Newsletter ActuaBD

Actes Sud et les Editions de l’An 2 s’associent

  • Nouveau virage au Sud pour les éditions de l'An 2 qui cèdent 50% de leur capital à Actes Sud. Thierry Groensteen s'explique sur ce rapprochement et l'évolution de sa maison d'édition.

Fondées en août 2002 par Thierry Groensteen, ancien directeur du Musée National de la BD à Angoulême et ancien rédacteur en chef des Cahiers de la Bande Dessinée, les Editions de l’An 2 viennent de prendre un tournant important. La maison d’édition angoumoisine a en effet cédé 50% de son capital à la maison d’édition arlésienne, Actes Sud. Elle souffre notamment aujourd’hui d’un réseau de distribution trop petit (environ 400 libraires). Malgré un chiffre d’affaires en progression constante, l’entreprise restait déficitaire depuis le début de son activité et la trésorerie devenait un problème de plus en plus insurmontable.

« J’ai démarré avec mes économies personnelles et j’ai publié, dès la première année, 15 livres. J’ai sous-estimé les difficultés de la diffusion. Ce qui explique les difficultés financières qui m’ont conduit à m’appuyer sur un nouveau partenaire », nous confie Thierry Groensteen. « J’ai contacté plusieurs associés potentiels dont Actes Sud vers qui allait ma préférence. Je suis heureux que ce soit avec eux que le rapprochement ait pu se faire. »

Grâce à l’accord conclu entre les deux maisons d’édition, Actes Sud assurera dès le 1er juin la diffusion des ouvrages de l’An 2 (sauf auprès des libraires spécialisés BD, toujours visités par le Comptoir des Indépendants). La maison angoumoisine devrait donc pouvoir proposer ses publications dans les rayons de 2.000 librairies, spécialisées ou généralistes.

« Le genre de livres que j’édite ne s’adresse pas toujours aux amateurs de BD classique. Notre public est peut-être plus littéraire. Grâce à Actes Sud, nous allons implanter nos livres dans des librairies généralistes pas forcément spécialisées BD », explique Thierry Groensteen.

Les nouveautés devraient donc être mieux diffusées et le fond mieux valorisé. En effet, dix titres, parmi les 40 que compte le catalogue, seront choisis et mis en place, aux côtés des nouveautés, dans ces nouveaux points de vente. Avec en perspective une augmentation du tirage des livres qui varie aujourd’hui entre 1200 et 4000 exemplaires avec une moyenne de 2500 à 3000 exemplaires.

Pour Thierry Groensteen,« six mois seront nécessaires pour mesurer les retombées concrètes de ce rapprochement. Pour moi, l’objectif est de rétablir très vite des comptes sains. En s’appuyant sur le réseau de diffusion d’Actes Sud, j’espère atteindre l’équilibre comptable dès cette année. »

Quant à Actes Sud, son rapprochement avec l’An 2 s’inscrit dans une logique de développement de son activité. Après une place prépondérante donnée à la littérature, l’éditeur arlésien a en effet ouvert son catalogue à la bande dessinée en janvier 2005. Cependant, la responsabilité des choix éditoriaux continuera d’être assumée par Thierry Groensteen.

« Tant que je peux garder l’indépendance des Editions de l’An 2, je le ferai. Mais le plus important pour moi est de pouvoir éditer les livres qui me passionnent, et donc de garder le contrôle de l’éditorial. La véritable indépendance se situe à ce niveau. »

D’après Thierry Groensteen, les auteurs, au courant depuis plusieurs mois, ont appris cette nouvelle avec joie.

« Pour eux, c’est l’espoir que leurs prochains livres seront mieux vendus car mieux défendus chez plus de libraires. De plus, le fait d’être associé à un groupe leur ouvre la perspective de pouvoir publier d’autres types de livres. Je me réjouis des opportunités nouvelles qui s’offriront à l’avenir aux auteurs qui m’ont fait ou qui me feront confiance. »

Thierry Groensteen n’exclut pas d’autres évolutions dans les années à venir, mais pour l’instant, il se consacre tout entier à ses prochains livres et nous annonce la sortie en juin de La Vengeance du golem africain
par Jean-Pierre Duffour, Sine qua non par Marcel Ruijters et Jusqu’à Sakhaline par Pascal Rabaté et Jean-Hugues Berrou.

Le rapprochement avec Actes Sud assure donc une pérennisation de l’activité des Editions de l’An 2. Mais il démontre une fois de plus la difficulté économique qu’ont les petits labels indépendants à tirer leur épingle du jeu dans le monde de l’édition.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En médaillon : Thierry Groensteen - Photo : D. Pasamonik.

 
Newsletter ActuaBD