Soldat Inconnu 1 et 2 - Par Dysart et Ponticelli - Urban Comics

1er janvier 2013 0 commentaire

The Unknown Soldier apparut pour la première fois dans les pages de Our Army at War 168, publié en 1966. Ce sont le vétéran Robert Kanigher au scénario et le grand Joe Kubert au dessin qui imaginèrent ce grand personnage au visage couvert de bandages. Rien à voir avec le soldat inconnu qui repose en paix sous notre Arc de triomphe, il s’agit d’un agent de renseignement américain atrocement défiguré par l’explosion d’une grenade pendant la Seconde Guerre mondiale.

Suivront une mini-série de douze comics en 1988 (Jim Owsley et Phil Gascoine, inédite en français à notre connaissance), puis une mini-série de quatre comics en 1997, sous le label Vertigo qui récupéra toutes les personnalités un peu atypiques de l’univers DC. Écrite par Garth Ennis, et dessinée par l’excellent Kilian Plunkett, avec de superbes couvertures de Tim Bradstreet, cette série fut adaptée en France par les éditions du Téméraire, petite maison d’édition du Nord de la France, sans rapport avec l’illustré collaborateur du même nom publié sous l’Occupation, dirigé par Jean Wacquet avant son transfert comme directeur éditorial vers Soleil.

Dans le domaine des comics, tout est prétexte à une utilisation ultérieure, parfois avec un concept très modifié, mais en gardant le nom de la série originale. C’était déjà le cas du Sandman de Neil Gaiman, adaptation très libre d’une courte série liée à l’onirisme créée par Simon et Kirby au début des années soixante-dix.

Vertigo relance donc la série en 2008. Cette fois, l’action se situe au pays d’Idi Amin Dada, l’Ouganda, situé entre le Kenya, l’Éthiopie et la Tanzanie.
Moses Lwanga quitte à l’âge de sept ans son pays natal avec ses parents qui ont obtenu un billet d’avion et un visa pour les États-Unis en échange de l’abandon de leurs biens. Il ressort médecin, diplômé de Harvard. C’est Joshua Dysart qui imagine et écrit ces comics qui seront mis en images par l’italien Alberto Ponticelli, également remarqué en France pour des livres publiés chez Casterman, dans un registre plus léger.

À l’arrivée, vingt-cinq comics (qui seront repris en France dans quatre tomes) dont la lecture suscitera bien des émotions. Devenu américain d’adoption, Moses Lwanga rejoint son pays en 2000 pour y travailler de façon utile, dans l’humanitaire. Très vite, il est confronté à la violence des enfants-soldats, embrigadés par un leader charismatique et manipulateur, Joseph Kony.
Ayant tué un de ces enfants-soldats en état de légitime défense, Moses ne peut ensuite supporter son acte. Il se mutile donc lui-même le visage à coup de pierres, pour extirper le mal de son corps. Il découvrira plus tard que les bandages destinés à soigner ses plaies le protègent et lui donnent une autre identité.

Si le soldat inconnu condamne les exactions de la guerre, particulièrement quand elles touchent les enfants, il est lui-même capable d’accès très forts de violence. La série aborde également le thème de l’humanitaire médiatique (voyeurisme à grand spectacle et quête de la bonne conscience, en échange d’une maigre obole), et du droit à l’autodétermination des peuples. Et Moses comprendra vite qu’il est davantage perçu comme un Afro-américain que comme un Ougandais.

Une histoire très forte, malheureusement ancrée dans un contexte réel et récent. Dysart est allé en Ouganda effectuer des repérages, il en a ramené un millier de photos qui ont servi de base documentaire au dessinateur.

MD

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?