Romans Graphiques

Al Capone - Par Swann Meralli et Pierre-François Radice - Éd. Sarbacane

Par Philippe LEBAS le 1er septembre 2022                      Lien  
Comment raconter la vie du plus célèbre truand américain du XXème siècle ? En lui laissant le soin de le faire lui-même, tel est le très bon choix opéré par Swann Meralli et Pierre-François Radice dans « Al Capone », un album très bien documenté par ailleurs.

Du fond de sa cellule à Alcatraz, en 1938, Al Capone raconte sa vie à sa mère. Depuis son enfance de petit Rital, né dans une famille nombreuse de Brooklyn, qui doit rapidement se débrouiller seul. On suit l’itinéraire d’Alphonse Gabriel Capone : son ascension dans le milieu mafieux new-yorkais, son succès dans le trafic d’alcool à Chicago, au temps de la Prohibition mise en place dans les années 20, jusqu’à sa chute... pour fraude fiscale, orchestrée par le Trésor américain et le célèbre Eliot Ness.

Al Capone - Par Swann Meralli et Pierre-François Radice - Éd. Sarbacane

De l’essentiel de la vie d’Al Capone, rien ne manque ici, de l’origine de sa célèbre balafre (qui lui vaudra le surnom de Scarface), jusqu’à sa fin en prison et sa mort des suites de la syphilis, en passant par ses méthodes et "choix économiques" rationnels (acheminer l’alcool, c’est bien dans un premier temps, mais plus risqué et moins rémunérateur que de le distiller soi-même.) On n’oubliera pas, non plus, la corruption de la police et l’élimination physique de tous ceux qui s’opposent à lui, comme lors du fameux massacre de la Saint Valentin.

La grande réussite de l’album réside dans le choix narratif : il existe un décalage systématique entre le récit enjolivé que le truand fait à sa mère et la violence de la réalité. Ce n’est évidemment pas la première fois que l’on utilise ce procédé (il n’est qu’à se rappeler le mémorable début du film Chantons sous la pluieGene Kelly se remémore sa jeunesse et ses premiers pas (de danse) soi-disant extraordinaires sur fond d’images montrant exactement l’inverse), mais cela marche parfaitement et permet de rendre les scènes de réelles violences beaucoup plus supportables.

Le scénario concocté par Swann Meralli fonctionne donc très bien.
Les crayonnés de Pierre-François Radice apportent aussi une touche d’originalité à l’album, tout en restant précis sur le rendu des rues et des bâtiments.

On notera enfin le soin apporté par Sarbacane dans l’édition de cet album, depuis sa couverture et son très beau liséré, jusqu’aux doubles-pages quasi blanches pour annoncer chaque nouveau chapitre de manière sobre et élégante, en passant par les nombreux dessins pleine page. Tout est au diapason à commencer par le "By Sarbacane" au bas de la couverture.

(par Philippe LEBAS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782377317820

PAR Philippe LEBAS  
A LIRE AUSSI  
Romans Graphiques  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD