Amazigh, itinéraire d’hommes libres - Par Mohamed Arejdal & Cédric Liano - Steinkis

26 avril 2014 0 commentaire
  • À classer dans la catégorie « documentaire », Amazigh raconte l’histoire vraie de Mohamed Arejdal, jeune Marocain attiré par les sirènes d’une vie meilleure en Europe et décidé à tenter la dangereuse aventure de la clandestinité.

Mohamed, jeune Marocain, entreprend clandestinement, comme tant d’autres, le voyage vers l’Europe. De la quête de l’argent servant à payer les passeurs, de la déshumanisation qu’ils leur inflige, jusqu’à la traversée de la Méditerranée sur un cercueil flottant en passant par la violence physique et morale des camps de rétention espagnols, le récit n’évite aucune étape, n’épargne aucun sujet. Celui-ci est vif, tranché, parfois brutal comme un coup de poing dans l’estomac.
Néanmoins, cette traversée, si elle échoue, n’en est pas pour autant un drame, et ce qui apparaît à Mohamed d’abord comme un cauchemar, s’achevant par le retour au Maroc pour son jugement, pourrait malgré tout le mener vers une vie meilleure.

Amazigh, itinéraire d'hommes libres - Par Mohamed Arejdal & Cédric Liano - Steinkis

Car ce n’est pas un retour à la case départ. Cette expérience provoque une prise de conscience, et Mohamed va reprendre ses études, intégrer une école d’art et peu à peu faire émerger un artiste devenu aujourd’hui reconnu internationalement.

La scénarisation de l’histoire de Mohamed Arejdal qu’il illustre lui-même par Cédric Liano après leur rencontre à Tétouan, y est pour beaucoup, car l’adaptation d’un récit aussi personnel est loin d’être aisé. Il aurait été aisé de tomber dans l’autobiographie illustrée, mais Cédric Liano réussit ici à en faire un touchant scénario de bande dessinée.

Au dessin fin et élégant, sans manichéisme ni misérabilisme, Amazigh aurait facilement pu être une autobiographie exutoire à la limite de la thérapie personnelle, davantage à sa place dans le rayon « essai », mais c’est simplement un très bel album de bande dessinée.

Servi par une narration habile et subtile, Amazigh est à la fois un témoignage à hauteur d’homme sur le thème de l’immigration clandestine et un hommage aux hommes et aux femmes qui tentent de porter honorablement le nom de leur peuple : amazigh, « homme libre » en langue berbère.

(par Gallien Chanalet-Quercy)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?