Acriboréa - T4 : Les Nuées - Par Cordurié & Créty - Delcourt

9 décembre 2007 0 commentaire
  • Avec {Les Nuées}, Sylvain Cordurié et Stéphane Créty livrent le quatrième et avant-dernier tome de leur excellente série de science-fiction {Acriboréa} et cela, six mois seulement après la sortie du tome 3 {Des Millions de soleils}. Un rythme de production d'enfer pour une série à 200 à l'heure...

En s’écrasant sur Hope, Jasper Niemeyer et ses autres camarades aux capacités extraordinaires assistent impuissants à la destruction de la seconde vague de colons détruite par les troupes ennemies nominosséides. Rejointe par le militaire Nathan Palliger, la petite troupe tente de fuir la planète pour rejoindre Acriboréa et sauver ce qu’il reste de l’espèce humaine. Les temps sont en effet durs pour cette dernière assaillie de toute part par les autres races extraterrestres alliées pour l’occasion. Rien ne semble pouvoir les stopper. Jasper et Nathan semblent être l’unique chance pour renverser cette désastreuse situation, mais n’est-il pas trop tard ?

Acriboréa est donc une série de science-fiction mettant principalement en scène l’extermination de la race humaine. Certes, cette trame principale n’est pas des plus originales, largement inspirée du film Independance Day ou d’autres œuvres romanesques précédentes, mais la judicieuse et très dynamique mise en scène de Sylvain Cordurié plonge le lecteur dans l’histoire. Dans ce récit, on ne peut s’empêcher de se mettre à la place de ces humains qui assistent à la destruction de leur univers. On éprouve les mêmes sentiments d’impuissance que ces soldats qui se battent dans les rues de leur capitale ainsi que de leurs supérieurs qui apprennent la destruction totale de la seconde vague et qui voient les villes humaines se faire raser les unes après les autres.

La série doit aussi beaucoup à son dessinateur Stéphane Créty. Au fil des tomes, il a créé un univers des plus crédibles, qu’il prend d’ailleurs un malin plaisir à détruire dans ce quatrième tome où se succèdent les planches de destruction et d’explosion des terres acriboréennes sous domination humaine. Son trait clair et précis s’avère en plus d’une réelle qualité et cela autant pour ses paysages que pour ses personnages.

Acriboréa est donc une excellente série qui coupera le souffle à ceux qui accepteront de se laisser prendre au jeu.

(par Olivier Wurlod)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?