30 Jours de nuit - Niles, Templesmith - Delcourt

5 avril 2004 0 commentaire
  • Une ville où durant l'hiver polaire, le soleil ne se lève pas de trente jours : voilà la situation de Barrow, Alaska et le point de départ de cet album atypique, véritable bijou d'horreur moderne.

Après une introduction du grand maître Clive Barker, le décor est vite planté. A Barrow, il fait sombre, froid et la vie est dure. Question de climat. Eben et Stella sont un couple de flics qui va se trouver en première ligne lorsque va débarquer une bande de vampires dégénérés qui a trouvé, en ces trente jours de nuits consécutifs, une occasion de se faire une orgie de sang. Et du coup, à Barrow, la vie va devenir encore plus dure...

On aurait pu penser que cette histoire allait vite tourner à la débauche de gore sans cervelle, mais on est surpris par la maestria du scénariste. Il parvient à faire de cette traque sans merci un récit à suspense original. Il est excellemment secondé en cela par les superbes dessins de Ben Templesmith. Superbe n’est peut-être pas le mot tant on ressent un malaise dans la gestion des couleurs et l’horrifique beauté de ce qui ressemble à des peintures. L’intrigue a trouvé dans l’exécution graphique un superbe allié qui fait de 30 jours de nuit une bande cruelle, une œuvre poignante qui marque la rétine et le cerveau : une expérience.
Les bonnes bandes dessinées d’horreur sont rares, celle-ci en est une excellente...

(par Laurent Queyssi)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?