Afterschool Charisma – Tome 5 – Par Kumiko Suekane – Éditions Ki-Oon

4 juillet 2012 0 commentaire
  • Ce nouvel épisode des aventures des lycéens-clones s'effectue via une narration sur le mode du retour vers le futur et s'avère bien utile pour densifier encore plus le récit.

Les suites de l’attentat contre St-Kleio s’avèrent des plus intéressantes. Le terroriste Khi, clone de Shiro, explique via un « flash-back » qui court sur tout le tome son histoire et surtout sa scolarité au sein de l’institution. Au cours de cette confession, le renégat va offrir certaines réponses aux actuels élèves du lycée.

En débutant son nouveau tome par une discussion apéritive sur le destin et la fatalité, Kumiko Suekane place son récit à un niveau de controverse sur ce qu’est un humain, clone compris. En argumentant sur les caractères innés ou acquis, de la reproduction parfaite de la matière et de la prise de conscience progressive de son statut, il offre des clés de compréhension sur ce qui fait l’humain et sur la diversité des clones.

Mais St-Kleio reste une entreprise créant à l’infini des moyens de production, chaque génération d’élèves, qui doivent s’avérer rentable. Les clones sont du bétail, vendus aux enchères, mais restent, de par leur imperfection et leur diversité, des individus. Les corps sont identiques mais chaque esprit est différent.

L’obscurité de la fin du volume fait accéder à un niveau supérieur la question du but réel de cette industrie. On peut penser que le contrôle du savoir, arme de pouvoir s’il en est, en est l’aboutissement. La formation permet d’acquérir ces connaissances, pas un corps identique à certains personnages historiques.

De plus, la stratégie mise en place semble être constellée de revers. Le caractère élitiste, eugéniste qui, au constat des divers échecs précédents, se fracasse régulièrement sur la réalité du monde extérieur, nous pose la question de l’efficience du renouvellement de l’expérience.

Ces fiascos ne sont pas des hasards, ces clones n’étant pas des machines reproductibles à l’identique. Ce cercle vicieux qui se poursuit sur plusieurs générations ne semble être voué qu’à une explosion systémique enclenchant un nouveau cycle de violences. L’auteur pourrait même aller plus loin en confrontant sa fiction humaniste à la théologie économiste qui dogmatise la récurrence des crises.

Un opus plein donc où les origines de Shiro sont confrontées à l’avenir de cette entreprise de reproduction de l’humain à l’infini.

(par Vincent GAUTHIER)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?