Veni, vidi, mais pas vici...

19 novembre 2019 0 commentaire

Les éditions E/P/A, spécialisées initialement dans les beaux livres sur l’automobile, ont élargi leur catalogue à des thématiques variées, et publient ainsi actuellement un coffret dont l’objectif est de faire découvrir la culture gallo-romaine grâce à l’humour d’Astérix. Sauf que...

Ce coffret comprend deux ouvrages. Le premier a pour objectif d’expliquer les citations latines : Alea jacta est !Quo Vadis ?Non omnia possumus omnesVanitas vanitatum et omnia vanitas… En s’appuyant sur César et la complicité du pirate latiniste Triple-Patte, ce livre est ainsi censé proposer aux lecteurs un décryptage des citations qui parsèment les albums. Le second revient sur les vérités historiques : Vercingétorix jeta-t-il ses armes aux pieds des Romains ? La guerre des Gaules fut-elle aussi une bataille navale ? Les légionnaires avaient-ils droit à une retraite ? L’idée est donc de démêler le vrai du faux dans la Gaule romaine d’Astérix, théoriquement à partir des connaissances historiques les plus récentes. Oui, mais...

Veni, vidi, mais pas vici...

Les éditeurs ont choisi de proposer un latin apparemment on ne peut plus récent, et fort de leur expertise dans le domaine de la citation, ils ont ainsi appelé leur coffret : " Veni, vedi, vici " ! "Sic transit gloria mundi"... Il faut bien avouer que se tromper dans la citation de César, quand l’objet même de l’album porte sur ses citations, a de quoi créer un léger malaise... "O tempora, o mores !", diraient les grincheux, "Errare humanum est", répondraient les plus tolérants ! Mais "Persevare diabolicum est", concluraient les deux : il va falloir remédier à cela rapidement.

Puisque "Quae sunt Caesaris, Caesari", reconnaissons que Julie Gallego, spécialiste de bande dessinée et maître de conférences en lettres classiques, fut l’une des premières à relever l’erreur, de manière humoristique : « "Veni, vidi et je n’en crois pas mes yeux", comme dirait le divin Jules... ». Elle a contacté l’éditeur, lequel lui a fait la réponse suivante : « En effet, nous avons constaté l’erreur et nous nous efforçons d’y remédier ! Cela sera corrigé pour le prochain tirage, bien évidemment. »

Cicéron se retournera probablement dans sa tombe, mais Astérix s’en remettra : "Fluctuat nec mergitur" !

TM

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?