Agaguk - Par Djian & Roy - Adonis

30 décembre 2008 1 commentaire
  • Depuis 2007, les éditions Adonis, avec leur collection {Romans de toujours}, cherchent à adapter en BD les grands classiques de la littérature internationale. L’objectif? Publier cinquante adaptations de romans d’ici 2009. Le catalogue {Romans de toujours} comprend plusieurs auteurs du XIXe siècle tels que Victor Hugo, Gustave Flaubert, Charles Dickens, Alexandre Dumas, Léon Tolstoï, Jules Verne, H.G. Wells ou Fenimore Cooper, mais aussi des titres comme {L’Odyssée} et {Les contes des mille et une nuits}.

À cette sélection vient s’ajouter Agaguk d’Yves Thériault, « un des fleurons incontestés de la littérature québécoise », aux dires de l’éditeur.

Le choix de ce roman n’est pas sans raison : cette adaptation signée Jean-Blaise Djian et Yvon Roy vient commémorer le cinquantième anniversaire de l’édition princeps d’Agaguk, ainsi que le vingt-cinquième anniversaire du décès de l’auteur. Il s’agit également du seul ouvrage littéraire canadien qui ait été retenu, jusqu’ici, par les éditions Adonis.

Agaguk se déroule en 1940 dans le Grand Nord du Québec, le Nunavik, au sein d’une communauté Inuit. Le personnage éponyme, un jeune Inuk de dix-huit ans, chasseur redoutable mais orgueilleux, quitte son village avec sa compagne Iriook pour aller s’installer sur la toundra. L’intrigue se partage alors entre les deux milieux ; le village, lieu de rivalité, de vengeance et de décadence, contrôlé le chef Ramook, père d’Agaguk, et le sorcier Ghorock, vient s’opposer à la solitude de la toundra, où Agaguk et Iriook vivent paisiblement, selon les traditions. Un meurtre, ainsi qu’un accident tragique qui défigure le chasseur, finissent par rompre cet équilibre. L’arrivée de la gendarmerie royale du Canada, venue enquêter au village, ne fait que compliquer le tout, alors que les personnages sont appelés au mensonge, à la traîtrise et à la violence.

Afin de bien comprendre les enjeux d’Agaguk, l’album contient également un dossier complet sur la vie et l’œuvre engagée d’Yves Thériault, mais qui aborde aussi sur les réalités socio-historiques particulières des Inuit et autres communautés autochtones du Canada.

Agaguk - Par Djian & Roy - Adonis
Extrait d’Agaguk
(c) Djian/Roy et Adonis

Avec cet album, le scénariste français Jean-Blaise Djian réussit à transposer à la bande dessinée les qualités narratives du romanesque : les tensions entre les personnages, la polarisation du récit et l’évolution de la relation entre Iriook et Agaguk sont très bien ressenties, malgré une certaine économie textuelle imposée par l’art séquentiel. Le dessinateur québécois Yvon Roy, quant à lui, livre un graphisme moderne et dynamique qui ne détonne pourtant pas avec le ton plus littéraire de l’album. Enfin, le choix des couleurs (teintes brunes, grises, blanches) transmet bien l’ambiance climatique de la toundra et du Grand Nord.

Bref, que dire d’autre sinon qu’Agaguk est une adaptation touchante et réussie, capable de tenir un lecteur en haleine tout en explorant avec profondeur les vices et vertus du caractère humain.

(par Marianne St-Jacques)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :