des sujets graves dont le métier est la parole qui viennent se répandre à droite ou à gauche en assassinant soit l’un soit l’autre des protagonistes de cette triste histoire, je n’en reviens pas.

          Si cette haine était surgie d’un journal "soft" je comprendrais encore ; des dérapages en direct à la télé, à la radio sur des chaînes généralistes on se doit de les pointer du doigt (sans pour autant jouer à l’inquisition permanente, merde !) mais un grognon qui grogne dans un journal de gens très durs, à l’humour noir voir carrément mortifère, des commentaires acides sur la vie, qui aligne les regards désenchantés et iconoclastes, de ces gens -là qui écrivent avec méchanceté(et drôlerie) et qui décrivent avec violence, que devions-nous attendre ?

          Siné est un hargneux ; comme un chien méchant (qui cache un coeur gros comme ça) et Val est un homme sévère . Ils ont tous les deux le droit d’avoir des contradictions et des faiblesses. La démocratie commencerait là où on pourrait justement aller trop loin.

          Sous couvert de justice et de bienséance, on a définitivement viré dans un monde ( enfin nous ,les occidentaux aisés ) aseptisé.

          L’antisémitisme est un baromètre infernal. L’islam , le christianisme et le judaïsme sont le test suprême. Quand on touche à un de ces 3 thèmes sacrés,et ils le sont, s’il y a levée de boucliers, on peut craindre que le climat soit véritablement électrique. Comme une allergie , elle se déclenche très souvent à mauvais escient, et surtout dans des proportions exagérées. Ce que le "public" retiendra encore de ces affrontements ?! Une fois encore il associera antisémitisme à bagarre ; ce sont les vrais antisémites qui vont pouvoir encore fêter une victoire.

          Voilà comment le droit à la parole (et ce pseudo-pouvoir d’Internet) peut envenimer les choses au lieu de pacifier les âmes.

          Il ne s’agit pas d’édition, ni de liberté d’expression. Si Siné a le droit de dire ce qu’il veut, Val aussi a le droit de dire ce qu’il veut ; je remets les choses à plat sans prendre aucunement le parti de l’un ou de l’autre. Dans le contrat qui nous lie à un éditeur, il est bien stipulé que celui-ci a une part de responsabilité ; si j’étais éditeur je réfléchirais à deux fois pour engager certains individus. C’est sa liberté aussi à l’éditeur !

          L’éditeur serait selon certains celui qui devrait tout permettre. C’est justement là que commence le bordel. Oui on peut tout dire mais pas n’importe où. Si Charlie Hebdo a un rédac-chef , ce gars ( même s’il a 30 ans de moins que le gars qui dessine dans ses colonnes) ça veut dire aussi quelque chose. Dans rédac-chef il y a chef.

          Si Siné a envie de publier ce qu’il veut, il aura certainement droit à le faire dans des livres chez de multiples éditeurs.
          Des méchants subversifs qui bossent 40 ans dans la même boîte, ça m’outre. Un rédac-chef qui lit pas les textes qu’il publie c’est consternant.
          Voilà . Deux gaffes de deux hommes, le reste c’est du blabla.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Rosse le 16 août 2008 à  02:55 :

            Comme d’habitude Sergio, vos posts témoignent d’une réelle reflexion.

            Je vais encore me faire taper dessus mais j’y reviens. Ayant bossé quotidiennement avec Choron 9-to-5 pendant près de 5 ans, je crois avoir une idée assez précise des conflits personnels, toutefois ils me furent décrits par une seule personne. Néanmoins...

            Qui plus est, j’achetais très occasionellement Charlie. Le dessin de presse et l’actualité m’intéressant moyennement. Choron était qq’1 qui voulait le pouvoir. Clair et net. Donc avec Val ça pouvait pas marcher. Je connais pas Val, l’ai vu qu’à cette soirée de transmission de pouvoir. Mais Choron voulait être le boss, c’est clair.

            D’un point de vue personnel, je trouvais assez pathétique et touchante la plaidoirie de Gébé. Qu’il avait besoin de bouffer. Surpris, à l’époque, que ces génies soient en train de se prendre le bec pour.... leur survie ? Ok, maintenant je pige...

            La violence des commentaires de ce forum, la violence des propos déjà naguère... Peut-être est-ce qq chose d’inhérent à ce genre de publication. Au risque encore de me faire accuser d’idolâtrerie par "les mal-comprenants" je citerai cette anecdote de Choron -catastrophé lui même quand il me l’a contait- en allant chez son boucher celui-ci lui dit : "Super, ce que vous avez mis dans la gueule aux arabes dans votre dernier numéro !"

            C’est dur le métier d’humoriste...!

            Répondre à ce message

      • Répondu le 17 août 2008 à  15:28 :

        Je ne suis pas sociologue mais j’ai l’impression que la plupart des personnes qui parlent et s’interressent de prés à cette affaire siné sont plutot majoritairement des gens cultivés qui, précisement s’interressent à la culture et sont curieux de pleins de choses...
        Ne renversons pas les rôles, et méfions nous des apparences...

        Répondre à ce message

  • Siné cité à comparaître par la LICRA
    15 août 2008 13:39, par Tibur

    Les associations antiracistes, Charlie-Hebdo... tout le monde devient dingue dans ce pays.

    Répondre à ce message

  • Siné cité à comparaître par la LICRA
    15 août 2008 13:43, par Tibur

    Pure curiosité : pourquoi tombe-t-on sur cette page précise, tout en haut, sur une banière de pubs pour "Entrefeujs", visiblement une sorte de meetic communautaire ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par ActuaBD le 15 août 2008 à  13:57 :

      Réponse : Cette bannière est gérée par un régie de publicité qui programme ces passages selon les voeux de ses clients. On suppose que ce site a jugé intéressant de mettre de la pub sur le nôtre. Dans le contexte de l’affaire Siné, ça fait bizarre en effet, mais on n’a rien contre.

      Répondre à ce message

  • Siné cité à comparaître par la LICRA
    15 août 2008 14:38, par Tibur

    Merci de l’explication. Sans doute aussi le moteur de ce site de pub réagit-il tout simplement à des mots clés et adapte sa pub en conséquence.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 15 août 2008 à  20:11 :

      où comment des industriels français, des entreprises et des journaux (Ouest éclair ?) ont fait du profit sous l’occupation nazie, comment certains d’entre eux aujourd’hui continuent d’exister en parfaite santé, sans jamais avoir été inquietés, et comment, au lieux, peut être, de s’attaquer à ces monstres , la licra,val et les autres accusent d’antisémitisme un individu isolé dont sa premiere femme et ses filles sont juives.
      Grave ? oui...

      Répondre à ce message

  • Siné cité à comparaître par la LICRA
    16 août 2008 22:16, par ZIN

    à @ ibur qui écrit : "Les associations antiracistes, Charlie-Hebdo... tout le monde devient dingue dans ce pays".

    En réalité, tout est logique et limpide. Ce n’est dingue que si on ne possède pas toutes les clés pour comprendre. Et on n’a pas toutes les clés pour comprendre parce que le sujet est ultra-tabou et que les protagonistes sont juges et parties. En clair, nous assistons en France et ceci depuis un certain nombres d’années (grosso modo depuis la 1ère intifada en Palestine) à une droitisation de l’intelligentsia française et à la constitution d’un front pro-israélienne à la manière des néo-conservateurs américains. Ce phénomène a été considérablement renforcé depuis l’élection de Nicolas Sarkozy. Comme aux Etats-Unis, cette nouvelle élite est constituée d’artistes, de politique, d’intellectuels et philosophes souvent issus de la gauche et des partis progressifs. Tout ce beau monde est soutenu par un réseau médiatique qui leur est acquis. L’ultime but est de faire sortir la France de sa "politique arabe" et de la faire entrer dans l’axe du bien dans le cadre du "choc des civilisations" et surtout de soutenir Israël dans sa politique colonisatrice ! C’est dans ce cadre qu’il faut lire les affaires Siné, Préfet guigue et autres Dieudonné. Car, ce nouveau front,pour prospérer, doit rester dans l’ombre car l’enjeu (la défense d’Israël) est énorme. D’ailleurs, il y a peu, Philippe Val dans une interview déclarait "Le conflit israélo-palestinien à tout bouleversé" et Siné, comme Dieudonné, comme Enderlin, comme Bové, comme Pascal Boniface, Edgar Morin et des centaines d’autres ont "osé" bravé cette sorte d’omerta. L’antisémitisme ou supposé est alors l’outil parfait (vu le passé de la France) pour faire taire les récalcitrants !!! C’est sous cet angle qu’il faut comprendre les nombreuses et étonnantes conversion d’intellectuels, d’artistes, de politiques de gauche au Sarkozysme !!! C’est gros, c’est incroyable, et pourtant ... C’est vrai. Communautarisme, quand tu nous tiens ....

    Répondre à ce message

    • Répondu par Fredo le 21 août 2008 à  15:35 :

      Plutôt que de chercher un lobby juif responsable d’une hypothetique croisade " anti politiquement corrects ", il suffit de se rappeler ce que Siné disait fièrement sur les ondes de Carbone14 en Août 1982 : « Je suis antisémite et je n’ai plus peur de l’avouer. Je vais faire dorénavant des croix gammées sur tous les murs... Je veux que chaque juif vive dans la peur, sauf s’il est pro palestinien... ».

      A prendre le texte de Siné qui fait tout ce tintouin, même au premier degré, on lit bien que ce dernier en veut à Jean SARKOZY « d’avoir été relaxé, parce que le plaignant était Arabe » et on doit comprendre qu’il fera du chemin « parce qu’il prévoit d’épouser une Juive », ou pire, « parce qu’il se peut qu’il se convertisse » !!

      Au bout d’un moment il faut arrêter de protéger les cons, Ils pourraient croire qu’ils ont raison !

      Enfin ... Si le texte de Siné ne sent pas l’antisémitisme, en tous cas il pue !!

      Répondre à ce message

  • Siné cité à comparaître par la LICRA
    18 août 2008 22:08, par Jean-no

    C’est du win-win cette affaire : Siné prend sa retraite en voyant sa carrière miraculeusement relancée (soyons honnête, ça fait longtemps qu’il n’inquiétait plus le Général de Gaulle), Val vire un de ses pigistes tout en prenant une posture vertueuse... Il n’y a que l’intelligence et la liberté de parole qui y perdent.
    Et dans tout ça, on a une gauche qui a peur du syndrôme "crapouillot" (l’extrème-gauche qui devient extrème-droite) et qui se déchire avec une gauche qui a peur de l’iniquité (qui voudrait pouvoir dire du mal du judaïsme autant que d’autres religions, et qui voudrait avoir le droit de critiquer Israël).
    Complètement nul, bagarre fratricide (où tout le monde est sincère figurez-vous), nous sommes très loin des problèmes de Val et Siné finalement. À ce propos, ma balance penche plutôt contre Val, parce que faire passer un licenciement pour du sens des responsabilités, ça n’est pas à son honneur.

    Voir en ligne : Le cas Siné

    Répondre à ce message