Trois millions d’euros pour la vente Artcurial
(23 mai 2015)

24 mai 2015 9 commentaires

Après les deux grandes ventes de Christie’s et Sotheby’s qui avaient atteint plus de 10 millions d’euros de résultats d’enchères de la BD en mars dernier, cette vente d’Artcurial, une maison qui a été parmi les pionnières pour créer le marché de la planche originale de bande dessinée, était attendue par les collectionneurs avec une excitation mêlée d’incertitude. Le catalogue affichait quelques belles promesses : Hergé, Franquin, Bilal... Le résultat n’a pas déçu... tout le monde.

Il y avait ceux qui "tenaient la cote" et ceux qui ne l’ont pas tenue. Franquin et Hergé sont restés dans la fourchette des estimations, la planche de L’Étoile mystérieuse d’Hergé faisant €230 000,- (tous ces montants sont hors frais. Il faut ajouter environ 30% pour avoir le prix final), La Tempête, dessin offert à Raymond Leblanc €180 000,- le dessin de Tintin au Congo, avec une estimation haute à €50 000 a fini sous le marteau à €150 000,-. Une dédicace faite à un jeune lecteur, Hubert Kail, avec une estimation haute à €7 000,- s’est même envolé à... €31 000,- après une enchère folle qui montre à quel point Hergé a une forte valeur affective auprès des amateurs.

Franquin a aussi tenu la cote, une planche de Spirou - Le Voyageur du Mézozoïque a atteint son estimation basse de €150 000,- Les bonnes surprises venant de Roba, dont une gouache s’est envolée à €60 000,- ou encore un dessin de Solé & Gotlib partant à €3 900,- (toujours hors frais).

Une apparition surprise, hors catalogue, d’une planche d’Albert Uderzo issue du Fils d’Astérix a tenu sa cote en dépit d’une publicité préalable absente. "Il y a trop de planches d’Uderzo sur le marché en ce moment, commente un expert. Mais le fait qu’elles gardent encore un certain niveau de prix montre que le marché est encore capable d’absorber les pièces importantes", analyse-t-il.

Trois millions d'euros pour la vente Artcurial <br>(23 mai 2015)
Franquin tient la cote à € 150 000,- (hors frais)

En revanche, un nombre conséquent de lots retirés a marqué la vente : Bilal, Druillet, Tardi, Schuiten, de Crécy, Manara, Guarnido, Joann Sfar ou encore Gibrat ont déçu, ne "tenant pas la cote" comme disaient les collectionneurs présents, faisant l’objet d’un nombre substantiel de ravalements.

Cette vente contrastée n’affectait pas le moral de son expert, Éric Leroy, jugeant les résultats sans surprise. "Notre objectif est atteint, nous dit-il. De toutes façons, cela va être de plus en plus dur, les bonnes pièces disparaissent dans les grandes collections, et ceci pour longtemps  !"

Le collectionneur moins fortuné pouvait cependant faire son marché. Même si les cotes des "petits maîtres" comme Sirius ou Greg se consolident, il est encore possible d’acquérir leurs originaux pour quelques centaines d’euros. "J’achète avec le cœur" nous dit un collectionneur dont le patrimoine ferait pâlir plus d’un amateur. C’est sans doute la meilleure manière de faire fructifier son investissement...

DP

D’ici quelques jours :

- Résultats de "L’Univers du créateur de Tintin" consultables en ligne

- Résultats de "Bandes Dessinées" consultables en ligne

Surprise : €60 000,- pour une gouache de Roba. Boule & Bill tiennent la cote !
Photos : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
9 Messages :
  • Bressy est mort ! Combien la cote ?

    Répondre à ce message

  • Trois millions d’euros pour la vente Artcurial
    (23 mai 2015)

    24 mai 2015 19:15, par La plume occulte

    Le dessin d’Hergé "La Tempête" est-il de sa main ou de celles des artistes de son studio ?dans quelle mesure est-il intervenu ?Ce ne sont pas des petits détails,parce que si une simple signature suffit,on marche vraiment sur la tête et ça ouvre les portes à un grand n’importe quoi...Où est la cohérence ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 24 mai 2015 à  22:28 :

      Reportez-vous au catalogue. Cela se voit que c’est entièrement de sa main.

      Répondre à ce message

    • Répondu par LC le 24 mai 2015 à  23:05 :

      C’est agaçant ces gens qui pensent que Hergé ne doit son succès ou son talent qu’à ses assistants. Mais ce ne sont que des assistants, Hergé est un immense dessinateur, pour les sceptiques lisez ses albums antérieurs à la guerre.

      Répondre à ce message

      • Répondu par cori le moussaillon le 25 mai 2015 à  09:44 :

        Oui, mais quels assistants ! Jacques Martin, Jacobs, puis Leloup, Bob de Moor !!!! Un autre traits de génie d’Herge ( après celui du dessin et du scénario) et d’avoir su s’entourer des meilleurs artistes de l’époque pour travailler sur son œuvre. Il ne faut pas non plus minimiser le travail de ses collaborateurs, car après tout, c’est Hergé qui les désirait pour travailler sur son œuvre, mais il reste le chef d’orchestre, le créateur .
        Mais il n’est pas le seul : Martin a travaillé aussi avec des collaborateurs sur son œuvre à cette époque des Studios comme Leloup, Demaret, de Moor et d’autres artistes , on le sait , et une fois encore ,il ne faut pas minimiser leur travail créatif sur Alix ou Lefranc . Ainsi, la célèbre première case des Légions perdues est due au crayon de Roger Leloup.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Gillesou le 25 mai 2015 à  11:00 :

          Bob de Moor bof, on voit ce que ça donne quand il est seul aux commandes, ou quand il finit le B&M Sato, un massacre. Heureusement qu’on ne lui a pas confié l’Alphart à finir.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Oncle Francois le 26 mai 2015 à  13:11 :

            Qu’en savez vous ? Il aurait peut-être fait mieux que Rodier...

            Répondre à ce message

  • La morale de l’histoire est simple : Les morts tiennent la cote, les vivants ne tiennent pas la cote. Il y a toujours un côté charognard assez malsain dans ces ventes.

    Répondre à ce message

  • Des résultats de la vente Uderzo à St Valery en Caux ??

    Répondre à ce message