Amour Djihad & RTT - Par Marc Dubuisson-Delcourt

28 septembre 2018 0 commentaire
  • Panique au bureau : Kowalsky a viré djihadiste ! Tout le monde s'y met pour le maitriser, y compris le DRH, sûr de lui et prétentieux. Un recueil qui mêle deux thèmes avec maestria : la vie en entreprise et la radicalisation islamique. Drôle et un peu glaçant à la fois.

Il fallait y penser à ce croisement improbable : le monde de l’entreprise -moderne, jeune, dynamique a priori- et la radicalisation islamique... Soit un employé, ou cadre, qui en quelques instants, se revendique de Daesh et menace toute la boîte avec sa ceinture d’explosifs. Les négociations s’engagent, mais ni la police ni même le GIGN n’interviennent. C’est le DRH qui prend les commandes en improvisant façon psy de choc...

Parmi les premières sorties de la collection Pataquès, nouveau label de Delcourt, ce recueil de strips, qui peut aussi se lire comme un récit, fait un drôle d’effet. Comique, efficace avec ses personnages aux allures de Playmobil, il fait aussi un peu froid dans le dos. Car le délire ridicule de Kowalsky, s’inventant une mission divine, rappelle les réalités de la radicalisation, avec son lot de frustrés, de solitaires en crise, prêts à tout pour exister. On navigue donc entre critique parfaitement ciblée du monde des open spaces et de la culture business (avec force anglicismes) et portrait d’un crétin immature, naïf, inquiétant, et pourtant touchant dans ses élans mystiques. Car au bout du compte, le plus lâche de la bande c’est bien le petit chef qui éructe toutes les trois cases. Avec en parallèle le bon sens des collègues, bouffée d’oxygène de ce huis-clos farcesque.

Cette façon de mêler délire contemporain et thématique plutôt grave rappelle l’album de Dodo et Cha (Le Voile Noir. Non seulement ce genre d’album touche un large public, mais il recèle une portée militante derrière le sourire. Sans oublier de mettre dos à dos la violence permanente du monde du travail et celle de tous les extrémismes. Amour Djihad & RTT - Par Marc Dubuisson-Delcourt

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?