Akira Toriyama (Dragon Ball), Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres

3 juin 2019 1 commentaire
  • Le Ministère français de la Culture a nommé, le 30 mai dernier, le mangaka Akira Toriyama chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres au cours d’une cérémonie à l’ambassade de France au Japon. Une belle preuve du chemin parcouru par la bande dessinée asiatique depuis les années 1990, une époque où Ségolène Royal et consorts s’autorisaient à la dénigrer sous couvert de bien-pensance.
Akira Toriyama (Dragon Ball), Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres
© Glénat

Le phénomène Dragon Ball débarque en France à la fin des années 1980 avec la diffusion de l’animé par le célèbre Club Dorothée. Bien qu’il ne soit pas le premier à l’être, cet animé a grandement contribué à la popularisation du phénomène manga en France, en particulier auprès du jeune public. La série de mangas originale, Dragon Ball, qui compte 42 volumes, est encore actuellement la seconde série de mangas la plus vendue au monde, dépassant Naruto, de Masahi Kishimoto de 15 millions d’exemplaires.

Édité et publié en français par Glénat depuis 1993, San Goku, Bulma comptent 30 millions d’exemplaires vendus, rien que dans l’espace francophone, et leurs amis ont été déclinés en de nombreux produits dérivés parmi lesquels des films animés, des figurines ou encore des jeux vidéo. Cette nomination ferait d’ailleurs suite à une proposition du fondateur de la maison d’édition française, Jacques Glénat.

L’expansion de l’univers créé par Toriyama n’est d’ailleurs pas encore achevée puisque la dernière série de manga en date, Dragon Ball Super est en cours de parution au sein du magazine nippon V Jump.

L’éditeur d’Akira, Akio Iyoku, lors de la réception à l’Ambasssade de France de Tôkyô. Dans l’assistance (4e à g. consultant son portable), on reconnaît l’heureux éditeur français de Dragon Ball en France, Jacques Glénat.
Photo : Éditions Glénat.
Rumiko Takahashi, Grand Prix d’Angoulême 2019.

Cette reconnaissance, purement honorifique, fait également écho au Grand Prix du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême 2019, attribué à Romiko Takahashi, autrice de Ranma ½.

Cette dernière recevait d’ailleurs son prix, au cours de la même cérémonie, des mains de Laurent Pic, ambassadeur français au Japon. À un mois du lancement de Japan-Expo qui fête cette année son 20e anniversaire, le moment est symbolique.

Notons toutefois l’absence au cours de la cérémonie Toriyama-san dont les apparitions publiques sont quasi inexistantes, et ce, depuis des années. C’est donc son éditeur, Akio Iyoku, qui est venu récupérer le prix à sa place. Cette politique de la discrétion a tout de même quelques failles puisque nous apprenions en mars dernier l’existence d’un projet impliquant Akira Toriyama et Masako Nozawa, éternelle voix du personnage phare de la série, San Goku !

(par Thomas FIGUERES)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :