Alors, il est pour quand le nouveau Tintin ?

3 mars 2013 39 commentaires
  • Voici trente ans, le 3 mars 1983, Hergé posait son crayon pour l'éternité. Qu'en est-il aujourd'hui de son héritage? Son œuvre représente-t-elle encore quelque chose pour notre génération? Tintin bouge-t-il encore? La réponse est oui, même si l'on se pose aujourd'hui les mêmes questions qu'il y a trente ans.

En 1983, il ne faisait aucun doute que la bande dessinée venait de perdre son grand homme. Il laissait à sa ravissante épouse Fanny Remi un héritage d’autant plus lourd à porter qu’il était accompagné de l’affection de millions d’admirateurs dont les plus croyants étaient prêts à en écrire la passion.

Si le Christ a eu droit à quatre évangélistes, ceux d’Hergé sont plus nombreux encore. Ils ont pour noms Benoit Peeters, Philippe Goddin, Pierre Assouline, Huibrecht Van Opstal, Pierre Sterckx, Thierry Groensteen, Pierre Fresnault-Desruelles, Jean-Marie Apostolidès, François Rivière, Daniel Couvreur, Hugues Dayez, Stéphane Steeman, Jacques Langlois, Hervé Springael, Frédéric Soumois, Dominique Maricq, Olivier Delcroix, Benoit Mouchart, Albert Algoud, Bob Garcia, et j’en passe.

On dénombre plus de deux cents ouvrages sur Hergé parus en trente ans. Rien que sur ActuBD, près de 170 articles ont été directement consacrés à Hergé et à son œuvre depuis 1996. Un onglet "Les Amis d’Hergé" les rassemble dans une seule rubrique.

Chacun de ces évangélistes aurait rêvé d’être pape, mais le pape actuel, incontestable, il n’y en a qu’un : Nick Rodwell, le second époux de Fanny, la légataire universelle du créateur de Tintin. Il a été longtemps l’incarnation du diable, comme vous le racontait notre série d’articles Les Déshérités d’Hergé. Il avait osé braver la curie des prétendants au trône de saint Georges, délier les contrats de licences accumulés au fil des ans, les racheter au besoin ou batailler pour en récupérer le moindre avantage.

Son juridisme forcené et sa communication fantasque ne lui ont pas valu que des amis, mais il est incontestable que sa capacité à se constituer une sorte de "légende noire" qui contrastait avec la "légende dorée" qui se constituait autour d’Hergé a contribué sans aucun doute, autant encore que ses réalisations, à maintenir Hergé en vie, trente ans après sa disparition.

Alors, il est pour quand le nouveau Tintin ?
Fanny et Nick Rodwell, trente ans d’un lourd héritage
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Un Vatican à Louvain-la-neuve

En 1999, dans Tintin et les héritiers (Ed. Luc Pire), Hugues Dayez dressait un bilan accablant de la chronique de l’après-Hergé : "...mort du journal Tintin, publication d’un album boiteux, Tintin et l’Alph’art, politique de merchandising haut de gamme et contrôle que certains tintinophiles de la première heure assimilent à de la censure et du mercantilisme... Dans ce contexte houleux, demeurent des questions décisives pour le futur de Tintin : un musée Hergé verra-t-il jamais le jour ? Tintin séduira-t-il Hollywood ? Et surtout, quid d’un nouvel album de Tintin ?"

En créant les éditions Moulinsart en 1999, avec l’aide de l’ancien directeur-général de Casterman, Didier Platteau, devenu le camerlingue éditorial de l’univers d’Hergé, Nick Rodwell rapatriait sous sa coupe le discours hergéen.

L’hergéologue Philippe Goddin n’a pas failli à la sainte mission qui lui a été confiée. Disposant de toutes les archives, il a constitué avec une minutie de moine copiste la Chronologie d’une œuvre, un magnifique ensemble consacré à Hergé et surtout une biographie "définitive", Hergé - Lignes de vie (Ed. Moulinsart), qui fait référence. En véritable préfet de la Congrégation de la foi, Goddin est actuellement le président en titre de l’Association des Amis d’Hergé dont l’assemblée générale a eu lieu hier à Nivelles en Belgique autour de la date du décès d’Hergé, comme chaque année. Sa revue, Les Amis d’Hergé est une sorte d’Osservatore Romano du dogme hergéen.

Philippe Goddin, hergéologue patenté et président de l’Association des Amis d’Hergé.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

C’est dans la ville de l’Université catholique de Louvain-la-Neuve que Fanny et Nick Rodwell ont décidé de poser la première pierre du culte voué à Hergé. Le Musée Hergé, inauguré en mai 2009, est un ouvrage remarquable et la qualité de sa muséographie est absolument incontestable. En dépit d’une communication déficiente, des milliers de pèlerins trouvent le chemin du recueillement dans cette petite ville brabançonne située à quarante minutes en train du centre de Bruxelles.

Un ami de Tintin préside le Festival de Cannes

Si, la preuve en est faite, le Musée Hergé a fini par sortir de terre, la conquête d’Hollywood s’avérait moins sûre.

Pourtant, Rodwell l’a fait. Après avoir écarté les plus grands réalisateurs français, c’est à deux réalisateurs mythiques de l’Olympe hollywoodien qu’il a confié l’adaptation du héros à la mèche rebelle. Rien moins de Peter Jackson et Steven Spielberg ! On n’aurait pu rêver plus grand coup de maître ! Même si le premier film n’a pas eu le succès espéré par ses promoteurs (il cumule cependant 374 millions de dollars de recettes à ce jour, un record en son genre), il a eu pour effet de redonner un coup de boost à l’univers du personnage et à réinstaller Tintin dans le cœur des jeunes générations.

Si l’on en croit GfK (chiffres sorties de caisse sur un panel de points de vente), Tintin se trouve à la quatrième place des ventes en 2012, derrière trois mangas et devant Astérix, Les Légendaires, Les Simpson et Titeuf, ces trois derniers, comme les trois premiers, alignant des nouveautés cette année. Le film n’est évidemment pas étranger à ce retour en force.

Son réalisateur, Steven Spielberg, devient d’ailleurs ces jours-ci le président du Festival de Cannes. En profitera-t-il pour annoncer la date de sortie de la suite de la Trilogie annoncée ?

Comme on le voit, les objections d’Hugues Dayez ont été levées par les faits. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le travail accompli par Fanny et Nick Rodwell force l’admiration : une maison d’édition, un musée, un univers resté haut de gamme tout en étant populaire malgré une absence de nouveauté, il n’est aucun auteur de BD dans l’espace francophone qui puisse prétendre à cette éminence.

Reste cette dernière question posée par Dayez : "Quid d’un nouvel album de Tintin ?"

Fanny Rodwell, la légataire universelle d’Hergé acceptera-t-elle la création d’un nouveau Tintin ?
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Depuis le décès de son premier époux, Fanny a toujours refusé de donner une suite aux aventures de Tintin, suivant en cela les dispositions d’Hergé qui proclamait qu’il n’y aurait pas de suite à Tintin après lui.

En ce qui nous concerne, à l’heure où Albert Uderzo -alors que ce n’était pas sa première disposition- a décidé de confier Astérix à de nouveaux créateurs (sortie prévue le 24 octobre 2013), il ne nous choquerait pas que Tintin soit repris par de nouvelles plumes.

Fanny a parfaitement le droit de changer d’avis et cette décision serait une bonne nouvelle pour la bande dessinée francophone.

Car franchement, un scénario de Jean Van Hamme et un dessin de Peter Van Dongen, ça aurait de la gueule, non ?

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En médaillon : Hergé. Photo : Droits réservés / (c) Moulinsart

 
Participez à la discussion
39 Messages :
  • Alors, il est pour quand le nouveau Tintin ?
    3 mars 2013 12:57, par jacquot

    j’ai toujours beaucoup aimé Tintin mais je ne trouve pas judicieux de chercher à inventer de nouvelles histoires de Tintin, le personnage ne deviendrait plus que l’ombre de Tintin, Hergé n’a-t’il pas dit que ce serait peu-être mieux mais ce ne serait plus Tintin ?, mon seul regret c’est que l’on n’ait pas laissé Bob de Moor ancien collaborateur du maitre terminer l’Alph-Art,par contre rien n’interdit de publier des couvertures signées Hergé du Petit Vingtième et du Journal Tintin,et les versions originales des aventures de Tintin comme Tintin au Pays de l’Or Noir

    Répondre à ce message

  • Alors, il est pour quand le nouveau Tintin ?
    3 mars 2013 13:00, par Nick Tyler

    Hormis l’hypothèse où les ayants-droit changeraient d’avis, ce qui (au vu des informations qui nous sont communiquées) paraît improbable, on peut présumer ; si nous sommes encore là ; qu’au pire, nous fêterons la sortie du nouveau Tintin pourrait avoir lieu le 4 mars 2053 (et si la durée de protection des droits d’auteur reste fixée à 70 ans après la mort de l’auteur de l’œuvre)

    Plus que 40 ans à attendre, on a fait presque la moitié du chemin, tenons bon.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 3 mars 2013 à  13:24 :

      Juste un détail, mais "l’Université catholique de Louvain-la-Neuve" ne prend pas de c majuscule à catholique ...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Frencho-ID le 3 mars 2013 à  14:58 :

        Grammaticalement toujours, il faut écrire « le trône de saint Georges », sans majuscule à saint ni trait d’union après, qui n’interviennent que dans les noms dérivés — fêtes, toponymes, etc.

        Dura grammatica, sed gramamtica !

        Répondre à ce message

    • Répondu le 3 mars 2013 à  15:31 :

      Petit détail : au Canada la durée du droit d’auteur est de 50 ans complétées. Il pourrait donc y avoir de nouveaux Tintin publiés au Québec dès le 1er janvier 2034. 20 ans de moins à attendre !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Frencho-ID le 4 mars 2013 à  09:16 :

        C’est d’ailleurs ce qui explique qu’un éditeur canadien ait récemment republié là-bas les pamphlets de Céline.

        Répondre à ce message

    • Répondu par Jacques Langlois le 3 mars 2013 à  19:30 :

      Fait-il le rappeler une fois de plus ? L’extinction des droits d’auteur 70 ans après la mort du créateur a pour unique conséquence de faire tomber l’oeuvre existante dans le domaine public, c’est-à-dire que l’ayant-droit ne perçoit plus rien du produit des ventes et que le détenteur du contrat d’édition perd son monopole.
      En revanche, le droit moral de l’auteur est imprescriptible, sans limitation dans le temps donc : l’ayant-droit a le pouvoir de contester devant le juge la reprise d’une oeuvre, si celle-ci porte de son point de vue atteinte à ce droit moral.
      Dans le cas présent, le fait qu’Hergé ait clairement exprimé en plusieurs occasions son refus de voir se poursuivre son oeuvre et le fait que cette volonté ait été respectée scrupuleusement par Fanny jusqu’à ce jour (et par hypothèse jusqu’en 2053 par elle et les héritiers) serait vraisemblablement de nature à faire pencher le juge saisi du côté de l’interdiction.
      C’est du moins mon point de vue et, dois-je le répéter, mon souhait. Mais il y a peu de chances que je puisse intervenir dans le débat à cette époque !

      Répondre à ce message

      • Répondu le 3 mars 2013 à  20:58 :

        Sauf qu’Hergé n’a pas été si clair que vous ne le prétendez (et qu’on s’échine à l’affirmer), et qu’il a bien souvent promis à De Moor de lui succéder sur Tintin après sa mort.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Jacques Langlois le 3 mars 2013 à  22:12 :

          Sauf à ne pas lire ce qui est écrit entre 1971 et 1982 (à Sadoul, Peeters, entre autres) ou à ne pas écouter ce qu’il a affirmé au micro ( de Chancel, par exemple, en 79), on peut toujours prétendre qu’il n’a pas dit ce qu’il a dit. Quant à ce qu’il avait promis ou non au brave Bob, seuls les intéressés le savent et il y a longtemps que l’un et l’autre ne sont plus là pour en témoigner.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 4 mars 2013 à  01:05 :

            C’est marrant, quand il s’agit d’abonder dans un sens il est de bon ton de citer des témoignages, par contre dans l’autre "les intéressés ne sont plus là". Hergé ne m’a jamais semblé si affirmatif chez Sadoul, et l’entretien avait bien dix ans quand Hergé est mort...

            Ce qu’il avait promis au "brave Bob" (quelle condescendance...) c’est que Tintin releverait de sa responsabilité après sa mort, les tracas comme le reste. Boutade ? Peut-être. Mais ça relativise sérieusement la version officielle qu’on nous rabache depuis près de 30 ans.

            Peeters a réécrit la fin de l’Alph-Art en la tronquant ; à partir de là, je le crois très à même de réécrire les dernières volontés de l’Auteur.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Jacques Langlois le 4 mars 2013 à  09:38 :

              Eh oui, dans un cas, ne vous en déplaise, il y a des faits, dans l’autre, il n’y en a pas !
              Par ailleurs, pour moi, qui ai connu de Moor, l’adjectif "brave" n’est en rien condescendant mais parfaitement adapté au sens de ce mot : courageux et honnête, ce que Bob fut en toutes circonstances.
              Je ne suis pas certain en revanche que votre jugement sur l’honnêteté de Peeters puisse être qualifié de la sorte.

              Répondre à ce message

            • Répondu par Jacques Langlois le 4 mars 2013 à  14:04 :

              En bon français, "brave" signifie courageux et honnête, ce qu’était assurément Bob, que j’ai connu.
              Courageuse et honnête ne sont en revanche pas des qualificatifs que j’emploierais à propos de votre insinuation concernant Benoît Peeters !

              Répondre à ce message

          • Répondu le 4 mars 2013 à  03:23 :

            Sauf à ne pas lire ce qui est écrit entre 1971 et 1982 (à Sadoul, Peeters, entre autres) ou à ne pas écouter ce qu’il a affirmé au micro ( de Chancel, par exemple, en 79), on peut toujours prétendre qu’il n’a pas dit ce qu’il a dit.

            A ce jeu il a dit à Pivot avoir vécu une histoire d’amour avec Tchang.

            Répondre à ce message

    • Répondu par Zmylpat007 le 4 mars 2013 à  11:30 :

      Erreur : Tintin tombera dans le domaine public non pas le 4 mars 2053, mais le 1er janvier 2054.
      Il faut compter l’année en cours de la mort d’Hergé, + 70 ans.
      Donc toute l’année 1983 jusqu’au 31 décembre, + 70 ans qui nous mènent jusqu’au 31 décembre 2053. Le lendemain, 1er janvier 2054, Tintin tombera dans le domaine public.

      Répondre à ce message

  • Alors, il est pour quand le nouveau Tintin ?
    3 mars 2013 13:20, par UnPassant

    Si les gens que vous citez sont des évangélistes... alors je suppose que Maxime Benoît-Jeannin est un hérétique !
    Pourtant son livre LES GUERRES D’HERGE ne manque pas d’intérêt et fourmille d’informations curieuses.
    http://www.aden.be/index.php?aden=les-guerres-d-herge

    Répondre à ce message

  • Alors, il est pour quand le nouveau Tintin ?
    3 mars 2013 13:52, par Yaneck Chareyre

    Pourquoi un nouvel album ? Au lieu de toujours rêver d’un âge d’or qui reviendrait, il serait temps de viser le futur. Notre société vit dans le passé et se sclérose.
    En musique, c’est la prime aux tournées nostalgiques.
    Au cinéma, c’est l’utilisation des vieilles ficelles à grand coup de remake.
    En bd, ce sont les spin-off de XIII et Thorgal, et ce désir d’un nouveau Tintin.

    au delà de la qualité intrinsèque de ces oeuvres, ce désir e passé est extrêmement inquiétant et dit beaucoup de notre société.

    Répondre à ce message

  • Alors, il est pour quand le nouveau Tintin ?
    3 mars 2013 14:19, par Gil

    Moi c’est vite vu : plus d’Album Tintin = Aucun achat sur tous les produits dérivés de Tintin !!! Dommage pour eux.

    Répondre à ce message

  • Alors, il est pour quand le nouveau Tintin ?
    3 mars 2013 16:58, par ChR

    Non ! Une sale gueule, oui !

    Répondre à ce message

  • Pour moi, si il devait y avoir un nouveau dessinateur de Tintin, ce serait Régric....

    Répondre à ce message

  • Van Dongen pour le nouveau Tintin ?
    3 mars 2013 20:59, par Michel Dartay

    Cela serait un excellent choix, sa ligne claire est éblouissante de maîtrise (même si on pourrait aussi l’imaginer sur Blake et Mortimer, sur les traces de Ted Benoit). Maintenant, il ne faut pas oublier l’excellent Joost Swarte (son Art moderne est assez bluffant ! et il a été impliqué dans le musée de Louvain).

    Un cran en dessous (un peu trop parodique), il y a le Suisse Exem, et le quebequois qui a mis en images Tintin et l’alph-art, dans une édition clandestine assez connue.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jacques Langlois le 3 mars 2013 à  22:27 :

      ...Quel âge auront tous ces artistes en 2053 ???

      Répondre à ce message

    • Répondu par Robert le 3 mars 2013 à  22:33 :

      Autant y coller Colonnier, son George et Tchang était excellant.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Zmylpat007 le 4 mars 2013 à  11:33 :

      Les meilleurs sont Exem et Swarte, parce que, comme chez Hergé, leur art est plein de signes et de renvois. Ils ont compris Hergé au-delà du dessin. Les autres se contentent de reprendre le trait (ce qui n’est déjà pas mal).

      Répondre à ce message

  • Alors, il est pour quand le nouveau Tintin ?
    4 mars 2013 00:25, par R.C.

    Un nouveau Tintin !
    Le pavé dans la mare, le jour anniversaire de la disparition d’Hergé !
    M. Pasamonik, vous êtes un polémiste. Seriez-vous donc l’apostat de la religion que vous énoncez ?

    Au passage, vous auriez pu mentionner Dominique Cerbelaud dans votre litanie...

    Le style de Peter Van Dongen est tributaire de Tintin, certainement. Mais Van Hamme, quel rapport ? Tintin par Vanvan ? Si Van Dongen devait faire un Tintin, il serait souhaitable qu’on lui foute la paix plutôt. L’intervention d’un faiseur d’histoires n’est pas une absolue nécessité.

    Pour finir, un album réanimant les personnages d’Hergé devrait-il ressembler à ce point au Tintin canonique ? Tintin par Blain, ou Trondheim , ou Schuiten... -je mets ces noms un peu au hasard de dessinateurs dont la filiation avec Hergé est moins revendiquée- cela aurait aussi de la gueule, comme vous dites.

    Répondre à ce message

  • Alors, il est pour quand le nouveau Tintin ?
    4 mars 2013 08:11, par TCHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAANG

    Le prochain album de Tintin sera de Trondheim.
    http://lecomptoirdelabd.blog.lemonde.fr/2010/04/27/preparez-votre-tintin-pour-2053/

    Répondre à ce message

    • Répondu le 4 mars 2013 à  14:17 :

      La protection d’une oeuvre cours sur une période de 70 ans après la disparition de son auteur. Cela veut simplement dire qu’à l’échéance, d’aucuns ont la possibilité de la reproduire librement.
      En aucune manière cela autorise implicitement transformer ou apporter des modifications à l’oeuvre, voir de renouveler le genre.
      Pour peu que la marque "Tintin" et sa représentation graphique soient protégés par des dépôts renouvelés, la seule liberté qui sera offerte demain, sera de devenir l’un des éditeurs de "Tintin". Tout le reste n’est qu’affabulation et rêverie.

      Répondre à ce message

  • Alors, il est pour quand le nouveau Tintin ?
    4 mars 2013 08:55, par Charlicom

    Tintin est mort avec Hergé, c’est un fait et de plus la volonté de l’auteur. Mais ne pourrions-nous pas penser par exemple une "suite" avec par exemple les aventures d’Haddock (avec evidemment en fond le portrait de Tintin disparu accroché au mur) ? Haddock c’est un peu le Donald quand Tintin fait figure de Mickey... A défaut de faire revivre le véritable héros cela pourrait perpétuer son univers.

    Répondre à ce message

  • Vous oubliez qu’un nouveau Tintin est sorti en octobre dernier : http://www.bedetheque.com/album-174093-BD-Cine-album.html .

    C’est une bande dessinée avec des images du film. Toutefois, une bande dessinée reste une bande dessinée.

    C’est une première brèche dans le mur du refus d’un nouveau Tintin.

    Répondre à ce message

  • Pour quand le nouveau Tintin ? Pour jamais !
    17 mai 2013 10:21, par Pierre-Marie Bourdaud

    Je rejoins ceux qui pensent sage de ne pas faire « revivre » Tintin. C’est dit en voyant comment se sont dégradées les séries Astérix, Iznogoud et Lucky Luke (le pire) après la mort de Goscinny. Pire, car maintenant on fait du sous-Morris (j’excepte Achdé dans la série Kid Lucky).

    En voyant comment des requins ont donné dans l’abus de faiblesse pour faire revenir Uderzo sur sa décision de « tuer » Astérix. La seule série (et cela, très vite, dès la mort de Rob Vel) qui a bien survécu à ses créateurs est Spirou, parce que les repreneurs ont su faire oeuvre de création et non du vague clonage.

    (J’ai vu en son temps le film de Spielberg. Et je le regrette. Son vrai Tintin est Indiana Jones)

    Répondre à ce message

    • Répondu par Kroston le 17 mai 2013 à  14:37 :

      Si vous n’aimez pas les reprises (avec raison bien souvent), laissez la liberté aux autres d’en faire ou de les lire. Personne ne vous oblige à acheter.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Shuten le 17 mai 2013 à  17:16 :

        D’accord avec vous, Kroston !

        Répondre à ce message

      • Répondu par Pierre-Marie Bourdaud le 20 mai 2013 à  14:07 :

        Si vous n’aimez pas que je n’aime pas les reprises, ne me faites pas dire que je veux les interdire.

        Je ne suis pas le Colonel Sponz ou le Général Zantafio !

        "Personne ne vous oblige à acheter"

        Vous me rassurez, j’avais peur que la police de ce site vienne sonner aux petites heures du matin pour me contraindre à lire un Gastoon ou le dernier Lucky Luke.

        (Sur Internet, je ne donne jamais de leçon à un autre posteur. Raison pour laquelle je déteste qu’on le fasse pour moi. Vu ?)

        Répondre à ce message

    • Répondu par Frencho-ID le 17 mai 2013 à  18:36 :

      La seule série (et cela, très vite, dès la mort de Rob Vel) qui a bien survécu à ses créateurs est Spirou

      Et même bien avant la mort de Rob-Vel...

      Répondre à ce message

      • Répondu par V. Bonpain le 18 mai 2013 à  22:56 :

        Oui, même une cinquantaine d’années avant sa mort :)

        Répondre à ce message

        • Répondu par Pierre-Marie Bourdaud le 20 mai 2013 à  14:00 :

          Merci pour le relevé de cet anachronisme.

          Et sans rancune !

          Répondre à ce message

  • Alors, il est pour quand le nouveau Tintin ?
    2 septembre 2013 16:48, par nicnol

    "Reprendre" la création d’un Artiste après sa Mort a interrompue relève non seulement du ridicule le plus achevé mais de l’incompréhension (PIRE : de l’ignorance) absolue de ce que signifie la CREATION artistique !!! "Tintin", c’EST Hergé ... POINT FINAL (sans aller à la ligne).

    "ACHEVER" l’oeuvre interrompue par la Mort (en l’occurrence, s’agissant de Hergé, "Tintin et l’Alph Art") est possible ... défendable même ... encore que l’auteur, Hergé n’a laissé pratiquement AUCUNE piste, aucune trace de ses intentions - il confiait, peu avant son décès, se demander où l’histoire allait l’entraîner -) ... En tout cas, présenter un VRAI album (avec texte original ET bandes dessinées réalisées par un dessinateur maîtrisant parfaitementb le style de Hergé ... Ca OUI ... Mais, entreprendre d’autres "Tintin" s’identifierait à produire une oeuvre" BÂTARDE !!!

    C’est comme si "ON" se mettait à battre du burin pour accomplir le "tombeau de Jules II" (sur les quelques 40 statues prévues, UNE SEULE a été achevée : le "Moïse") de Michel Ange où se mettre à composer la "XIème" Symphonie de Beethoven (s’agissant de ce dernier, le musicologue anglais Barry Cooper a réalisé une version exécutable du matériel identifié du 1er mouvement de la Xème Symphonie ... RIEN D’AUTRE : de son propre aveu, c’est IMPOSSIBLE) !!!

    C’est un signe de NOTRE Temps que de s’emparer de la création d’un Artiste célèbre (DONC, s’annexer SA célébrité pour son "profit" propre) pour sortir des "oeuvres" ... Ce n’est RIEN d’autre que du VULGAIRE COMMERCE !!! Ainsi, par exemple, de la série "Bob et Bobette" "signée" Vandersteen ... du ridule le plus consternant ... et dont on peut se demander si elle ne conduira pas à ... l’AN 3000 !!! Même un Philippe GRATON, repreneur de "Michel Vaillant" ne saurait égaler son père (et pourtant, il a collaboré étroitement avec lui) ...

    Que ces "auteurs" en mal de "reprises" créent (s’ils en sont CAPABLES ... ce qui reste à DEMONTRER) LEUR propre bande dessinée ... lLEUR propre héros ... LEURS propres personnages !!! Ils sortiront au moins de la STERILITE où les condamnent leurs ... "imitations" abâtardies !!!

    Répondre à ce message

    • Répondu le 2 septembre 2013 à  18:25 :

      Même un Philippe GRATON, repreneur de "Michel Vaillant" ne saurait égaler son père (et pourtant, il a collaboré étroitement avec lui) ...

      Le contre exemple est Brunoff sur Babar, le fils est meilleur que le père.

      Répondre à ce message