Abara T1 & T2 - Par Tsutomu Nihei – Glénat

22 août 2007 0 commentaire
  • L’auteur de {Blame} nous livre une histoire complète où de mystérieux monstres mutants s’affrontent dans un combat dont l’enjeu remonte à la nuit des temps. Un summum graphique !

Les Shiro Gauna sont des créatures mutantes métamorphes qui sèment la terreur dans une cité futuriste. Partant de leur colonne vertébrale, une armure faite d’ossements indestructibles enveloppe le corps de son propriétaire et se déploie dans toutes les directions, attaquant toute forme de vie à proximité. Quelle est l’origine de cette monstruosité ? Une femme et un policier vont tenter de percer ce secret...

Architecte de formation, Tsutomu Nihei s’est distingué avec sa série culte : Blame. On retrouve dans Abara les caractéristiques principales de ses histoires précédentes : monde futuriste baignant dans une atmosphère oppressante. Inspiré par le peintre suisse Giger, que le travail sur Alien a révélé au grand public, Nihei développe avec Abara un concept de monstre où organique et mécanique s’agglomèrent jusqu’à créer une seule entité. Son trait fouillé et ses scènes de combat sont les plus grands atouts de ce diptyque torturé. Tâtillon et précis, ce mangaka qui refuse d’ailleurs de s’entourer d’assistants, laisse parler ses tripes pour entraîner le lecteur au gr& de sa virtuosité graphique. Le revers de la médaille de cette mæstria est parfois un manque de lisibilité qui provoque des confusions dans l’avancement du récit. Qu’importe certains cadrages brouillons, on restera scotché par ces monstres stupéfiants et par la construction des premiers chapitres, presque muets. Adulé ou détesté, il n’y aura pas de demi-mesure pour Abara. Déroutant !

La publication de ce chef d’œuvre graphique, est suivie par Digimortal, une courte histoire qui, sans atteindre le niveau d’Abara, complète bien la vision destructrice de l’auteur.

Abara T1 & T2 - Par Tsutomu Nihei – Glénat

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?