1914 - 2014 : Bamboo au front !

26 avril 2014 0 commentaire
  • En cette année du centenaire, l'activité éditoriale consacrée au début de la Première Guerre mondiale monte en puissance. On ne compte plus les ouvrages consacrés à la Grande Guerre, chaque éditeur cherchant à alimenter son catalogue en albums susceptibles de s’inscrire dans la fièvre commémorative qui s’est emparée des médias depuis quelques temps.

Si pendant longtemps, ce thème fut réservé à quelques auteurs évoluant avec plus ou moins de bonheur dans l’ombre d’un Tardi, auteur jugé encore aujourd’hui incontournable, on assiste depuis quelques années à une profusion de titres sur le sujet.

En élargissant son champ au registre historique, Grand Angle, le label réaliste des éditions Bamboo, n’a pas tardé à investir le sujet de la Guerre de 1914 -1918 ; tout en en diversifiant les approches : laissant à d’autres l’approche uchronique ou militante, les auteurs de la collection ont privilégié le traitement de cet événement à travers le récit de destins individuels.. Sans attendre le centenaire de la « Der des ders » Grand Angle a donc choisi de nous raconter certains épisodes du conflit à partir de fictions humaines et réalistes, tout en s’appuyant sur une solide documentation historique. Un rapide survol du catalogue rend compte de la diversité et de la richesse des choix dHervé Richez, directeur de la collection.

1914 - 2014 : Bamboo au front !
« Leurs histoires ont fait la grande Histoire », la formule revendiquée par Bamboo trouve sa justification dans cette sélection d’ouvrages et à travers les prolongements proposés par l’éditeur. Au-delà des cahiers en fin d’albums, fruits de partenariats prestigieux (avec le Service de santé des armées pour Ambulance 13, ou l’Hôpital militaire du Val de Grâce pour Pour un peu de bonheur..) les albums servent aussi de supports pour des interventions, des conférences ou des expositions pédagogiques.

C’est actuellement le cas avec celle consacrée de soldats diffamés en 1914, réalisée à partir de l’album La Faute au Midi de Jean Yves Le Naour et Dan déjà évoquée ici.

Laurent Galandon, dont on a déjà pu apprécier l’approche humaniste et sensible dans d’autres albums, n’a pas hésité à placer l’un de ses héros dans le difficile contexte du retour des mutilés. Avec A.Dan le diptyque Pour un peu de bonheur associe avec habileté une intrigue policière à un regard lucide sans complaisance sur les difficultés de retour des Poilus à « la vie normale ». Les deux tomes de cette histoire reviennent avec justesse et pertinence sur les traumatismes physiques et psychologiques qui n’ont cessé de hanter les survivants des tranchées. Ils sont regroupés dans une intégrale parue ces jours-ci.

Une toute autre approche est retenue par Olier et Marko avec les Godillots. Dans le second tome paru cette année, les auteurs ont choisi d’investir un champ peu exploité jusqu’alors... celui de l’humour ! Si le 9e art a privilégié le traitement de l’horreur et de la violence, les Godillots utilisent un ton plus léger pour nous relater les mésaventures d’un groupe de soldats aux prises avec les difficultés quotidiennes des Poilus.

Si le cinéma a depuis longtemps usé de ce registre pour aborder ces sujets graves et dramatiques, la démarche en BD est plus récente. La tentative de ces deux auteurs (comparable à celle de Cauvin et Lambil avec les Tuniques bleues publiées chez Dupuis) marque un tournant inédit et original dans l’approche du sujet. Une des histoires a d’ailleurs été adaptée en roman-poche à destination des plus jeunes.

La série Ambulance 13, due au duo de scénaristes Cothias et Ordas possède une ambition narrative plus politique et plus pédagogique. En s’attachant au parcours du chirurgien Bouteloup, les auteurs nous plongent au cœur des combats intérieurs qui n’ont pas manqué de préoccuper bon nombre des belligérants. Cultivé, issu d’un milieu aisé et privilégié, mais confronté à la dure réalité du front, le jeune homme est tiraillé entre sa conscience et ce qu’il constate au quotidien des abominations de la guerre. Vision humaniste jaugée à hauteur d’homme, Ambulance 13 renvoie une image de la guerre à la fois politique et intime. Les interrogations, les passions d’un jeune homme aux prises avec les contractions d’une époque qui mêlent union sacrée et sauvagerie servent de toile de fond à une narration forte et bien maitrisée. Le réalisme et la lisibilité du graphisme de Mounier contribuent encore un peu plus à rendre cette fiction humaine et crédible.

Avec la Faute au Midi, la vision engagée de l’absurdité du conflit et l’obstination des états majors sont dénoncées avec encore un peu plus de vigueur. Nouveau venu à la BD, l’historien Jean-Yves Le Naour, en s’associant au dessinateur Dan, donne un visage aux soldats provençaux sacrifiés à la raison d’état. Victimes de mauvaise réputation, en butte aux préjugés attribués à cette époque aux gens du sud (fainéants, beaux parleurs, peu courageux….), trois d’entre eux seront fusillés pour l’exemple, accusés d’être responsables comme d’autres Méridionaux de la défaite de Joffre lors d’une offensive en Lorraine. Le généralissime des armées françaises, jadis encensé dans les manuels scolaires, est à l’origine d’une injustice qui a profondément marqué les mémoires dans la région d’Aix en Provence . Histoire incroyable, parfaitement authentique et remise à jour par le truchement de ce bel album publié en mars dernier La Faute au midi signe l’arrivée d’un historien de renom parmi les scénaristes de la collection Grand Angle. Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître ! Les archives des Bouches du Rhône ne s’y sont pas trompées en ne ménageant pas leurs efforts pour contribuer à la réalisation d’une grande exposition en hommage aux soldats du XVe corps sacrifiés. Les planches de l’album font écho aux archives et aux traces historiques de cet épisode longtemps passé sous silence.

L’universitaire, spécialiste de la Première Guerre mondiale, n’en a apparemment pas fini avec la chronique du conflit puisqu’on annonce pour le mois prochain la sortie de François Ferdinand. L’album dessiné par Chandre, il reviendra sur les origines de l’ignoble boucherie de ce début de vingtième siècle en s’attardant sur la personnalité de l’héritier du trône d’Autriche, la visite de l’archiduc et de son épouse à Sarajevo constituant, comme chacun sait, le point de départ de l’engrenage infernal. Le premier tome de cette chronique de la mort annoncée de François-Ferdinand de Habsbourg est à paraitre courant juin.

Cet aperçu de la production Grand Angle consacrée à la Grande Guerre ne serait pas complet si on ne signalait pas quelques albums qui se situent à "la périphérie du conflit". Avec SOS Lusitania, Ordas, Cothias et le dessinateur Manin reviennent sur un événement resté dans l’ombre mais dont l’influence sur la suite des événements n’est pas négligeable ! Resté longtemps une énigme, ce naufrage du paquebot s’apparente pour les auteurs à une sombre de machination destinée sans doute à changer le cours de la guerre avec l’engagement de l’Amérique dans le conflit.

Plus romantique et plus tourmentée, la trilogie Le Fils de l’officier des mêmes scénaristes associés à Christelle Galand suit l’itinéraire d’un jeune homme dont le destin particulièrement chamboulé trouvera une issue tragique dans les champs de bataille de 14-18. Si le conflit n’est pas, pour l’instant, au cœur de ce périple emprunt de machination et de mélancolie, le troisième opus a principalement pour toile de fond les combats de 1914.

On complètera cette liste par une autre série du célèbre duo (Ordas et Cothias, encore eux !) avec la sérieNous, Anastasia R davantage centrée sur la révolution russe et ses conséquences pour la dynastie impériale. Si le triptyque mis en images avec talent par Nathalie Berr ne concerne pas directement le premier conflit mondial, on sait à quel point il a influencé la tournure des événements de la Russie, partie prenante dans le conflit mondial. Un complément intéressant à cette série d’albums consacrée à la grande guerre.

Une guerre à la fois si lointaine et si proche qu’aujourd’hui encore elle n’en finit pas de hanter toute une génération de scénaristes et de dessinateurs.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander "Pour un peu de bonheur" chez Amazon ou à à la FNAC

Commander "La Faute au Midi" chez Amazon ou à la FNAC

Commander "S.O.S. Lusitania" chez Amazon ou à la FNAC

Commander Ambulance 13 T.4 chez Amazon ou à la FNAC

Commander Les Godillots chez Amazon ou à la FNAC

Commander "Le Fils de l’officier T3" chez Amazon ou à la FNAC

Commander "Nous, Anastasia R" chez Amazon ou à la FNAC

Illustrations © Bamboo Edition 2014

  Un commentaire ?