Une "illisible bédé de ligne crade"... réussie dans son genre

27 décembre 2018 0 commentaire

Pourquoi écrire et dessiner si c’est pour être illisible ? Pour se défouler, se divertir, s’exercer ? Peu importe en réalité : il s’agit de dessiner en improvisant, de façon presque frénétique et avec le moins de contraintes possibles.

C’est le chemin qu’a suivi Pfägen (Emeric Durieux), dessinateur, peintre et musicien français vivant au Vietnam, pour réaliser son « illisible bédé de ligne crade », comme il la qualifie lui-même. Cette bande dessinée de 80 pages est le résultat d’une très libre improvisation, réalisée en un mois et influencée par le cinéma, la musique, la société de consommation, les souvenirs personnels et la vie colorée et bruyante du Vietnam.

Une "illisible bédé de ligne crade"... réussie dans son genre
© Pfägen 2018

L’unique contrainte a été de tout dessiner au stylo à bille bleu et de compléter le dessin d’un seul ton par planche, apposé simplement au crayon de couleur. L’ensemble est volontairement chaotique - il n’y a pas vraiment de fil conducteur - et délibérément « sale » - nous pourrions croire à un manifeste contre la fameuse ligne claire. Chaque planche, qui est un mini-récit en soi, occupe un recto : le verso est vide. Une respiration nécessaire dans ce bazar graphique, mais pas forcément désirée au départ, la bande dessinée ayant été photocopiée à quelques dizaines d’exemplaires au Vietnam

Cette « bédé » n’est disponible ni en librairie ni sur un quelconque site de vente en ligne. Quatre planches ont néanmoins été publiées dans le numéro 6 (septembre 2018) de la revue Trakt. Il faut dire qu’elle n’a pas vocation à faire vivre son créateur ni à représenter l’ensemble de son œuvre. C’est avant tout un condensé d’art brut, une sorte de « rapport de stage en écriture automatique », selon les mots de l’auteur.

Étonnante expérience d’écriture... Et de lecture, qui n’est pas faite pour plaire au plus grand nombre. Ce qui n’empêche pas l’artiste d’être exposé dans une galerie parisienne à partir de cette fin d’année 2018. L’occasion de découvrir ses peintures, certes un peu moins crades que ses dessins mais, un peu comme celles de Robert Combas, tout aussi foisonnantes et encore plus colorées !

© Pfägen 2018
© Pfägen 2018

FH

Exposition du vendredi 28 décembre 2018 au vendredi 11 janvier 2019
55Bellechasse - Paris 7
49, 55 & 72 rue de Bellechasse
75007 Paris
Tel. : 01 75 57 39 39 | 01 82 07 02 50

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?