Andy et Gina - T4 : Fratrie party - par Relom - Fluide Glacial

8 octobre 2005 0 commentaire
  • Humour noir, très noir, parfois à la limite du mauvais goût. Rien ne semble pouvoir freiner Relom qui, une fois de plus, s'en donne à cœur joie, sans compassion ni morale. Âmes sensibles s'abstenir...

Après un court séjour citadin, Andy et sa sœur Gina retrouvent le bon air campagnard. Le père alcoolique et la mère handicapée (mutilée ?) les accompagnent chez une vieille connaissance, Roudoudou, le loup-garou végétarien. Andy et Gina assistent aux amours impossibles de Roudoudou avec leur père, à la grossesse (!) de ce dernier puis à son accouchement. L’arrivée de Priscilla, la demi-sœur carnivore, bouleverse l’équilibre familial déjà bien émoussé...

Relom ne fait pas dans la dentelle. Rien ne semble l’arrêter dans sa descente vers l’absurde glauque, voire carrément "trash". Andy et Gina ne cessent de vivre ou d’assister à des évènements qui, dans la réalité, auraient provoqué leur placement par la première assistante sociale venue. Gina l’affirme elle-même : "Je vis parmi les fous !". Sa mère, réduite à une seule tête, assiste impuissante aux turbulences familiales et on peut la comprendre quand devant l’accouchement de son mari alcoolique, elle s’exclame : "C’est un cauchemar, je vais me réveiller !". Le réveil est douloureux (pour elle) puisque l’auteur trouve en fin d’album le moyen de l’amputer encore un peu plus...

Les deux planches composées de petits strips sont très réussies. En 3 cases, le gag est à chaque fois d’un cynisme percutant et drôle. Dommage que ces strips soient si peu nombreux.
Le graphisme de Relom renforcé par la mise en couleur par Ngam illustre assez bien cet univers complètement déjanté.

D’une immoralité la plus totale, les histoires de Relom ne peuvent conquérir un large public. Est-ce un problème ? Sans doute que non. Mais le gag ne peut se baser sur le seul fait de repousser de plus en plus loin les limites de la bienséance...

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?