Tirée à 100 000 exemplaires, "La BD est Charlie " est déjà épuisée en librairie.

31 janvier 2015 8 commentaires

Tirée à 100 000 exemplaires, "La BD est Charlie " est déjà épuisée en librairie.Le phénomène Charlie ne s’éteint pas. On apprend par les éditeurs à Angoulême que l’album-hommage des dessinateurs à Charlie Hebdo, La BD est Charlie, est déjà épuisé. Elle était vendue à 10€ au profit des familles des victimes des attentats des 7 et 9 janvier.

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • Comment peut-il être épuisé alors qu’il est annoncé en librairie le 5 février ?
    Et savez vous sur quels critères vont être répartis aux victimes les revenus de cette opération ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 31 janvier 2015 à  10:03 :

      Comment peut-il être épuisé alors qu’il est annoncé en librairie le 5 février ?

      Parce que les commandes des libraires dépassent largement les stocks disponibles (information de Glénat, responsable de la diffusion).

      Et savez vous sur quels critères vont être répartis aux victimes les revenus de cette opération ?

      Nous vous rapportons la mention qui figure en 4e de couverture de l’ouvrage :"Vendu au profit des familles des victimes des attentats des 7,8 et 9 janvier 2015."

      Éditée coédition par les plus gros éditeurs de la place (Glénat étant l’opérateur. Cet éditeur édite Charb, Cabu, Wolinski, Tignous et Honoré ), nous supposons que cette répartition se fera dans les règles de l’art, également aux familles qui ne sont pas celles des seuls dessinateurs selon toute vraisemblance.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 31 janvier 2015 à  10:18 :

        "Parce que les commandes des libraires dépassent largement les stocks disponibles (information de Glénat, responsable de la diffusion)."

        C’est dans quelques temps qu’on pourra dire si oui si non, ils ont été TOUS VENDUS à 100 000 exemplaires, quand il n’en restera plus en librairie.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 31 janvier 2015 à  12:53 :

          Les pré-commandes des libraires pour cet album, sont remontées il y a au moins 2 semaines... Le tirage a donc été calqué sur la quantité pré-commandée. J’ajouterais que dans l’argumentaire de "vente" il était bien précisé qu’il n’y aurait aucun réassort possible. Sous entendu, il faut en commander beaucoup pour être sur de ne pas tomber en rupture, quitte à retourner pas mal d’invendus plus tard. Bref, nous sommes face à une typique opération marketing, qui consiste à mettre la pression sur le futur acheteur ! Vite courez tous réserver cet album chez votre libraire !!!

          Répondre à ce message

        • Répondu par Robert Nick le 31 janvier 2015 à  16:18 :

          En effet le titre de cet article est erroné. Plus sensationnel que pertinent.
          Épuisé en librairie signifie que tous les exemplaires mis en vente en librairie sont vendus. Or non encore mis en vente, il ne peut pas être intégralement vendu. Les libraires ont peut être pris des commandes chez Glénat mais tout le monde n’a pas encore vendu un stock non encore reçu.
          Il eut fallu titrer plutôt sur l’indisponibilité du titre pour les libraires, tout le tirage ayant déjà trouvé preneur chez les premiers libraires s’étant prononcés.
          Et on peut comme d’habitude augurer que Glénat a privilégié les libres services du livre, Fnac et Espace Culturel Leclerc, que les libraires indépendants.
          Un deuxième tirage va sans doute suivre immédiatement.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Sergio SALMA le 31 janvier 2015 à  22:18 :

            Le titre n’est pas erroné mais maladroit car on confond allègrement tirages, placements et ventes réelles. Dans l’édition on utilise mot épuisé dans plusieurs cas. Quand un livre ( ou une revue d’ailleurs ) est indisponible chez l’éditeur ou le diffuseur ( le cas ici). Le tirage complet est réservé, commandé par librairies et points de vente mais tous les points de vente n’ont pas pu le commander , ( réimpression en vue).

            Quand un ouvrage a fait sa vie , il a été tiré, distribué et des années plus tard, si on désire l’obtenir , ce n’est pas possible il n’y a plus de stock, on dira aussi qu’il est épuisé.

            La fameuse rupture de stock intervient elle pour des ouvrages moins anciens. Due donc à une estimation trop basse du tirage, une question de prudence donc, une réimpression est assez aisée dans la plupart des cas. Un ouvrage peut très bien être épuisé un temps et en bout de course être un échec ; car il faudra attendre que les acheteurs fassent leur marché mais dès que les ventes faibliront ou s’arrêteront ( ce livre est éminemment lié à l’actualité ) les libraires retourneront les invendus .

            Un album qui fut un temps épuisé et qui a même peut-être connu une réimpression pour répondre à la demande ( non pas du client mais du vendeur, vous suivez ?) peut donc voir son stock terriblement grossir. A tel point qu’il faudra envisager le pilon vu par exemple un phénomène médiatique ponctuel ( coupe du monde par exemple). Il est bien certain que l’ampleur de l’événement que l’on vient de connaître induit aussi un affolement des chiffres. Les décisions prises dans l’émotion causent souvent des catastrophes industrielles. Une rupture de stock est plutôt une preuve de sagesse.

            Répondre à ce message

            • Répondu par fabrice le 1er février 2015 à  22:11 :

              Bonsoir, oui le tirage est épuisé, j’avais commandé 1000 exemplaires, la diffusion m’a réduit ma mise en place.... J’ai fait des réservations, à samedi déjà 300 exemplaires de réservés, et je ne pourrais pas servir tout le monde. J’ai une signature le 7 février sur l’album et je ne suis pas sûr que j’aurais encore de celui ci. Par contre je ne comprends pas que le tirage n’est pas été ajusté par rapport au pré commandes...
              L’exposition est visible jusqu’au 7 mars à la librairie.
              Un retirage n’est pas d’actualité.
              Fabrice librairie Arthaud GRENOBLE

              Répondre à ce message

              • Répondu par pleinledosdecharlie le 10 février 2015 à  01:14 :

                leur tirage sois disant limiter , c’est comme le coup du tirage de charlie hebdo 1178 qui était aussi limiter sois disant ...au début, une excuse parceque l’imprimerie assure pas le nombre de demande c’est tout

                si leur tirage était vraiment limiter et épuiser a ce jour alors comment j’ai pu recevoir aujourdhui même les exemplaire que j’ai commander (et non pas précommander..) vendredi sur internet (et a 10 euro, sur une boutique de livre)

                d’ailleurs a ce jour bcp de boutique en ligne propose tjr le livre en stock...
                production limiter volontairement (par petit stock) pour que les gens se jete dessus des qu’il y en a de disponible, cette "méthode" est connue, dans 3 semaine y en auras partout de ces bouquin la
                comme si y avais déjà pas récupérer assez de fric avec leur journal vendu 300% plus que prévu

                Répondre à ce message