Aïe Woze Djoking - Edika - Fluide Glacial

7 novembre 2003 0 commentaire
  • Digne héritier de la "Rubrique A Brac" de Gotlib, Edika a bâti l'une des œuvres les plus délirantes de l'histoire de la bande dessinée européenne. Il a poussé l'absurde au-delà de ses limites les plus extrêmes. Ce vingt-huitième volume de cette anthologie du burlesque absolu le fait passer à l'ère de la couleur. On ne s'en plaindra pas, puisque cela ouvre sans doute les portes de son humour à un plus large public.

Les règles classiques du récit, c’est bien simple. Vous prenez un fil rouge, vous introduisez votre histoire (le début), vous veillez à bien soigner sa conclusion (la fin) et à ne surtout pas perdre le fil rouge entre ces deux extrémités (le développement). Passez tout ça au hachoir, mêlez dans un shaker, renversez dans une centrifugeuse que vous tournez à 1800 tours minutes avant de mettre au four, et vous obtenez un récit d’Edika.

Du récit classique, il n’a gardé que le début. Une case d’introduction. Le reste n’est que déviations, divagations, disgressions, déraillements à partir d’un fil rouge anamorphosé qui ne résiste jamais plus longtemps que deux planches avant de complètement passer à la trappe et de laisser la place aux pires délires qu’ait connus la bande dessinée européenne depuis la période "hard" de la "Rubrique à Brac".

Avec générosité, Edika multiplie les gags, à l’avant et à l’arrière-plan, dans les dialogues, dans les expressions inouïes des personnages. Se foutant complètement de la moindre trame narrative, de toutes les règles qu’on a pu lui apprendre à l’école de la BD, il emmène le lecteur où il veut. N’importe où. Pourvu qu’on se marre. Et, dans une planche d’Edika, il y a plus d’humour, plus de créativité, plus d’imagination que dans des albums complets de certains de ses célèbres confrères.

Ce n’est pas pour rien qu’il est le seul auteur de bande dessinée à se trouver dans le "Dictionnaire superflu" de Pierre Desproges, au chapitre "Le Tintoret" : "On ressent assez vite, à la contemplation d’une toile du Tintoret, un léger ennui qu’on ne retrouve pas à la lecture de Fluide Glacial, où Edika dessine très bien les bites". A choisir, mieux vaut être dans ce dictionnaire que dans le "Larousse". Et Edika le mérite bien !

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?