American Ronin T. 1 – Par Peter Milligan & ACO – Panini Comics

14 juillet 2021 0
  • Dans un futur proche, les entreprises transnationales ont tous les pouvoirs, même celui de faire disparaître en toute impunité leurs concurrents ou ceux qui les empêchent de faire ce qu'ils veulent ! Un ancien tueur-à-gages, délivré de leur emprise, souhaite se venger du système...

American Ronin est une série qui suit le parcours d’un Ronin [1] anonyme, un ancien tueur-à-gages qui s’est affranchi du système et qui souhaite se venger de ses anciens maîtres.

Comme beaucoup d’autres dans ce futur proche, le Ronin a été enlevé très jeune, puis génétiquement modifié pour devenir l’arme parfaite entre les mains de ses commanditaires. Désormais libre d’employer ses talents à son compte, le Ronin suit les traces des grands pontes de son ancien employeur afin de les faire disparaître...

Le scénariste Peter Milligan nous invite ainsi à rencontrer non pas seulement un tueur-à-gages talentueux, mais aussi un agent génétiquement modifié, facteur d’empathie. En effet, les modifications apportées à son corps depuis l’enfance lui permettent de ressentir les émotions et les souvenirs de ses cibles, pour peu qu’il mette la main sur leur ADN ou leur sang (même en très faible quantité, comme une goutte). Peter Milligan joue beaucoup dans cet album sur cette caractéristique, que nous avons trouvé rafraîchissante pour le genre. La recherche des traces des cibles ou de leurs proches, mais aussi leur lecture dans la pensée et les rêves du Ronin, offrent une approche intrigante à une classique histoire de vengeance.

American Ronin T. 1 – Par Peter Milligan & ACO – Panini Comics
Le Ronin prépare avec minutie la sortie de scène de ses cibles.
© 2021 Artists Writers & Artisans, Inc. or their respective owners.

« Classique » mais efficace : l’intrigue de cet album nous a ainsi facilement happé tout du long car le Ronin est loin d’être le seul à bénéficier de telles modifications génétiques ! En commençant à arpenter un chemin sanglant pour se venger de ses anciens employeurs, il fallait bien se douter que ces derniers réagissent et envoient à ses trousses d’autres Ronin bénéficiant de capacités similaires. À ce jeu-là, le héros va avoir très fort à faire avec un agent qui lui a le don d’avoir accès aux pires cauchemars de ses victimes et de leur faire revivre à volonté… Les coups bas et les coups de bluff vont pleuvoir entre ces deux adversaires si proches !

Ce que nous avons aussi apprécié avec cet album, c’est le rapport ambigu qui se crée entre le lecteur et le personnage principal, qui demeure anonyme. Les confrontations menées par le Ronin et ses enquêtes permettent de se rapprocher au plus près de ses pensées, qui restent toutefois segmentées et parfois cachées. Comme aux autres agents, le Ronin cache au lecteur ses véritables motivations et sentiments, tout en donnant l’impression qu’il les offre véritablement ! Le personnage bénéficie ainsi d’une personnalité pleine de cachet.

L’album bénéficie aussi des sublimes planches du dessinateur Aco : que ce soit pour le trait précis des personnages, la représentation détaillée de l’architecture de grandes métropoles (ici particulièrement : Rome) ou l’évocation de l’univers onirique dans lequel se plonge le Ronin pour ressentir les émotions de ses cibles, le dessinateur espagnol n’est jamais pris à défaut et son travail est des plus agréables à parcourir.

American Ronin est une bonne surprise de ce début d’été 2021 et une lecture que nous recommandons chaudement aux amateurs de thrillers ou de récits d’espionnage. Peter Milligan et Aco forment ici un duo créatif au talent incontestable.

(par Romuald LEFEBVRE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

American Ronin T. 1. Par Peter Milligan (scénario) et ACO (dessins). Traduction de Laurent Laget. Panini Comics. Sortie le 15 juillet 2021. 128 pages. 18,00 Euros.

[1Le terme fait ici référence au nom japonais donné il y a quelques siècles aux samouraïs sans maître ou qui avaient déserté.

  Un commentaire ?