À fleur de peau, T1 – Par George Asakura – Delcourt

13 mai 2010 0 BD d’Asie par Stéphanie Francqueville
Éditeur : Delcourt
  • Une histoire étrange presque dérangeante, mais fascinante. Même si les dessins
    ne sont pas forcément des plus agréables et que les codes graphiques du genre
    sont absents, l’auteur propos aux lecteurs un shojô qui parvient à captiver du
    début à la fin.

Natsume est une jeune tokyoïte de 12 ans, jolie et populaire Malgré son jeune
âge, elle est même devenue mannequin, reconnue par les professionnels, comme par le public. Mais un changement radical l’attend puisque son père vient d’hériter
d’une auberge dans le village d’Ukigumo. La collégienne doit alors quitter
Tokyo, ses amies et son job pour s’enterrer à la campagne.
Mais un soir, elle fait la connaissance de Kôichiro, un garçon mystérieux qui
n’a peur de rien et qui semble n’avoir aucune limite. Natsume est fascinée et
une étrange relation va se nouer entre les deux enfants, une relation où se
mêlent étroitement dépassement de soi, possession et domination.

Bien que l’âge des protagonistes puisse surprendre au début, ce n’est finalement
pas grand chose à côté de l’histoire. À fleur de peau n’a absolument rien à voir
avec les shojô traditionnels. Personnages atypiques, en manque de sensations
fortes, violents et manipulateurs. Il est parfois difficile de suivre les
motivations des personnages, mais la mise en page dynamique et originale de
George Asakura permet de maintenir le lecteur en haleine.
L’alternance des plans larges et rapprochés, de décors sombres ou très lumineux,
captive de la même façon que Natsume est attiré par Kôychiro.

Les dessins ne sont braiment pas des plus jolis et rappellent le trait anguleux, mais
expressif, de Ricaco Iketani, l’auteur de Lollipop. À travers eux, l’auteur parvient à faire passer de multiples expressions et mélange les genres avec brio.

Amour, humour, joie, tristesse, fascination… Les émotions s’enchaînent et subjuguent le lecteur. On attend la suite avec impatience.

(par Stéphanie Francqueville)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.