Alex Barbier s’expose

13 juin 2006 0 commentaire
  • L'actualité Alex Barbier est chargée: outre le volume 3 de ses épistolaires escapades, on peut lire un volume d'entretien avec Vincent Bernière, et aller admirer une petite exposition qui lui est consacrée à Toulouse.


Barbier dans la Ville Rose

Alex Barbier s'expose
L’affiche de l’exposition

Une petite galerie d’expositions consacrées aux auteurs de BD s’est récemment ouverte à Toulouse : Le Voltigeur est un lieu accueillant et ouvert, où l’amateur pourra trouver nombre de BD indépendantes sur les tables, et des planches aux esthétiques variées sur les murs [1].

C’est donc Alex Barbier qui y est en ce moment accueilli, et ce jusqu’au 1er juillet, avec une dizaine de planches de BD et une demi-douzaine de peintures. Les couleurs des planches de l’auteur explosent littéralement. Si le travail des éditions Frémok est impeccable, il est évident que se trouver devant les originaux est une expérience que l’on n’oubliera pas de sitôt. Les peintures de l’auteur sont tout aussi fascinantes : nus ou scènes du quotidien dégagent une énergie singulière qui n’appartient qu’à Barbier.

Des planches d’Alex Barbier
Trois peintures d’Alex Barbier, et quelques-uns des albums vendus à la galerie

Dans les petits papiers de Barbier

Couverture de l’album d’entretien

Les éditions Frémok, qui publient Barbier depuis 1996, proposent donc en même temps que le troisième tome des Lettres au maire de V. un album d’entretien avec l’auteur intitulé Lettres au pair de F., qui détaille en quarante pages le parcours d’Alex Barbier, depuis son enfance, ses débuts au magazine Charlie-Hebdo à la fin des années 70 jusqu’à sa collaboration actuelle avec les Frémok, en passant par sa disparition de la scène BD dans les années 80. Barbier y paraît très à l’aise, parlant librement aussi bien des libertés sexuelles de sa jeunesse que de ses amours artistiques (Francis Bacon ou William Burroughs, on le savait ou on s’en doutait, Victor Hugo, un peu moins). L’album est rempli de reproductions de documents personnels de l’auteur, photos, extraits de journaux, dessins, etc., qui donnent une image à la fois brouillonne et totalement cohérente de Barbier - à l’image de ses œuvres, serait-on évidemment tenté d’ajouter.

Alex Barbier est un auteur aussi unique que majeur, et l’on ne peut qu’être heureux qu’il ait trouvé en les éditions Frémok un groupe d’artistes qui le soutient sur la durée.

(par François Peneaud)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?