Newsletter ActuaBD

Alice Matheson, T1 : Jour Z - Par Istin & Vandaëlle - Soleil

  • À la croisée de {Dexter} et de {Walking Dead}, l'éditeur-auteur Jean-Luc Istin marche sur les plates-bandes des séries télévisées avec un thriller horrifique au sein d'un hôpital. La première saison va compter six tomes, à raison d'un album par trimestre !

On dit que l’enfer est sur terre mais pour Alice, c’est une sorte de paradis... Brillante infirmière du St Mary Hospital de Londres en soins palliatifs, Alice Matheson pourrait être chirurgienne : elle en a les capacités, les nerfs d’acier, le Q.I, mais ce serait s’exposer inutilement. Car Alice est un ange de la mort, une psychopathe froide et calculatrice qui assassine ses victimes parmi les patients en phase terminale de l’hôpital.

Sa double vie se complique le jour où une de ses victimes se relève malgré la dose mortelle qu’elle vient de lui administrer. Londres vit alors les premières heures d’une épidémie d’un genre nouveau : les morts marchent. Et même pour un serial-killer, tout cela a quelque chose de perturbant. L’hôpital est sur le pied de guerre - au sens propre car l’armée investit les lieux pour protéger les vivants des morts - et s’organise pour traiter les patients et trouver une solution à l’épidémie. Avant le jour Z, Alice était une anomalie, désormais, l’horreur est devenu la norme. Finalement, elle ne s’est jamais sentie aussi vivante qu’au milieu des morts.

Nombreux sont les éditeurs à positionner la bande dessinée face aux séries télévisées. À côté des jeux vidéo, l’ampleur prise par les séries TV ces dix dernières années les place en concurrence avec la bande dessinée, surtout lorsqu’on sait que réaliser un album prend une année, et qu’on peut profiter d’une vingtaines d’heures de série dans le coffret d’une saison télé. On a pu noter plusieurs réactions du neuvième art face à cette attente de rapidité du public : retenir les albums pour les sortir sur un plus petit laps de temps, ou multiplier les dessinateurs.

Fort du succès d’Elfes et des autres séries multi-dessinateurs qu’il a lancées récemment, Jean-Luc Istin travaille maintenant l’horreur selon ce rythme soutenu de production, en proposant un album par trimestre. Le deuxième tome d’Alice Matheson, est prévue pour le 23 septembre, pour une première "saison" qui en comptera six en tout.

Alice Matheson, T1 : Jour Z - Par Istin & Vandaëlle - Soleil

L’influence de la télévision est notable : image choc en début de séquence afin de captiver le lecteur, nombreuses et rapides montées dans l’action alternant avec la présentation des personnages et un découpage en chapitres pour structurer un premier tome déjà dense.

Les cadrages de Vandaële sont dans la même ligne : des plans obliques pour se placer dans les yeux des personnages, ou pour provoquer le désarroi ; des plans larges pour brusquement prendre conscience de l’ampleur du drame qui se joue. La série se déroulant presque entièrement dans un hôpital londonien, les lumières sont propices à l’ambiance cauchemardesque. Quant aux personnages, ils sont suffisamment bien caractérisés pour qu’on les situe rapidement. On se demande même si les pages de garde rappelant les principaux protagonistes vont évoluer au fur et à mesure des albums, effaçant les décédés. Seul bémol : quelques visages trop placides face aux scènes d’horreur : un peu plus d’effroi aurait amplifié le ressenti du lecteur.

Au bout de ce premier tome, on salue l’efficacité du récit qui va donc rythmer nos prochains dix-huit mois avec ce personnage empruntant allègrement à Dexter. Nous suivrons avec attention comment les auteurs vont capitaliser ce bon départ, une fois l’effet de surprise dissipé.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

D’Alice Matheson, commander :
- le premier tome chez Amazon ou à la FNAC
- le deuxième tome chez Amazon ou à la FNAC

 
Newsletter ActuaBD