A l’Ombre des murs - Par Arnaud Le Roux & Marion Laurent - Futuropolis

2 juin 2009 0 commentaire
  • Deux ados se croisent dans une ville hors du temps, entre Moyen-Âge et décors à la "Brazil". Elle est en fuite, il se débrouille avec des combines futées. Ensemble, ils découvrent un petit monde de la survie urbaine.
    Un album qui tente de jouer sur l'ambiance gouailleuse d'une galerie de personnages colorés, mais qui peine à y parvenir.

Une jolie fille qui fuit son orphelinat, un ado rêveur qui connaît la ville comme sa poche. Forcément le jeune homme offre son bras à la demoiselle pour la protéger. Ensemble, ils partent à l’aventure dans une cité jamais nommée, balançant entre XVIème siècle et un univers à la Jules Verne. Et autour du charmant couple, des second rôles aux noms aussi farfelus que leurs allures respectives.

Avec ses dialogues lourdement gouailleurs, À l’Ombre des murs installe d’emblée une atmosphère chargée. On pense à La Guerre des boutons, à l’argot des années cinquante... Mais sans la poésie et l’humour en moins.
Ce parti-pris se marie mal avec des personnages centraux aux visages angéliques, aux traits lisses et presque surexposés. À chaque page, ce mélange des genres peine à sonner juste. Au contraire, il donne à l’histoire un aspect artificiel tenace.

Si les grandes cases teintées d’ocre de Marion Laurent rendent la lecture fluide, cette volonté de faire du style à tout prix gêne constamment l’attention et le déroulement de l’intrigue.

Un constat un peu désolant tant l’intention des auteurs semblait sincère : celle de réaliser un Roméo et Juliette dans les pas de Gavroche...

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?