Alix T28 : La Cité engloutie – J. Martin, Ferry et Patrick Weber – Casterman

2 juin 2009 2 commentaires
  • Avec ce 28ème volume des aventures du gallo-romain Alix, les éditeurs rompent avec la sacro-sainte référence à la Ligne Claire. Pour un bien ?

Cette fois, c’est Ferry qui se colle au pont-aux-ânes des éditions Casterman : la perpétuation, parfois jusqu’à l’absurde, d’un classique de la BD franco-belge. Née en 1948, principalement animée par l’auteur jusque dans les années 1970, la série Alix est confiée depuis à une série d’assistants sous l’œil sourcilleux du maître, puis de sa famille, avec une fortune contestable.

Il faut croire que le personnage a encore une véritable audience puisque, malgré la multitude de produits annexes et les autres séries qu’anime Jacques Martin en parallèle, Casterman en maintient la publication en dépit d’une production loin d’être admirable.

L’honnête Ferry (Ian Kalédine, Les Chroniques de Panchrysia) opère aujourd’hui au dessin. Son trait est à mille lieues du naturalisme martinien. Tout au plus assagit-il son dessin pour correspondre aux canons de la série. Mais le travail est hélas dénué de tout charme.

D’entrée, on retrouve une couverture peu réussie que Martin lui-même n’aurait jamais exécutée de cette façon : le regard part en zigzag, semant la confusion ; déjà le faciès d’Alix interpelle : les visages sont caractéristiques du dessinateur flamand, sombres, voire souvent torturés. Si ceux-ci conviennent finalement assez bien à l’ambiance oppressante de cette épopée gallo-romaine, on peut se demander si cela sera également le cas dans des pays méditerranéens, lors de scènes de liesse ou plus sentimentales.

Alix T28 : La Cité engloutie – J. Martin, Ferry et Patrick Weber – Casterman

Malgré des postures assez figées, Ferry a réalisé un beau travail d’ensemble, mais cela s’apparente plus à un hommage à Martin, qu’à un réel album d’Alix. Le public semble résigné à s’adapter à bien des retournements graphiques.

Le scénario de Weber a le mérite de la cohérence. On sent la patte de l’historien dans l’idée de confronter la civilisation romaine aux Celtes. Ce rappel à l’identité gauloise est bienvenu, même si l’intrigue est poussive et convenue.

On a l’impression qu’un choix éditorial vient d’être fait : celui de s’abstraire de la dogmatique Ligne Claire pour livrer une simple histoire réaliste d’aventure avec Alix comme fil conducteur d’une lecture de l’histoire. Ce n’est pas un mal. Peut-être que si l’on avait demandé naguère la contribution d’un Franz ou d’un Hermann, la série ne serait pas aujourd’hui artistiquement agonisante. Qu’importe le dessin finalement : si Weber revient aux fondamentaux de la série, peut-être même jusque dans ses ambiguïtés, pour mieux la recentrer sur ses personnages plutôt que sur des constructions historiques parfois laborieuses, il finira par remplir les objectifs que les éditeurs s’étaient jusque là assignés.

Notons également la sortie attendue du troisième et dernier Voyages d’Alix consacré à l’Égypte ! Annoncé, il y a 17 ans, lors de la parution du premier tome de la série, ce projet avait du plomb dans l’aile, surtout après que Rafaël Moralès se soit fait débarquer d’Alix. Difficile de faire la part entre son travail d’esthète dans la reproduction des décors antiques et celui de Palmisano Léonardo, également crédité dans l’album, et qui auparavant avait essentiellement travaillé comme encreur.

Détaillant les sanctuaires du nord de l’Égypte, l’album est d’un fort bon niveau graphique, même si le trait est souvent moins fin, tandis que les zones d’ombres noircissent le tableau au propre comme au figuré. Le pire est malheureusement atteint à la dernière page, où on retrouve un croquis sobrement mis en couleur, dénotant de la qualité globale du recueil. C’est sans doute le résultat du dessin à quatre mains qui abaisse légèrement le niveau, tout en le maintenant parmi les meilleurs Voyages d’Alix.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander la Cité Engloutie chez Amazon ou à la FNAC
Commander Les Voyages d’Alix : l’Egypte 3 chez Amazon ou à la FNAC

Lire la prépublication du T28 d’Alix

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • cette critique est finalement moins cassante que celle sur " khorsabad" ; l’histoire est peut etre pas mal mais l’ensemble m’a semblé tellement laid que j’ai vite remis l’album dans son rayon ..quel interet de maintenir cette série dans ses( pas récentes ! ) conditions ? Autant créer un nouveau personnage ...

    il serait tres interessant d’avoir des chiffres de ventes pour comparer l’évolution d’alix aupres du public entre le dernier fait par martin et ceux des differents auteurs suivants ....

    Répondre à ce message

  • Ce que je n’arrive pas à comprendre , c’est pourquoi ces changements de dessinateurs à chaque fois que celui-ci semble a peu près maîtiser le dessin d’Alix,le dessinateur est remplacé.
    Cet album déçoit.
    Je me demande si comme pour les "Oncle Paul" du journal Spirou jadis, il ne s’agit pas là d’etrainer un nouveau dessinateur ou quelque chose comme ça.
    Quant au scénario de l’histoire : un ramassis de stupidité, le scénariste ferait bien de se reconvertir dans la poterie.

    Répondre à ce message