"Wanted, Lucky Luke ! " de Matthieu Bonhomme, des images en rafale.

Classification : tout public

TIR GROUPÉ. Matthieu Bonhomme la fine gâchette du crayon va prochainement nous proposer un nouvel épisode de sa version de Lucky Luke, le cow-boy champion du revolver créé par l’excellent Morris. Un album de 68 pages titré "Wanted, Lucky Luke ! ", très attendu, à paraître le 9 avril prochain chez l’éditeur Lucky Comics.

Lucky Luke et son créateur Morris sont un personnage et un artiste essentiels dans la construction de Matthieu Bonhomme en tant qu’auteur de bande dessinée. D’où les démangeaisons au bout des doigts qu’il ressent à l’idée de plonger imagination, crayons, plumes, pinceaux et couleurs dans cet univers particulier, vision parodique du Far West.

"Wanted, Lucky Luke ! " de Matthieu Bonhomme, des images en rafale.
La couverture de l’album version classique.
© Lucky Comics, Matthieu Bonhomme.

Un plaisir de créer qui tout de suite se ressent, de la part d’une des plus belles valeurs sûres de la BD actuelle. La preuve : Matthieu Bonhomme dégaine les dessins de Lucky Luke et de tout son petit monde plus vite que son ombre. Ceux pour l’album à venir bien sûr, mais aussi une multitude d’illustrations et de croquis enthousiasmants.

L’original de la couverture.
© Lucky Comics, Matthieu Bonhomme.

Un plaisir qu’il convient donc de partager presque aussi vite. Attention à la rafale d’images, véritable plaisir pour les yeux ! Matthieu Bonhomme sait faire mouche et il ne s’en prive pas.

Finalement une occasion on ne peut plus opportune de devenir un public-cible, pour une fois une dénomination plutôt flatteuse.

Un jeu de couleurs un peu différent, cette fois, par rapport au premier album de Matthieu Bonhomme "L’Homme qui tua Lucky Luke".
© Lucky Comics, Matthieu Bonhomme.
Mais couleurs toujours plus narratives que décoratives, cependant. Avec aussi un dessin et une mise en scène plus sobres, autre évolution.
© Lucky Comics, Matthieu Bonhomme.
Matthieu Bonhomme et Lucky Luke, une même manière de faire mouche.
© Dargaud/Lucky Comics.

Pour rappel, cet épisode de Lucky Luke "vu par" nous racontera l’histoire d’un Lucky Luke attaqué par un chasseur de primes et qui apprend que sa tête est mise à prix. Mais aussitôt, il vole au secours de trois sœurs aussi belles qu’intrigantes, en mauvaise posture avec leur convoi de bétail. Serviable comme toujours et qui plus est charmé, Lucky Luke se propose pour les escorter jusqu’à leur destination finale, sans se douter de ce qui l’attend, forcément.

PA
- Pour voir un peu plus de pages de l’album, c’est ici, preview avec Izneo.
- Pour d’autres belles images, c’est là, avec Instagram.

La couverture alternative pour l’édition spéciale de l’éditeur Black White.
© Lucky Comics, Matthieu Bonhomme.
Une histoire de coeur pour un ex cow-boy solitaire ?
© Lucky Comics, Matthieu Bonhomme.
© Lucky Comics, Matthieu Bonhomme.
© Lucky Comics, Matthieu Bonhomme.
© Lucky Comics, Matthieu Bonhomme.
Couverture pour l’édition spéciale Canal BD, tirage 2000 exemplaires.
© Lucky Comics, Matthieu Bonhomme.
On y trouve une caricature de l’acteur américain Jack Palance, le retour de Phil Defer ?
© Lucky Comics, Matthieu Bonhomme.
Mais non, c’est Brad ! Brad Defer, arf, arf ?
© Lucky Comics, Matthieu Bonhomme.
Peut-être la nouvelle version de la mythique image de fin des albums de Lucky Luke, la solitude on s’en lasse.
© Lucky Comics, Matthieu Bonhomme.

© Lucky Comics

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
25 Messages :
  • Ouf ! Quel souffle !
    C’est un peu comme si Giraud avait rencontré Morris et qu’ils aient dessiné à 4 mains cet ouvrage ! C’est incroyable de beauté graphique.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pascal Aggabi le 21 mars à  12:11 :

      Tout à fait, l’occasion de penser avec plaisir à Jijé , le dénominateur commun qui se cache toujours là, quelque part.
      Et, dans ce nouvel épisode, on devine une certaine sobriété, très calculée, une fluidité venue de l’influence Peyo. L’école de Marcinelle qui fait encore et toujours preuve de sa pertinence.

      Mais tout ça demeure du Matthieu Bonhomme, gros poisson qui reste le pilote :-)

      Répondre à ce message

  • Et va t-on au moins se marrer pour celui ci ?
    parce que si ce n’est que du beau dessin bof bof

    Répondre à ce message

    • Répondu le 21 mars à  00:04 :

      Non, ce n’est pas de la bd d’humour du tout. Pour vous marrer, il y a des parodies qui arrivent bientôt.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 21 mars à  08:59 :

        ha bon ? c’est bizarre il me semblait que lucky luke c’etait de l’humour avant tout, je vais relire tous les albums et vous en reparles aprés.
        A moins que ce soit une parodie à l’envers, pourquoi pas.

        Répondre à ce message

      • Répondu le 21 mars à  09:05 :

        Euh non pour vous marrer vraiment, relisez plutôt un album de la période Goscinny.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 21 mars à  18:20 :

          Oui c’est un retour aux sources. A l’origine, quand Morris était seul au scénario et au dessin, la série n’était pas vraiment humoristique.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 22 mars à  08:25 :

            La série était au début assez naïve mais elle avait déjà la volonté de devenir humoristique.
            Matthieu Bonhomme est trop réaliste pour avoir de l’humour.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 22 mars à  09:58 :

              Mais il n’essaye pas de faire quelque chose d’humoristique. Ce n’est pas du tout le but recherché.

              Répondre à ce message

    • Répondu par Pascal Aggabi le 21 mars à  12:25 :

      Du beau dessin, de la belle narration, de belles couleurs (narratives), un beau lettrage, un encrage vivant, souple et précis, une vraie personnalité... Peut-être pas de quoi se marrer, strictement, mais assez pour avoir un large sourire.
      Savourez, tout simplement.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 21 mars à  18:29 :

        Mais quand bien même, ce n’est pas du Lucky Luke. Lucky Luke n’est qu’un argument commercial.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 21 mars à  21:43 :

          Moi je trouve que ça ressemble plus à Lucky Luke que la série-mère actuelle.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 22 mars à  07:10 :

            La reprise de Lucky Luke par Achdé et Jul est aussi un argument commercial. Média-Participations (Dargaud -Dupuis…) cherche à exploiter des marques plutôt que des œuvres.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 22 mars à  07:56 :

              Toutes les reprises et poursuites de séries se font pour des raisons commerciales, que croyez-vous ? Les héros ne peuvent pas mourir.

              Répondre à ce message

      • Répondu par Philippe Wurm le 21 mars à  20:26 :

        Très beau commentaire de votre part en ajoutant Jijé (le grand dénominateur commun à tant de dessinateurs si variés !!) et la limpidité scénaristique de Peyo, dont il semble que M. Bonhomme se réclame, pour encadrer le côté somptueux de ce travail.
        Comme Bonhomme est aussi un grand narrateur, on ne sera sûrement pas déçu à la lecture et on aura un nouvel angle de vue sur l’univers du "poor lonesome cow-boy".

        Répondre à ce message

        • Répondu le 21 mars à  21:44 :

          L’influence de Jijé, je la vois. Celle de Peyo m’échappe.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 22 mars à  07:06 :

            Logique, il n’y en a pas.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Norbert le 22 mars à  08:29 :

              Moi je la vois, dans cette lisibilité si propre à Peyo. Et je suis assez d’accord sur l’idée de l’intrication avec l’univers de Jijé.

              L’ensemble fait un très beau Bonhomme !

              Répondre à ce message

              • Répondu le 22 mars à  09:01 :

                La lisibilité propre à Peyo n’est pas celle de Bonhomme.

                Répondre à ce message

          • Répondu par Pascal Aggabi le 22 mars à  15:00 :

            Il y a ue certaine manière d’appréhender l’encrage, le trait, à la plume, typique de Peyo et d’une époque. Mais ramené à aujourd’hui.
            Ensuite, regardez les premiers Johan et Pirlouit, il y a de vraies correspondances dans la sobriété, la synthèse, une manière de raconter.

            Mais tout ça plus le reste, continue d’être du pur Matthieu Bonhomme.

            Répondre à ce message

  • QUOI !?!!!
    Lucky ne tire plus plus vite que son ombre.
    Ne serait-il pas devenu que l’ombre de lui-même.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pascal Aggabi le 22 mars à  14:43 :

      Mais si, il est toujours aussi rapide : https://comix-online.com/wp-content/uploads/2021/02/LL_Hommage4_01-1024x493.jpg
      De plus, la preview en lien le démontre aussi.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Crobard le 29 mars à  19:03 :

        Avec un tel talent, quelle drôle d’idée de reprendre Lucky Luke pour faire du Western... Mathieu Bonhomme aurait inventé un personnage pour l’occasion, que ça aurait tout aussi bien marché. Comme pour Sfar et Blain, pourquoi ne pas sortir leur propre Western plutôt que de l’habiller en Blueberry. Si la politique éditoriale est de faire du fric, c’est con comme la lune.

        Répondre à ce message