64_Page, une nouvelle revue belge de BD

4 septembre 2015 12 commentaires
  • Fait suffisamment rare pour être cité haut et fort : l'apparition d'une nouvelle revue belge deBD dans la presse papier, une revue de "récits graphiques" plus exactement. Un pari audacieux qui offre la moitié de sa pagination à de jeunes auteurs encore jamais publiés. Espérons qu'elle trouve son public !
64_Page, une nouvelle revue belge de BD

Depuis septembre 2014, on peut trouver, dans les librairies belges (et bientôt françaises ?), une nouvelle revue consacrée à l’univers de la bande dessinée.

Son originalité : la moitié du sommaire est consacrée à des auteurs qui n’ont encore jamais été publiés professionnellement. Jusqu’ici, la plupart d’entre eux sortent de la célèbre école bruxelloise de BD de Saint-Luc, mais tout amateur peut envoyer ses planches - d’après un thème donné - à 180° Editions, qui publie cette revue.

L’autre moitié de la revue présente trois auteurs ayant déjà publié : un jeune, un confirmé et un grand nom du patrimoine du 9e art. Les petits jeunes côtoient ainsi Vanna Vinci, Quino, Noémie Marsily, Guy Bara, Judith Vanistendael, Brecht Evens ou encore Marc-Antoine Mathieu. Quelques rubriques diverses sur le monde de la BD pimentent le tout ! Pour emprunter les mots de la 4e de couverture : "Format atypique, contenu grand angle... bref, du neuf et de la fraîcheur dans l’univers BD !"

Et non, il n’y a aucune faute d’orthographe : la revue a été imaginée dans un bistrot de la rue du Page à Bruxelles, et contient 64 pages... 64_page donc ! Aux manettes, l’éditeur Robert Nahum, Philippe Decloux (ancien échevin de Bruxelles qui avait créé l’éphémère Quinzaine de la BD), Vincent Baudoux, professeur à Saint-Luc et l’auteur Olivier Grenson, entre autres !

Grand coup de chapeau à cette initiative qui offre une belle vitrine aux auteurs de demain. Cela s’appelle donner sa chance aux jeunes ! L’ensemble est forcément inégal, mais leurs pages promettent. On est même souvent étonné par la maturité et l’imagination de ces graines d’artistes dont certains ont déjà des projets chez de grands éditeurs.

En prime, pour fêter la première année de ce trimestriel, la revue organise une exposition au Centre Belge de la Bande Dessinée à Bruxelles : les auteurs débutants qui ont publié dans les quatre premiers numéros voient leurs planches accrochées aux cimaises de la célèbre institution ! Ils se soumettent ainsi aux regards et à la critique d’un public encore plus varié. Cela s’appelle, "Noces de Papier", joli titre pour évoquer les premiers pas de ces jeunes talents.

(par Marianne PIERRE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Exposition "Noces de Papier" au CBBD

Du 1er septembre au 11 octobre, tous les jours de 10h à 18h30.

- Le Site de la revue. Jetez en particulier un œil aux vidéos des 23 auteurs exposés.

 
Participez à la discussion
12 Messages :
  • 64_Page, une nouvelle revue belge de BD
    8 septembre 2015 12:34, par AMMAR ABBOUD

    Depuis septembre 2015 et non pas 2014 !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Marianne PIERRE le 8 septembre 2015 à  14:12 :

      Si si, depuis septembre 2014 puisque la revue fête son premier anniversaire ce mois-ci au CBBD !

      Répondre à ce message

  • 64_Page, une nouvelle revue belge de BD
    8 septembre 2015 15:08, par Bondoufle le gris

    Pourquoi vouloir faire espérer un avenir à des "auteurs" en devenir alors que ceux en place crèvent déjà la dalle par manque de contrat, de vente, d’avance sur droit ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 8 septembre 2015 à  17:35 :

      Mais pour donner du travail aux profs de dessin, pardi ! ;-)

      Répondre à ce message

      • Répondu le 8 septembre 2015 à  23:20 :

        Mais oui bien entendu : la liberté d’expression doit être réservée à une élite (vendeuse si possible, merci). Et continuons à rire sous cape des intentions créatives. Ces pauvres nouveaux-venus, ils ne savent même pas ce qui les attend (car il ne sont pas malins en plus...) Bravo pour avoir couvert tout le terrain de l’expérience humaine en un tournemain.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Oncle Francois le 9 septembre 2015 à  13:06 :

          Vous avez raison, les quelques pages montrées me semblent largement au niveau de ce que l’on peut déjà trouver en librairie, notamment chez tel ou tel éditeur à la production abondante. Je dirai même que c’est plus joli.

          Cela me rappelle un peu le Neuvième Rêve, d’où avaient émergé Sokal, Berthet, Goffin, Schuiten et d’autres. Mais attention : si ces écoles artistiques sont capables de diplômer d’excellents dessinateurs, il ne faut oublier la fibre narrative qui va nourrir l’histoire. Et là, les professeurs et diplômes sont moins fréquents, me semble t-il...

          Répondre à ce message

          • Répondu le 10 septembre 2015 à  00:44 :

            Le 9ème Rêve, bien entendu vous avez raison. Je n’y avais pas pensé en 1er lieu. J’étais tout à mon indignation devant la paresse intellectuelle des intervenants. "Professeur de dessin", vraiment ?! Attendez alors j’en ai d’autres, des métiers formidables : conducteur de voitures, vendeur de légumes, marchand de jambon...

            Répondre à ce message

  • 64_Page, une nouvelle revue belge de BD
    10 septembre 2015 21:09, par Eric B.

    Et non, il n’y a aucune faute d’orthographe : la revue a été imaginée dans un bistrot de la rue du Page à Bruxelles, et contient 64 pages... 64_page donc !

    Vous confondez faute d’orthographe et faute d’accord...

    Cela dit, la justification du nom de la revue n’est pas très convaincante... Celui-ci a surtout l’air de comporter une erreur grossière.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 10 septembre 2015 à  23:16 :

      Je suis d’accord avec vous, une faute dans un titre c’est ridicule et ça ne donne pas envie d’acheter.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 10 septembre 2015 à  23:16 :

      Et que des interventions négatives sur un projet nouveau... comme d’hab. C’est désormais une évidence, la bande dessinée est trop généreuse et intelligente pour ses fans qui n’en valent pas la peine. C’est moins une crise de la bd qu’une crise du lectorat.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Philippe Decloux le 17 septembre 2015 à  21:50 :

        Nous essayons de sortir du train-train conformiste de la BD, où même les TGV sont, parfois, devenus très conformiste.
        64_page, "un titre avec une fôte n’encourage pas à acheter..." Serait-ce un manque de curiosité ou un besoin pressant de se rassurer ?

        Il y a une génération de très jeunes auteurs, doués, impertinents, dégourdis, ... Et déjà passionnant !
        Ce serait un scandale de condamner avant de les avoir lus, découverts, d’avoir appris à comprendre leurs univers...

        Répondre à ce message

  • 64_Page, une nouvelle revue belge de BD
    11 septembre 2015 08:57, par Olivier Grenson

    Une précision quand même : il ne s’agit pas de l’atelier de bande dessinée de Saint Luc, mais de l’atelier ILLU/BD de l’Erg ( école de recherche graphique qui se trouve rue du PAGE ), mais que ce soit clair ce n’était pas une priorité.
    Concernant le titre il s’agit d’une juxtaposition, d’une confrontation, d’une envie d’interpeller... C’est aussi deux directions qui cohabitent, et le logo entre les deux est suffisamment grand.
    "être à LA page" dans le sens être publié sur du papier.
    Merci pour les critiques et parlez-en !

    Répondre à ce message