Willis from Tunis dans l’hebdomadaire "Le 1" sur "L’automne des printemps arabes"

8 décembre 2016 0 commentaire

Willis from Tunis : c’est l’avatar de la dessinatrice tunisienne Nadia Khiari. Huit de ses dessins paraissent dans un hors série de l’hebdomadaire Le 1 consacré à un bilan des printemps arabes.

Willis from Tunis dans l'hebdomadaire "Le 1" sur "L'automne des printemps arabes"
Chroniques de la révolution tome 1 © Willis from Tunis 2011

Nadia Khiari s’est rapidement fait connaître en 2011, au moment de la révolution de Jasmin qui renversa le président-dictateur Ben Ali. Enseignante d’arts plastiques, elle s’est emparée de sa liberté d’expression fraîchement acquise pour créer un personnage de chat anthropomorphe - Willis from Tunis - au verbe aussi lapidaire que caustique. Diffusé principalement via les réseaux sociaux, ce chat est vite devenu célèbre, symbolisant la liberté nouvelle et ironisant sur le nouveau pouvoir.

Chronique de la révolution tome 2 © Willis from Tunis 2012

Publié dans Siné Mensuel, Zélium ou Courrier international, Nadia Khiari a également rassemblé ses dessins dans trois ouvrages : deux tomes de Chroniques de la révolution et un Manuel du parfait dictateur. Son travail lui a déjà valu d’être distingué par le Prix Honoré Daumier en 2012, le Prix international de la satire politique à Forte dei Marmi (2014), le Prix Agora Med du dialogue interculturel méditerranéen (2015) et le Prix Couilles au cul au Festival off d’Angoulême 2016, occasion d’un entretien accordé à ActuaBD. Elle a même reçu les insignes de Docteur Honoris Causa de l’Université de Liège en 2013.

Il est vrai que ce travail n’a rien à envier aux meilleurs caricaturistes et dessinateurs de presse. Nadia Khiari met l’efficacité et l’expressivité de son trait au service d’une fine ironie et d’un regard acéré sur le monde contemporain.

Manuel du parfait dictateur © Willis from Tunis 2015

Pourquoi le nombre de chômeurs augmente ?
Parce que le nombre d’immolés diminue ?

Ainsi s’interrogent deux personnages-chats dans Le 1... nous rappelant que la dessinatrice n’hésite pas à manier un humour très noir, qui cache souvent un profond humanisme. Ces huit dessins rappellent également qu’elle s’attaquent aussi bien aux islamistes qu’aux démocraties occidentales. Ce qui n’est pas si fréquent, en particulier de son côté de la Méditerranée.

FH

Commander le tome 2 des Chroniques de la révolution chez Amazon ou à la FNAC.

Voir en ligne : L’entretien avec la dessinatrice

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?