Amstergow en huit jours - Tanitoc - Humanoïdes Associés (Tohu Bohu)

31 mai 2003 0
  • "Amstergow, c'est toujours du hors-saison". Les guichets fermés, les bars vides, les restos déserts rappelleront de mauvais souvenirs à ceux qui se sont déjà aventurés dans une région touristique lorsque les touristes ne sont pas là. Thadee de Latchkey est le seul touriste du moment. Il est là pour mettre à jour un guide d'Amstergow. Mais également (et surtout) pour tenter de retrouver la trace d'un père disparu. Il va se trouver plongé dans l'ambiance glauque d'une ville où l'on ne semble pas avoir gardé un excellent souvenir de ce dernier. Un peu trop fouineur pour des notables qui avaient pas mal de choses à cacher.

La seconde guerre mondiale et son cortège d ?horreurs viennent de prendre fin. Dans une Europe dévastée, le quotidien reprend peu à peu ses droits. Le jeune Thadee de Latchkey, qui entre dans sa dix-neuvième année, entame ses débuts dans la vie professionnelle : il sera rédacteur de guides touristiques, pour le compte des éditions Perfecta !

Alors que d ?autres se battent pour travailler à Naples, Venise ou Athènes, Thadee se porte volontaire pour réactualiser le guide touristique de la morne ville d ?Amstergow, cousine blafarde de Glasgow et d ?Amsterdam. Pourtant, les premiers contacts avec les habitants d ?Amstergow sont chaleureux : la guerre a éloigné les étrangers pendant de longues années et Thadee doit à son statut de touriste de ne pas finir sous les coups des margoulins qui traînent leur ennui dans la ville portuaire.

Mais au-delà de la simple remise à jour d ?un guide touristique, Thadee va dévoiler la véritable raison qui l ?a mené à Amstergow : retrouver la piste d ?un père disparu, dont les dernières traces finissent dans cette ville oubliée de tous. Et ce qu ?il ne tarde pas à découvrir va ressusciter de vieux fantômes que beaucoup auraient voulu voir enfouis à jamais ?

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

L’ambiance est glauque, sinistre, désespérante. A l’image de ce qui attend le personnage central de ce récit qui plonge le lecteur, dès les premières planches, dans un climat angoissant et malsain. Tanitoc imagine des personnages à l’image de la ville : malsains. Pourris de l’intérieur par le secret qu’ils tentent d’étouffer. D’excellents dialogues, des personnalités fortes, un univers inquiétant : "Amstergow en huit jours" est une oeuvre personnelle, riche et ambitieuse.

Lire un extrait

  Un commentaire ?