Agence Hardy - T4 : Banlieue blanche, banlieue rouge - par Christin & Goetzinger - Dargaud

22 avril 2006 0 commentaire
  • Cet album {Banlieue blanche, banlieue rouge} relate un meurtre et une enquête avec un subtil parfum de nostalgie. L'action se déroule dans les années 50 avec pour décor les usines Renault de Billancourt.

Une maquette d’un prototype a été volée au sein des usines Renault. L’enquête est confiée à Edith Hardy et à son assistant Victor. L’un et l’autre infiltrent à sa manière l’île Seguin là où est installée la Régie, fer de lance du prolétariat de l’époque...

Pierre Christin nous propose une immersion dans la forteresse ouvrière de Billancourt. "Renault doit rester exemplaire. Il n’y a pas que le PDG qui ait le droit de dire ça. Le parti pense aussi qu’il ne doit pas y avoir de menace sur l’outil de la classe ouvrière." lit-on planche 8. Banlieue blanche et banlieue rouge cohabitent dans ces lieux emblématiques de l’industrie d’après-guerre. Les belles maisons de maître sur les collines dominent la Seine et s’opposent aux minuscules jardins ouvriers de l’île de Saint-Germain. Le récit très bien documenté oscille entre enquête policière et témoignage sociologique.

Agence Hardy - T4 : Banlieue blanche, banlieue rouge - par Christin & Goetzinger - Dargaud
L’usine Renault-Billancourt
© Christin/Goetzinger/Dargaud

Le trait statique et réaliste d’Annie Goetzinger accentue l’aspect nostalgique de la série."Nostalgie, sans doute, pour le Paris populaire de notre enfance qui est également celui de certains de nos films préférés. Mais aussi premières manifestations de la modernité dans un monde encore très archaïque (la DS, Europe N°1, la jeunesse - une idée neuve !). La guerre froide en arrière-plan, avec notre goût pour les romans d’espionnage. Une IVe République brinquebalante propice aux intrigues tordues. Oui, décidément, tout cela nous plaît." déclarait Pierre Christin dans une interview.
L’Agence Hardy s’affirme comme une savoureuse comédie au charme quelque peu désuet.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?