2 expressos - Par Kan Takahama - Casterman

26 mai 2010 0 commentaire
  • Taniguchi avait ouvert la voie récemment : certains auteurs japonais produisent désormais directement pour des éditeurs français. Après une longue gestation, Kan Takahama livre une histoire entre deux continents, où l'amertume se dissout dans la solidarité et l'abnégation.

Une rencontre des plus improbables : un Japonais incapable de servir un bon café dans l’échoppe paumée où il officie, et un auteur de BD français venu rattraper un fantôme rencontré des années auparavant... Les deux hommes, très seuls chacun à leur façon, vont s’épauler, se conseiller, se chamailler, jusqu’à un quiproquo final digne des meilleures comédies sentimentales. Car vous l’aurez compris, cet album intimiste respecte une loi habituellement réservée aux polars : cherchez la femme...

Kan Takahama n’est plus une inconnue pour le public français. Elle fait partie des auteures japonaises exposées en France depuis quelques années, avec Kinderbook ou L’Eau amère, en passant par une collaboration avec Frédéric Boilet pour Mariko Parade.

Jouant avec brio des nuances les plus subtiles du noir et blanc, Takahama parvient-exploit rare chez les mangakas à dessiner un occidental de manière crédible.
Si ses personnages s’avèrent très attachants et bien campés, manque tout de même un peu d’épices dans les dialogues qui ont tendance à trop se cantonner à du quotidien.

Reste que la finesse du propos nous offre une fois de plus la preuve que, désormais, les ponts sont définitivement jetés entre le Japon et le monde franco-belge en matière de narration graphique.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?