Adolphe - Par Pascal Croci et Benjamin Constant - Editions Emmanuel Proust

29 septembre 2013 0
  • Troublé par Ellénore, une femme de la bourgeoisie de dix ans son aînée, Adolphe, un jeune homme de 22 ans à peine mais déjà très ambitieux, réussit à la séduire...

Mariée à un comte souvent absent, cette femme mûre (on ne parle pas encore de cougar !) demeure d’abord timide, prudente et hésitante avant de succomber devant l’insistance du jeune homme éperdument amoureux et bien décidé de la conquérir coûte que coûte.

Amoureuse sincère, elle lui demande sans cesse de nouvelles preuves d’un amour qui finit par devenir vite fusionnel. De son côté, le jeune homme comprend qu’il ne l’aime plus, son désir n’ayant été principalement motivé que par la difficulté de l’entreprise. Ayant atteint son but, il sent peu à peu sa passion pour Ellénore s’amoindrir. Aussi bien incapable de la quitter, que de continuer à vivre avec elle, il se lasse progressivement de cette liaison, cherche une issue à cette aventure. La conclusion de cette chronique très… romantique débouche sur une fin tragique.

Adolphe - Par Pascal Croci et Benjamin Constant - Editions Emmanuel Proust
Ambiances sur fond de spleen et de romantisme.

« En croyant gagner son corps, c’est toute son âme qu’il a obtenu », la formule de Benjamin Constant, auteur du texte original, résume l’évolution des sentiments de son héros.

Connu pour sa liaison épistolaire avec Madame de Staël, cet écrivain qui joua aussi un rôle politique pendant la Révolution Française est l’auteur du roman à l’origine de cet album de Pascal Croci. En dépit d’une trame assez simple mais fidèle aux lois de ce genre littéraire, le dessinateur cherche à valoriser un récit classique et parvient à en respecter scrupuleusement le verbe et l’esprit dans un hommage sincère. Son dessin, d’une grande sensibilité, décrit des personnages gracieux souvent isolés évoluant, dans des paysages sauvages baignés de lumières hivernales, des ambiances en parfaite harmonie avec le propos. Il demeure en cela totalement fidèle au texte.

L’album qui a révélé Pascal Croci au grand public.

L’album dont l’accès pas forcément immédiat ne doit pas dissuader le lecteur d’aller à la rencontre d’un univers graphique et narratif atypique, iconoclaste et éminemment personnel.

De la Shoah à Mickaël Jackson, du Christ à Dracula… si certains de ses choix éditoriaux peuvent paraitre discutables, cet auteur discret persiste à construire une œuvre originale et singulière.

Destins tragiques de femmes célèbres au centre de l’oeuvre de l’auteur.
Lady Tara Cornwall paru en 2003.

Après des débuts dans la BD religieuse, il fut révélé au grand public avec Auschwitz. Il nourrit ses albums de portraits sensibles et souvent atypiques. Après Elisabeth Bathory ou (paru en 2009) ou Marie-Antoinette, Sweet Lolita (tous édités chez Emmanuel Proust), il réussit avec cet album l’adaptation d’un auteur du XVIIIe siècle presque oublié : Benjamin Constant.

On retrouve dans cette adaptation faite par Croci tout ce qui fait les qualités (et parfois les défauts) de cet auteur inclassable ; style très esthétisant, mise en page aérée, personnages traversés par une sensibilité à fleur de peau.

Saluons enfin le courage d’un éditeur qui, loin des modes continue de soutenir les projets d’un auteur (parmi d’autres !) à la démarche unique.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez [Amazon>http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2848104120/actuabd-21]

Commander ce livre [à la FNAC>/achat-fnac-2848104120]

  Un commentaire ?