Adi Granov : « Je préfère créer les pages intérieures d’un comic book, plutôt que sa couverture ».

10 mai 2008 2 commentaires
  • Par son remarquable travail sur la série de comics {Iron Man : Extremis}, sur un scénario de Warren Ellis, Adi Granov a donné un sacré coup de fouet à l'image du justicier en armure. Marvel ne s'y est pas trompé et lui a confié le {character design} du film de Jon Favreau, sorti récemment sur nos écrans. Nous avons rencontré cet homme charmant au dernier festival d'Angoulême, bien sûr avant la sortie du film.

Actuabd : Iron Man est un héros assez chargé politiquement : c’est un ancien alcoolique, un va-t-en-guerre (parce que c’est son business, et l’origine de sa richesse), c’est aussi un Vengeur,... Y’a-t-il un thème politique que Marvel n’oserait jamais laisser aborder dans leurs comics ?

Adi Granov : « Je préfère créer les pages intérieures d'un comic book, plutôt que sa couverture ».
Iron Man Extremis
Par Warren Ellis et Adi Granov. © Panini Comics.

Adi Granov : Je ne pense pas vraiment. Tout dépend du scénariste qui écrit l’histoire. Par exemple Iron Man : Extremis, que j’ai créé avec Warren Ellis aurait pu parler de n’importe quoi : Warren ne s’est pas vraiment retenu. Politiquement, Marvel est plutôt ouvert à plein d’idées différentes. Si quelque chose était absolument extrême, ils mettraient le hola dessus, mais ils ne rejetteraient pas une bonne idée. Marvel est une entreprise indépendante, ils sont plutôt ouverts d’esprit. Leurs scénaristes le sont également et avec des opinions politiques différentes. Selon les albums, vous pouvez avoir différentes opinions qui y sont exprimées. C’est une très bonne chose chez Marvel qui les différencie de certaines entreprises plus frileuses politiquement par ce que je pense être de la peur. Parce qu’ils font partie d’un grand groupe comme....

Vous pensez à DC ?

Oui, mais il n’y a pas qu’eux, il y a d’autres éditeurs qui font partie de grandes corporations. Pareil pour les films Marvel, puisque Marvel produit désormais ses propres films et n’a de compte à rendre à personne. Ce sont leurs fonds propres et c’est la même chose pour les bandes dessinées. Quand vous créez un film pour un grand groupe, vous devez tout justifier. Marvel permet de faire ce que l’on veut, c’est pour cela que je pense que les créatifs ne pas limités politiquement.

Iron Man a été dessiné par plusieurs artistes avant vous. Pour le character design du film, quelle a été votre marge de manœuvre ?

J’étais complètement libre. Je venais de dessiner l’arc Iron Man : Extremis sur lequel se base en partie le film. Je venais d’établir le look. Même quand j’ai commencé le livre, j’étais complètement libre puisque je créais un nouveau "N°1". Ça ne dépendait pas du travail d’un de mes prédécesseurs puisque je reprenais tout à partir de zéro. J’avais la chance de créer selon mes envies. Mais en même temps, j’avais envie de rester cohérent et ne pas partir dans un délire total. Je voulais rester réaliste et respecter ce qui avait été fait avant moi.

Extrait de Iron Man Extremis
© Adi Granov/Panini Comics

Vous voulez éviter les erreurs qui ont été faites pour Les 4 fantastiques dans les années 1990 ?

Oui, certains designers se permettent de faire des trucs complètement différents juste parce qu’on leur en a laissé la liberté et pas parce que c’était ce qu’il fallait faire. Iron Man est en rouge et or, des éléments essentiels qui font partie de sa personnalité. Si vous changez cela, ou d’autres détails comme le design des automates, cela fera un chouette design, mais ce ne sera pas Iron Man. Quand nous avons recherché les éléments graphiques pour le film, nous nous sommes dit “Il faut que visuellement ça soit Iron Man et personne d’autre”. Vous n’avez pas besoin que quelqu’un vous précise “C’est le nouveau design d’Iron Man”. Il suffit de le voir pour que vous le sachiez : c’est Iron Man. Nous avions besoin de respecter le passé du personnage sans avoir à y coller absolument. J’ai pu faire tout ce que je voulais mais en respectant les éléments principaux de la trame.

La morphologie de Robert Downey Jr [1] a-t-elle influencé le design de l’armure pour le film ?

Vous parlez de l’armure ? Pour l’acteur ? Oh non, je n’ai pas eu à m’en soucier. C’est le Stan Winston Studio qui a finalisé la version réelle de l’armure. Ils ont repris mon design et leur propre équipe a bossé dessus. La modélisation numérique a été faite par Mike Sanders. Et nous avons tous bossé ensemble. Le Stan Winston Studio s’est assuré que l’armure soit à la taille de l’acteur. Concernant mon travail, cela n’a pas été mon souci. Je devais faire en sorte qu’un humain puisse entrer dans l’armure. L’équipe de Stan Winston l’a modélisé en 3D pour les effets spéciaux et ont aussi construit une version complète qu’a portée Robert Downey Jr.

L’acteur qui porte l’armure n’a qu’une expression à afficher. Alors qui verriez-vous dedans ? David Caruso ou Steven Seagal ?

Qui est David Caruso ?

Horatio Cane dans Les Experts Miami...

Oh non ! Steven Seagal, et c’est mon dernier mot (rires).

Le rouge de l’armure exprime-t-il le sang ? La guerre contre le communisme ou les couleurs du parti républicain ?

(rires) Vu le business de Stark sur les armes, il me semble évident qu’il s’agisse de l’étendard du parti républicain !

© Adi Granov

Les BD récentes des X-Men se sont profondément inspirées du film de Bryan Singer. La BD Iron Man va-t-elle s’inspirer du film ?

Nous avons décidé d’utiliser le même design que celui que j’ai conçu pour le film pour la mini-série que je dessine... Mais la série régulière d’Iron Man ne reprendra pas ce design, mais un autre que j’ai aussi conçue. Donc la réponse est à la fois “oui” et “non” selon qu’on parle de ma mini-série dérivée du film ou de la série régulière qui en est complètement indépendante. Je pense que c’est une très bonne chose car parfois les films ne sont pas meilleurs que les BD, même si l’inverse est peut être vrai. Il ne faut quand même pas systématiquement reprendre ce que l’on voit au cinéma.

L’organisation du dessin d’un comics de super-héros et très différente de celui d’une BD en France et en Belgique où le dessinateur signe à la fois l’histoire et la couverture. Vous préférez dessiner la couverture ou les pages intérieures ?

Je préfère dessiner l’intérieur : j’aime bien m’occuper des couvertures, mais vous savez, les personnages sont souvent dans des poses figées, non réalistes. C’est marrant, mais après en avoir fait une dizaine, les couvertures se ressemblent toutes. Alors que les pages intérieures racontent l’histoire, ont beaucoup de mouvement. Elles donnent une intention à votre dessin, c’est pour cela que je les préfère. Les couvertures demandent en général plus de boulot pour moins de résultat.

(par Xavier Mouton-Dubosc)

(par Thomas Berthelon)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En médaillon : Adi Granov. Photo © Thomas Berthelon

Commander Iron Man Extremis sur Internet

Cette interview a été diffuséedans l’émission radio « Supplément week-end du samedi 3 mai 2008.

[1Robert Downey Jr. est l’interprète d’Iron Man/Tony Stark dans le film.

 
Participez à la discussion
2 Messages :