À cœurs perdus - Par Warnauts & Raives - Casterman

13 septembre 2008 2
  • Deux stripteaseuses américaines orchestrent une rencontre avec un jeune étudiant pour approcher son père. Petite forme pour le tandem Warnauts & Raives.

Pour Girl et Shannon, s’exhiber devant des hommes aux quatre coins de l’Amérique du Nord représente un boulot fatigant et routinier. Unies et solidaires, elles partagent un quotidien fait de motels et de kilomètres de bitume avalés machinalement. Pour Girl, la priorité, c’est son fiancé engagé en Irak. Pour Shannon, retrouver un homme, un but ultime et une idée fixe.

Malgré la fluidité du récit et un thème original, ce nouvel album de Warnauts et Raives peine à convaincre. On se perd entre le Canada (engagé en Irak, mais on n’apprendra rien sur le sujet ici) et les États-Unis.

Les allusions désordonnées au conflit moyen-oriental et au traumatisme du 11 septembre ne parviennent pas à donner du tonus à une intrigue laborieuse. Et le final confus n’arrange rien, tout comme ce personnage aux lunettes noires dont l’identité est révélée en conclusion du récit.

Ces deux jeunes femmes sont certes volontaires et courageuses, mais pas vraiment marquantes. D’autant moins que le tandem d’auteurs ne convainc pas autant que dans Congo 40, l’innocente ou Fleurs d’ébène sur le plan graphique.

Un aspect est à souligner cependant : Warnauts et Raives n’ont pas joué la carte de l’érotisme - que la couverture semble pourtant annoncer - refusant une facilité piégeuse. À cœurs perdus - Par Warnauts & Raives - Casterman

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • À cœurs perdus - Par Warnauts & Raives - Casterman
    13 septembre 2008 00:28, par david t

    le canada est engagé en afghanistan, mais pas en irak, contrairement à ce qu’affirme cet article.

    cela dit, il n’est pas impossible que le journaliste ne fasse que relayer une erreur des auteurs de ce livre (d’ailleurs assez peu aguichant).

    Répondre à ce message

    • Répondu le 13 septembre 2008 à  09:12 :

      Les Canadiens sont engagés en Irak, comme en témoigne cette déclaration de Louise Marchand, ambassadeur du Canada au Sénégal (20 juin 2006) :

      "Nous sommes convenus avec les Américains que l’intervention canadienne ne débutera que lorsque le conflit sera plus ou moins terminé en Irak. Nous sommes engagés dans un programme de reconstruction dont le montant est de 300 millions de dollars canadiens. Tout est encadré par les Nations Unies. Il y a des financements destinés au renforcement de capacité. Le début c’était de l’aide humanitaire. Le Canada est impliqué dans la formation de la police. Le programme s’exécute très lentement à cause des problèmes. Nous avons revu à la hausse le nombre de soldats canadiens en Irak. C’est aussi une présence diplomatique avec l’ouverture d’une ambassade, et du personnel de coopération. Nous avons perdu un collègue du ministère des Affaires étrangères."

      Répondre à ce message