Albums

  • 14 septembre 2001 0 commentaire

    Avec " Masquerouge", devenu "Les sept vies de l'Epervier", Cothias et Juillard ont renouvelé, durant les années 80, le roman de cape et d'épée. Cette dramatique et haletante saga s'était terminée dans le sang, avec l'héroïne, Ariane de Troïl laissée pour morte. Rescapée, profondément marquée, jusqu'à la (...)

  • 8 septembre 2001 0 commentaire

    Les années ont passé pour Dottie . Oubliée, la Pin-up de papier qui devait redonner du courage au GI's en train de presser des faces de citron. Tournée, la page de la guerre froide et des perfides Russkofs. Bonjour à l'Amérique des années soixante, et à une autre guerre, cette fois : celle que se (...)

  • 8 septembre 2001 0 commentaire

    Les clubs de vacances, c'est repos pour tout le monde, sauf pour les G.O. (traduction pour les ignares : Gentils Organisateurs). Et si, pour une fois, on inversait les rôles ? Si les G.M. (traduction pour les incultes : Gentils Membres) étaient soudain taillables et corvéables à merci, aux ordres (...)

  • 8 septembre 2001 0 commentaire

    C'est l'une des rares héroïnes de la bande dessinée qui ne soit pas le reflet des fantasmes d'auteurs et de lecteurs masculins. Depuis une trentaine d'années, Yoko Tsuno, humaine et fragile, de la planète Terre à Vinéa, traversant l'espace et le temps, nous offre des aventures d'une rare (...)

  • 8 septembre 2001 4 commentaires

    La bande dessinée n'est plus seulement l'art de faire rêver. Elle a révélé, déjà, le prodigieux pouvoir de ses images pour dénoncer, émouvoir,ou révolter. "Rural !", c'est tout ça réuni. La dénonciation du scandale de la destruction d'un petit bout de terre de France par la construction d'une autoroute. (...)

  • 7 septembre 2001 1 commentaire

    Le travail des Editions Casterman dans ses rééditions en couleurs des albums de Corto Maltese mérite d'être applaudi. Des livres à la finition impeccable, comme on n'a plus que trop rarement l'occasion d'en découvrir, que l'on prend plaisir à caresser et que l'on ouvre avec respect. "Corto Maltese en (...)

  • 7 septembre 2001 0 commentaire

    Y a-t-il pire drame que perdre ses parents lorsqu'on est un petit enfant timide, frêle et sans défenses ? Oui : les perdre lorsqu'ils viennent de nous amener pour la première fois dans un internat. Le pire de tous : le phalanstère, un véritable univers concentrationnaire à la Kafka. Absurde, cruel (...)

  • 6 septembre 2001 0 commentaire

    On s'y engueule, on y rigole, on boude, on se réconcilie, bref c'est une famille. Comme toutes les autres,l'humour en plus. Avec un fils unique tendre, charmant, mais aussi râleur, jaloux et souvent insupportable. Comme tous les autres, l'humour en plus. Cédric, ces ont les mésaventures d'un gamin (...)