32e BD Boum de Blois 2015 : assumer, malgré les attentats

21 novembre 2015 0
  • Un instant inquiété par les dispositions de sécurité prises après les attentats du vendredi 13, le Festival de Blois a été inauguré hier soir. Émotion et recueillement, et en même temps, la nécessité d'affronter l'adversité avec courage, une qualité formidablement incarnée par Annie Goetzinger qui inaugurait son exposition à la toute nouvelle Maison de la BD.

C’était une journée de merde avec un temps de merde. Ce vendredi, s’ouvrait le traditionnel festival de la BD de Blois, le fameux BD Boum. Il a démarré sous les pires circonstances : pour des raisons de sécurité, la préfecture avait annulé les visites scolaires : 9000 visites de scolaires sont passées à côté de l’événement...

En plus, à l’arrivée des auteurs à Blois, une pluie battante accueillait les invités. Annie Goetzinger, la présidente, et Pierre Christin, son éminent scénariste, avaient dû déployer les parapluies. Mais chacun faisait contre mauvaise fortune bon cœur. A 18h00, la présidente 2015 inaugurait son exposition dans la toute nouvelle maison de la BD, Blois devenant, à la suite d’Angoulême, l’une des seules villes de France à disposer d’un espace permanent d’exposition dédié à la BD, rue des Jacobins, le long de la Loire. Un grand bâtiment où plusieurs expositions peuvent cohabiter.

Patrick Gaumer, commissaire de l’exposition, et Annie Goetzinger, nous font visiter les lieux. C’est l’occasion de voir le magnifique dessin, d’une élégance et d’une finesse inouïes, d’Annie Goetzinger, adorné d’encres de couleurs ou de pastels. Une merveille. La scénographie est inventive, en particulier la cellule attribuée à Jeune Fille en Dior où on a reconstitué l’atelier d’une maison de couture. Le parcours, ponctué d’anecdotes comme par exemple les échanges entre Annie et Simone Signoret au moment de la réalisation de Casque d’Or, ou encore les explications de Christin sur chacune des séries qu’il a scénarisées, était à ce point passionnantes que personne n’a vu le temps passer. On s’avisa un moment, en présence du maire, passionné par ce qu’il écoutait, que l’on nous attendait au château pour l’inauguration. Nous étions en retard. Qu’importe, on bouscula le protocole !

32e BD Boum de Blois 2015 : assumer, malgré les attentats
Annie Goetzinger, ici avec le maire de Blois, Marc Gricourt, le président de l’association BD Boum, Jean-Pierre Baron, et le commissaire de l’exposition, Patrick Gaumer. Elle fut si passionnante qu’on en oublia d’inaugurer le festival !
Annie Goetzinger avec son complice le scénariste Pierre Christin (à droite)
Annie Goetzinger a été décoratrice de théâtre. Elle est ici devant la maquette qu’elle a réalisée pour la série L’Agence Hardy avec Pierre Christin (Dargaud).
La magnifique scénographie pour la salle de Jeune Fille en Dior (Ed. Dargaud).
Temps d’arrêt devant ces planches qu’Annie Goetzinger a réalisées après l’attentat contre Charlie Hebdo. "Je n’ai pas voulu dessiner du sang ou des kalachnikovs. Juste des tables à dessin vides..."

C’est un peu au pas de course que l’on visita la Rétrospective Lob dans une salle voisine où toutes les œuvres du créateur de SuperDupont et de Transperceneige, mais aussi de Ténébrax, Submerman, Blanche Épiphanie ou Ulysse étaient sur les murs. On voyait aussi de rares planches de Bielsa et de Robert Gigi. Pétillon, présent, avait l’air très ému par cette évocation de son scénariste et ami.

La très originale exposition Lob sur laquelle nous reviendrons.

Un formidable discours

Puis vint l’inauguration du festival par le maire socialiste de Blois, Marc Gricourt. Les cœurs étaient lourds, l’instant solennel. Il commença par une assourdissante minute de silence. Après ces recueillements, le maire fit un discours très touchant, remettant en place les valeurs de notre République et rappelant comment la BD, et en particulier dans le "festival citoyen" de Blois, incarnaient parfaitement ces valeurs de pédagogie, de liberté de ton et de penser. Vous aurez l’occasion de lire ce très beau texte sur ActuaBD à partir de lundi.

Comme nous l’interrogions sur la réaction des citoyens sur les derniers événements, et notamment le fait qu’ils n’aient pas suscité, comme en janvier dernier, de grands rassemblements, le maire nous confirma que c’était sur la recommandation de la préfecture mais, qu’au contraire, les demandes de rassemblement citoyen lui étaient adressées tous les jours, preuves d’une réelle mobilisation citoyenne.

Interrogé de son côté, le président de l’association BD Boum, Jean-Pierre Baron, positivait : les gens affronteront la pluie et les événements pour venir quand même au festival. Ce samedi matin, le soleil était revenu, ce qui laisse augurer que la fréquentation du festival pourrait quand même être assurée, en dépit des circonstances...

En hommage aux victimes du Vendredi 13, une pesante minute de silence.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

BD BOUM 32
Jusqu’à dimanche 22 novembre 2015.
Le site du festival

Photos : D. Pasamonik (L’Agence BD)

  Un commentaire ?